Des bactéries multi-résistantes transmises par transplantation fécale !

Actualités Hépato / Gastro Métabolisme Thérapies

Rédigé par Estelle B. et publié le 23 juillet 2019

La transplantation fécale, ou transplantation de microbiote fécal, est une alternative thérapeutique, qui suscite un vif intérêt au sein de la communauté scientifique. Très récemment, la Food and Drug Administration (FDA) – l’agence américaine du médicament -, a alerté les professionnels de santé sur le risque de transmission de bactéries multi-résistantes au cours de la transplantation fécale.

Bactéries

La transplantation fécale, une nouvelle option thérapeutique

La transplantation fécale, également appelée transplantation de microbiote fécal ou encore greffe de selles, consiste à administrer par voie fécale à un patient un prélèvement de microbiote fécal issu d’une personne en bonne santé. Cette alternative thérapeutique suscite depuis peu un intérêt croissant de la communauté scientifique et médicale. Elle pourrait trouver des applications dans le traitement des nombreuses pathologies associées de près ou de loin à un déséquilibre de la flore intestinale, notamment :

  • Les infections bactériennes intestinales, comme l’infection à Clostridium difficile (agent important d’infections nosocomiales) ;
  • Des maladies inflammatoires du côlon, comme la rectocolite hémorragique ;
  • Des maladies systémiques, comme l’autisme, le diabète ou encore la dépression.

En France, à ce jour, la transplantation fécale n’est validée que pour une seule application thérapeutique, l’infection récidivante à Clostridium difficile. Aux USA, elle n’est pas encore autorisée.

Lire aussiAutisme : un pas de géant sur la piste de la greffe de selles

Des bactéries résistantes transmises par la greffe de selles

Récemment, la FDA a alerté les communautés scientifiques et médicales sur un risque grave, qui pourrait être associé à la transplantation fécale, le risque de transmission de bactéries multi-résistantes. Des bactéries résistantes à un ou plusieurs antibiotiques pourraient ainsi être transmises au patient lors de la greffe de selles. Ces bactéries peuvent provoquer, chez des patients dont l’état de santé est souvent fragile, des infections graves, potentiellement mortelles dans certains cas.

Ce message d’alerte fait suite à l’infection de deux patients immunodéprimés ayant reçu une transplantation fécale à partir du même donneur et qui ont développé des infections bactériennes invasives dues à des souches multi-résistantes d’Escherichia coli. Un de ces deux patients est décédé des suites de l’infection. Les analyses effectuées ont permis de démontrer que les bactéries multi-résistantes provenaient bien de la flore intestinale du donneur.

Lire aussiPar quels mécanismes les bactéries résistent aux antibiotiques ?

L’avenir de la transplantation de microbiote fécal

La survenue de ces deux infections amène la FDA à établir de nouvelles recommandations concernant la transplantation fécale. Il est désormais demandé aux médecins d’interroger les donneurs sur les facteurs de risque de colonisation par des bactéries multi-résistantes. Les sujets présentant un risque élevé ne doivent pas pouvoir donner leur flore intestinale, en vue d’une transplantation fécale.

De même, la FDA recommande d’instaurer un dépistage systématique de la présence de bactéries multi-résistantes dans les selles des donneurs, afin de sélectionner des dons sans organismes multi-résistants. Alors que la transplantation fécale n’est pas encore autorisée aux USA, ces deux infections graves ont provoqué la suspension de plusieurs essais cliniques. Les investigateurs doivent désormais apporter la preuve de l’absence de bactéries multi-résistantes dans les selles utilisées dans les essais.

Si la transplantation fécale fait l’objet d’un intérêt croissant pour améliorer la prise en charge de pathologies diverses, cette option thérapeutique n’en reste pas moins associée à certains risques spécifiques que les équipes médicales doivent apprendre à connaître et à maîtriser.

Lire aussi15 minutes chrono pour détecter des bactéries résistantes aux antibiotiques

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Important Safety Alert Regarding Use of Fecal Microbiota for Transplantation and Risk of Serious Adverse Reactions Due to Transmission of Multi-Drug Resistant Organisms. Communiqué de presse FDA. 13 juin 2019.
  • Labarthe says:

    Bonjour voici un extrait du communiqué de presse du gftf
    Veuillez actualiser votre article svp merci

    En France, depuis 2014, l’Agence National de Sécurité du Médicament (ANSM) (https://ansm.sante.fr/), le GFTF (https://www.gftf.fr) ainsi que la conférence de consensus Européenne sur la TMF en pratique clinique (http://dx.doi.org/10.1136/gutjnl-2016-313017) recommandent la recherche de portage digestif de BMR chez tous les donneurs de microbiote fécal.

    Selon l’annonce de la FDA, les bonnes pratiques n’ont pas été respectées car le donneur n’a pas été dépisté pour la recherche de BMR contrairement à ce qui se fait en France de manière systématique.

    Reply
  • Labarthe says:

    Bonjour voici un extrait du communiqué de presse du gftf
    Veuillez actualiser votre article svp merci

    En France, depuis 2014, l’Agence National de Sécurité du Médicament (ANSM) (https://ansm.sante.fr/), le GFTF (https://www.gftf.fr) ainsi que la conférence de consensus Européenne sur la TMF en pratique clinique (http://dx.doi.org/10.1136/gutjnl-2016-313017) recommandent la recherche de portage digestif de BMR chez tous les donneurs de microbiote fécal.

    Selon l’annonce de la FDA, les bonnes pratiques n’ont pas été respectées car le donneur n’a pas été dépisté pour la recherche de BMR contrairement à ce qui se fait en France de manière systématique.

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Pas de réponse, mais on peut rajouter une phrase dans l’article, précisant que le dépistage systématique de la présence de bactéries multi-résistantes est déjà en vigueur en France.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.