Des applications mobiles anti-addictions

Nov 30, 2016 par

Application smartphone addictologie

Innovation

La moitié des faits de délinquance et 20% de la mortalité sont liés aux addictions en France. La lutte contre les addictions constitue donc un enjeu majeur de santé publique. Les nouvelles applications mobiles pourraient-elles aider à guérir les addictions ?

Addictions et applications mobiles

Les addictions sont définies comme des maladies cérébrales associées à une dépendance vis-à-vis d’une substance ou d’une activité, cette dépendance entraînant des effets néfastes. Les addictions sont nombreuses :

  • L’alcool ;
  • Le tabac (et en particulier la nicotine qu’il contient) ;
  • Le cannabis ;
  • Les opiacés (héroïne, morphine) ;
  • La cocaïne;
  • Les amphétamines et leurs dérivés ;
  • Le jeu pathologique (jeux de hasard et d’argent).

Les addictions sont des pathologies chroniques, caractérisées par de fréquentes rechutes, qui nécessitent une prise en charge médicale sur le long terme. Les thérapeutiques classiques des addictions reposent sur des mesures individuelles et collectives (psychothérapie, groupes de paroles, traitement médicamenteux, etc.). Mais les patients souhaitent souvent un suivi plus régulier, voire quotidien, malheureusement incompatible avec le fonctionnement des services d’addictologie.

L’essor des nouvelles technologies, et en particulier des applications mobiles, pourrait représenter une aide précieuse pour le suivi des patients souffrant d’addictions.

Des applications sur les addictions

Quelques applications mobiles ont d’ores et déjà été évaluées par les autorités de santé. Ces applications fournissent aux patients des informations sur leur traitement, des conseils pour les motiver et des outils pour suivre leur progression vers la guérison. Elles facilitent par ailleurs les échanges sociaux, contribuant à rompre l’isolement et la stigmatisation fréquemment ressentis par les patients souffrant d’addictions.

Dans le contexte particulier des addictions, les applications mobiles offrent plusieurs avantages précieux :

  • Une accessibilité permanente, 24h/24, 7j/7 ;
  • Un anonymat ;
  • Une facilité d’accès (92% des Français ont un portable et 58% un smartphone) ;
  • Un faible coût (la plupart des applications sont totalement gratuites).

Déjà près de 100 applications mobiles ont été développées pour la prise en charge des conduites addictives (la plupart d’entre elles aux USA). Elles mettent à disposition des patients :

  1. Des informations psychoéducatives ;
  2. Des stratégies pour améliorer la motivation (listes d’actions, méthodes de relaxation, activités de loisirs) ;
  3. Une amélioration des relations sociales (localisation des groupes d’entraide, forums de discussions, communautés en ligne, accès aux personnes ressources) ;
  4. Un accès personnalisé aux progrès réalisés (statistiques, graphiques, récompenses virtuelles).

Les patients plébiscitent surtout les applications gratuites et multifonctions. Ils voient dans ces applications une assistance en temps réel qui les aident à rester motivés et concentrés sur l’objectif fixé avec l’équipe médicale.

Des applications efficaces…

Peu d’études scientifiques ont évalué l’efficacité de ces applications sur la prise en charge des addictions. Les premiers résultats montrent un bénéfice, par exemple dans le cas du « binge-drinking » chez les jeunes ou dans le cas de l’alcoolisme chronique. Deux applications ont fait l’objet d’études plus approfondies : « A-Chess » et « Stop-Cannabis ».

A savoir ! Le « binge-drinking », encore appelé « biture express » ou « beuverie express » est un mode de consommation de l’alcool, qui consiste à boire ponctuellement de grandes quantités d’alcool le plus rapidement possible.

« A-Chess » (« Addiction-Comprehensive Health Enhancement Support System ») est une application en anglais destinée à prévenir la rechute chez les consommateurs réguliers d’alcool. Elle vise à favoriser l’autonomie des patients en leur donnant des outils pour gérer les situations difficiles. L’application est interactive et pilotée par un professionnel de santé. Après 4 mois, 80% des patients utilisent toujours l’application. Ces patients rechutent moins souvent et moins sévèrement que les patients qui n’utilisent pas l’application. Cette application pourrait également servir de modèle de prédiction des rechutes, permettant une intervention précoce du professionnel de santé lors de la survenue de signes avant-coureurs de rechute.

« Stop-Cannabis » est l’une des rares applications en langue française, développée par une équipe de psychiatres suisses. Elle est destinée aux consommateurs de cannabis désirant diminuer ou arrêter leur consommation. Personnalisable, l’application offre de multiples fonctions : l’évaluation des consommations, les progrès effectués, les sources de motivation du patient, des messages personnalisés et un forum de discussion modéré par un psychologue. Plus de 70% des patients utilisent cette application tous les jours et plus de 80% considèrent qu’elle contribue à la diminution ou l’arrêt du cannabis.

En savoir plusStop Cannabis

… qui doivent rester complémentaires des traitements classiques

Les applications mobiles sur les addictions semblent montrer un intérêt pour la prise en charge des addictions. Mais quelle peut-être leur place en addictologie ? Les spécialistes sont formels, ces applications doivent rester une approche complémentaire aux thérapeutiques classiques. En aucun cas, elles ne peuvent se substituer aux prises en charges des différentes addictions.

Néanmoins, des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer plus précisément leur efficacité. Les applications développées par des institutions de santé seraient à privilégier, en particulier parce qu’elles impliquent des professionnels de santé. Par ailleurs, ces applications soulèvent certains problèmes éthiques, notamment concernant la protection des libertés individuelles, ainsi que le risque de transmission et d’utilisation d’informations médicales personnelles. La création d’un label pour les applications concernant la santé pourrait permettre de préserver au maximum les intérêts du patient. Une réflexion à l’échelle européenne est actuellement menée sur la sécurité des applications mobiles dédiées à la santé.

Vous pourrez retrouver l’application Stop Cannabis sur :

 

Badge App StoreBadge Google Play


 

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources :

Lucet, C. et al. Applications pour smartphone : quel intérêt en addictologie ? 2016. La Lettre du Psychiatre. Vol. XII – n° 4-5. Juillet-août-septembre-octobre 2016.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.