12 astuces pour limiter les risques d’intoxication aux champignons

Dec 7, 2016 par

12 astuces intoxication champignons

Depuis plusieurs années, l’Institut National de Veille Sanitaire, devenu récemment Santé Publique France, organise un recensement des cas d’intoxications par les champignons pendant toute la durée de la saison de cueillette (de juillet à décembre). Santé sur le Net fait le point sur l’année 2016.

Déjà près d’une centaine d’intoxications en 2016

Tous les cas enregistrés par les centres antipoison et de toxicovigilance et par les services d’urgences hospitalières sont analysés. Chaque année, en moyenne, trois décès et plus d’une vingtaine de cas graves sont imputés aux champignons. Le nombre d’intoxications varie au cours de la saison, en fonction des conditions météorologiques. Il varie aussi selon les régions, certaines régions étant beaucoup plus touchées que d’autres. En 2015, près de 1 000 cas d’intoxications aux champignons ont été dénombrés, soit le double du nombre de cas répertoriés en 2014.

En 2016, fin octobre, près de 100 cas d’intoxications ont déjà été recensés, dont certains cas graves. Dans les Alpes Maritimes, sept membres d’une même famille, âgés de 14 à 80 ans, ont été hospitalisés en urgence après avoir consommé des champignons. Que faire pour éviter de telles intoxications ?

12 astuces pour limiter les risques d’intoxication

Voici quelques conseils à suivre pour éviter que la cueillette de champignons ne se transforme en intoxication :

  • En cas de doute sur la comestibilité d’un champignon, demander conseil à un spécialiste (pharmacien, association de mycologie).
  • 1 . Ramasser uniquement des champignons que vous savez parfaitement reconnaître.
  • 2 . Cueillir des champignons en bon état (pied et chapeau).
  • 3 . Ne pas ramasser de champignons sur les bords de route, dans des zones industrielles ou à proximité de décharges (risque de pollution).
  • 4 . Ne pas stocker les champignons dans un sac plastique, mais dans un panier ou un carton ouvert.
  • 5 . Conserver des restes de cueillette ou photographier la cueillette avant consommation pour faciliter l’identification de l’espèce en cas d’intoxication.
  • 6 . Se laver soigneusement les mains après la cueillette.
  • 7 . Séparer les différentes espèces de champignons pour éviter le contact entre les espèces toxiques et les espèces comestibles.
  • 8 . Consommer les champignons rapidement après la cueillette (deux jours maximum).
  • 9 . Bien cuire les champignons (certains champignons perdent leur toxicité à la cuisson).
  • 10 . Consommer des petites quantités de champignons et ne pas en consommer plusieurs repas de suite.
  • 11 . Eviter la consommation de champignons par des personnes fragiles (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou malades).

A savoir ! Si malgré tous ces conseils, les symptômes de l’intoxication surviennent après une consommation de champignons, il faut immédiatement contacter le centre antipoison de la région ou les services d’urgences (15 ou 112). Préciser la consommation de champignons et le délai entre la consommation et l’apparition des symptômes.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources :

Le Figaro Santé. Déjà 87 intoxications aux champignons: prudence. 20 octobre 2016.

Ouest-France. AlpesMaritimes. Sept membres d’une famille intoxiqués aux champignons. 24 octobre 2016.

Institut National de Veille Sanitaire. Intoxications liées à la consommation de champignons au cours de la saison 2015. Point de situation au 05/10/2015. Données consolidées au 05/10/2015.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.