Focus sur une allergie croisée qui prend de l’ampleur : le syndrome pollen-aliments

Jun 19, 2019 par

Comment une personne allergique aux pollens peut-elle aussi développer une allergie à certains fruits ou légumes ? Les allergies croisées entre allergènes respiratoires et aliments touchent désormais 2 % de la population.

pollen-aliments

Le syndrome pollen-aliments : qu’est-ce que c’est ?

Une personne atteinte d’allergies respiratoires a un risque de développer une allergie alimentaire trois fois plus grand qu’une personne sans allergies.

Depuis une dizaine d’années, les dermatologues assistent à une amplification des allergies  croisées dont fait partie le syndrome pollen-aliments.

Dans ce mécanisme, le système immunitaire (système de défense de l’organisme) de la personne allergique aux pollens reconnait, à tort, certaines molécules des fruits et légumes ou noix comme des allergènes. La cause ? Leur structure moléculaire est semblable ou très proche de celle de la molécule allergisante du pollen.

À savoir ! Un allergène est une substance étrangère à l’organisme, d’origine naturelle ou synthétique. On les retrouve  au sein de l’environnement (pollution, climat, animaux, pollens), dans l’alimentation (lait de vache, œuf, pesticides…), dans les venins d’insectes. Mais aussi, dans certains médicaments et produits d’hygiène et de soins pour le corps.

Quand il ingère le fruit ou le légume, l’individu ressent des démangeaisons au niveau de la langue, de la gorge et parfois un œdème temporaire. Si l’ingestion se poursuit, des manifestations plus graves peuvent survenir comme une urticaire recouvrant tout le corps ou un oedème de Quincke.

Les croisements ne sont pas cependant dus au hasard. Par exemple, une personne allergique aux pollens de bouleau et noisetier aura des risques de développer des allergies alimentaires à la cerise, à l’amande, à la prune ou la carotte.

Une autre personne allergique aux pollens d’armoise sera sensible, entre autres, au persil et au cumin.

Ces croisements concernent aussi d’autres pneumallergènes (allergène pénétrant dans le corps par voie aérienne ou respiratoire) : un individu allergique aux plumes pourra devenir aussi allergique aux oeufs.

Des tableaux des allergies croisées sont disponibles chez le dermatologue ou en pharmacie.

Un système immunitaire qui s’emballe

Pour les spécialistes, cette suractivation ou emballement du système immunitaire s’explique par différents facteurs.

La pollution de l’air, les aliments exotiques, les additifs alimentaires ou le changement climatique pourraient être des causes provoquant la recrudescence du nombre d’allergies croisées dans la population.

Côté chiffre, on sait que plus de 50 % des patients ayant des rhinites et allergiques aux pollens de bouleau, de noisetier ou d’aulne sont sensibilisées à la pomme, la noisette et la pêche.

En général, l’allergie au pneumoallergène (poils animaux, pollens, acariens, moisissures) précède celle causée par l’ingestion de l’aliment.

Soigner le syndrome pollen-aliments

Des tests cutanés peuvent être pratiqués chez l’allergologue, mais le traitement visera toujours l’allergène initial. Donc le pneumoallergène pour le syndrome pollen-aliments.

Grâce à des patchs ou des inoculations, le spécialiste va visualiser au niveau de la peau la réaction allergique.

Si l’allergie croisée est confirmée, une désensibilisation aux pollens améliore la situation dans son ensemble.

La desensibilisation, qui s’apparente à une vaccination selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), consiste à s’auto-administrer ou se faire administrer des doses croissantes d’extraits

allergéniques. Au fur et à mesure, l’organisme s’habitue et devient insensible à la présence de l’allergène initial.

Cette immunothérapie allergénique, dont les premiers soulagements sont ressentis au bout de 4 à 5 mois, dure globalement 3 à 5 ans pour une efficacité qui peut se prolonger sur une dizaine d’années.

D’autres allergies croisées existent comme celles associant aliments et latex, acariens et escargots/crevettes,  aliments et aliments, chat et porc ou encore oiseau et oeuf.

Julie P. Journaliste scientifique

– Qu’est ce que l’allergie. ALK. Consulté le 18 juin 2019.
– Dossier Allergies. INSERM. Consulté le 18 juin 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.