Un anticorps efficace contre une maladie rare de l’œil

Feb 26, 2017 par

medicaments arthrite oeil

L’uvéite non-infectieuse est une maladie rare de l’œil pour laquelle il n’existe qu’un seul traitement actuellement. Malheureusement, il est parfois insuffisant pour soulager les symptômes et prévenir l’évolution de la maladie vers la cécité. Une récente étude a mis en évidence l’intérêt d’un anticorps dans la prise en charge de cette maladie.

Qu’est-ce qu’une uvéite non infectieuse ?

Les uvéites non-infectieuses appartiennent aux maladies rares de l’œil, caractérisées par une inflammation chronique de l’uvée. L’uvée est la partie intermédiaire et pigmentaire de l’œil, qui se compose de la choroïde (une des couches de la paroi du globe oculaire), du corps ciliaire (sur lequel est attaché le cristallin) et de l’iris.

De cause souvent inconnue, les uvéites non-infectieuses surviennent généralement entre 20 et 60 ans. Elles entraînent une vision floue, une photosensibilité, des troubles visuels et une altération du champ visuel. A terme, elles peuvent entraîner un œdème maculaire (accumulation de liquide dans la rétine), un glaucome, une cataracte, voire une cécité (perte totale de la vue), si elles ne sont pas traitées efficacement.

Le seul traitement actuel de cette maladie est une corticothérapie, locale ou générale, en fonction de la sévérité de l’uvéite. Sur le long terme, les patients sont exposés à plusieurs risques, en particulier :

  • Un échec de traitement, lorsque l’inflammation n’est plus suffisamment contrôlée par les corticoïdes ;
  • Des effets secondaires graves des corticoïdes (diabète, troubles cardiovasculaires, oedèmes, …), qui peuvent amener à contre-indiquer ce traitement chez les patients.

La mise au point de nouveaux traitements de l’uvéite non-infectieuse est capitale pour les patients. Si plusieurs études ont mis en avant un potentiel intérêt des immunosuppresseurs (substances régulant les réactions immunitaires), ces médicaments ne disposent pas, pour l’instant, d’une indication thérapeutique dans cette maladie. Récemment, des chercheurs ont travaillé sur une autre piste : les anticorps.

A savoir ! Dans l’organisme, les anticorps sont produits par les globules blancs au cours d’une réaction immunitaire pour reconnaître un agent infectieux. En immunothérapie, un anticorps est une molécule utilisée pour fixer spécifiquement une substance ou une cellule, afin d’exercer un effet médicamenteux.

Un anticorps déjà utilisé dans plusieurs maladies chroniques

Pour améliorer la prise en charge de l’uvéite non-infectieuse, une équipe de recherche s’est intéressé au cas d’un anticorps déjà prescrit dans le traitement de plusieurs maladies chroniques. L’adalimumab est un anticorps spécifiquement dirigé contre un messager chimique de l’inflammation. Il permet ainsi de contrôler certaines maladies inflammatoires chroniques.

Actuellement, cet anticorps est indiqué en France dans le traitement des maladies suivantes :

  • Les arthrites juvéniles idiopathiques (inflammations des articulations survenant dès l’enfance et sans cause identifiée) ;
  • La maladie de Verneuil ou hidrosadénite suppurée (maladie cutanée chronique) ;
  • La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (maladies inflammatoires chroniques du côlon) ;
  • La polyarthrite rhumatoïde (inflammation chronique des articulations d’origine auto-immune) ;
  • Le psoriasis et le rhumatisme psoriasique (maladie cutanée d’origine auto-immune, avec ou sans atteinte des articulations) ;
  • La spondylarthrite ankylosante (atteinte inflammatoire de la colonne vertébrale et du bassin).

L’intérêt de l’adalimumab a été testé dans le cas de l’uvéite non-infectieuse, en remplacement des corticoïdes, dans le cadre d’un essai clinique.

L’immunothérapie efficace contre l’uvéite non infectieuse

L’étude a porté sur des adultes souffrant de différentes formes d’uvéite non-infectieuse et dont l’inflammation n’est pas contrôlée efficacement par une corticothérapie d’au moins 2 semaines. Les patients ont été séparés en deux groupes :

  • La moitié des patients a reçu de l’adalimumab par injection sous-cutanée (une première dose de 80 mg, suivie d’une dose de 40 mg toutes les deux semaines) plus corticothérapie (avec une forte dose initiale puis une lente décroissance de la posologie sur 15 semaines) ;
  • l’autre moitié, un placebo, plus corticothérapie (avec une forte dose initiale puis une lente décroissance de la posologie sur 15 semaines) .

Au terme de l’étude, le temps moyen d’échec du traitement (c’est-à-dire le délai de réapparition des symptômes) était de 24 semaines dans le groupe traité par l’anticorps, contre 13 semaines dans le groupe placebo. Les examens oculaires étaient significativement meilleurs chez les patients traités par l’adalimumab.

Cependant, les effets secondaires, y compris graves, étaient plus fréquents que chez les patients traités uniquement par corticothérapie.

Dans cet essai clinique, l’adalimumab est associé à une diminution du risque de flambée inflammatoire de l’uvéite et de déficience visuelle. En revanche, il entraîne plus d’effets secondaires potentiellement graves. Néanmoins, il met en évidence pour la première fois la possibilité de traiter l’uvéite non-infectieuse par des médicaments autres que des corticoïdes.

Il pourrait ainsi représenter une alternative possible pour les patients en échec thérapeutique après une corticothérapie ou contre-indiqués aux corticoïdes.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources :

Vidal. Adalimumab. 21 septembre 2015.

Le Thi Huong, D. et al. Traitement des uvéites chroniques non infectieuses. 2007. La revue de médecine interne 28(4) : 232-241. http://dx.doi.org/10.1016/j.revmed.2006.10.326.

Gaffe, G.J. et al. Adalimumab in Patients with Active Noninfectious Uveitis. 2016. New England Journal of Medicine 375 (10): 932 DOI:10.1056/NEJMoa1509852.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.