L’Afipa lance l’opération automédication responsable

Jul 1, 2016 par

automédication responsable

L’Afipa, association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable, lance l’opération « Ma santé mon choix: La minute info de l’automédication responsable », diffusée sur 100 radios et webradios et sur les écrans de 1300 officines, du 20 juin au 01 juillet 2016. Elle vise une meilleure communication et une éducation des français concernant l’automédication.

Les français et l’automédication

Selon une enquête Ipsos, huit français sur dix auraient recours à l’automédication, avec une disparition des symptômes sans nécessité de consulter pour 92 % d’entre eux. « L’automédication ne coute pas cher », selon Daphné Lecomte-Somaggio, délégué général de l’Afipa. En moyenne un médicament d’automédication couterait 4,70 euros en France et un français qui s’auto-médique dépenserait environ 3 euros par mois.
L’automédication consiste à être acteur de sa santé et permet de se soigner pour des symptômes bénins tels que les maux de tête ou un nez bouché, grâce à des médicaments accessibles sans ordonnance en pharmacie avec un recours aux conseils du pharmacien d’officine pour éviter les risques de mésusage. Le mésusage peut correspondre aux situations suivantes : utiliser un médicament prescrit pour quelqu’un d’autre, dans une autre indication, ou encore acheter un médicament sur un site non autorisé par l’ordre des pharmaciens. L’automédication concerne potentiellement l’ensemble des français adultes, toutefois les personnes âgées et les femmes enceintes ou allaitantes sont plus à encadrer dans leur démarche d’automédication.
Du point de vue des médecins, l’automédication pourrait contribuer à réduire les dépenses de santé et à désengorger les cabinets médicaux, ce qui pourrait leur permettre de traiter en priorité les cas nécessitant « vraiment » une intervention médicale.

Le rôle du pharmacien

Le pharmacien est un professionnel de santé qui pourrait dans le cadre de l’automédication constituer une alternative à une consultation médicale. Dans son officine il conseille et oriente les patients qui pratiquent l’automédication. Un patient allant dans une pharmacie, peut compter sur l’aptitude du pharmacien à évaluer son état de santé, ainsi que l’éventuel caractère d’urgence. Si ce dernier est avéré, la réorientation vers un médecin ou un service hospitalier permettra la bonne prise en charge du problème de santé. En revanche, si la situation est du domaine de l’automédication, le pharmacien peut orienter le patient selon ses symptômes afin de mettre en place un traitement efficace rapidement.


Yasmine Z., Journaliste Scientifique


Sources :

L’AFIPA se mobilise pour mieux informer les français sur l’automédication. Communiqué de presse. 16 juin 2016
Site web ma santé mon choix. La minute info de l’automédication responsable.

Yasmine Z.
Journaliste Scientifique.
Biologiste spécialisée en Pharmacologie Clinique.
Passionnée d’écriture, elle a un tempérament créatif et un style d’aplomb.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.