Bronzer sans UV : bientôt une réalité ?

Jul 29, 2017 par

Avoir un bronzage parfait en été constitue un objectif pour de nombreux vacanciers. De multiples trucs et astuces circulent pour bronzer sans prendre de coup de soleil. Mais serait-il possible de bronzer sans les rayons ultra-violets ? Une étude récente s’est penchée sur cette question surprenante.

bronzer sans uv sik


Bronzage et mélanine

Bronzer nécessite une exposition aux rayons ultra-violets, présents dans la lumière solaire ou émis par les cabines de bronzage. La mélanine, contenue notamment dans la peau, les poils et les cheveux, est le pigment responsable de la coloration de la peau et donc du bronzage. Cette coloration vise à protéger l’intérieur des cellules des effets néfastes des rayonnements UV, en particulier sur l’ADN.

Néanmoins, malgré la production de mélanine, l’exposition aux rayons solaires peut être néfaste à haute dose ou sur de longues périodes. Elle est notamment responsable d’une part de plus en plus importante des mélanomes cutanés (tumeurs malignes de la peau).

Il y a quelques années, des chercheurs ont découvert qu’il était possible de stimuler la production d’un dérivé de mélanine chez des souris incapables de le produire naturellement, et ce sans utiliser de rayonnements UV. Le mécanisme impliqué dans la production de mélanine reposait sur une substance particulière, un inhibiteur de la kinase inductible au sel (notée SIK). Quel pouvait être l’intérêt d’une telle découverte pour l’Homme ? Sans réponse immédiate à cette question, plusieurs années se sont écoulées avant qu’une étude récente ne s’intéresse à ce sujet.

Vers un bronzage sans UV ?!

Des chercheurs américains se sont penchés sur les potentialités des inhibiteurs de SIK. Dans une récente étude, ils publient l’utilisation d’un inhibiteur de SIK pour activer un gène impliqué dans la microphtalmie et la production d’un dérivé de mélanine (le gène MITF).

A savoir ! La microphtalmie est une malformation congénitale rare, qui se manifeste par une diminution des dimensions du globe oculaire. Elle peut toucher un œil ou les deux yeux et entraîner une cécité dans environ 10 % des cas.

Dans une première phase de l’étude, les chercheurs ont testé un inhibiteur de SIK sur différentes lignées de cellules cutanées humaines. Après trois jours de traitement, les cellules humaines se pigmentaient progressivement, avec une pigmentation d’autant plus forte que la dose d’inhibiteur de SIK était importante. Dans une seconde phase, ils ont démontré que l’inhibiteur de SIK permettait de rétablir la production de mélanine chez des souris déficientes en ce pigment.

Après avoir mis au point une formulation adaptée à la pénétration dans la peau, ils ont testé l’inhibiteur de SIK en application quotidienne pendant 7 jours. La peau des rongeurs s’est significativement assombrie. Les souris avaient bronzé sans UV.

Un effet rapidement réversible

Un tel « bronzage » est-il réversible ou permanent ? La question n’a pas échappé aux scientifiques. Une fois le traitement stoppé, la peau des souris a repris son aspect initial en 2 semaines et pendant au moins 40 jours. L’expression des gènes impliqués dans la production de mélanine ne semble pas modifiée par le traitement.

D’après leurs résultats, les auteurs de l’étude concluent qu’un traitement par un inhibiteur de SIK stimule non seulement la production des mélanocytes (cellules productrices de mélanine), mais aussi la migration de la mélanine à travers les tissus. Un phénomène observé lors de l’exposition de la peau aux UV.

Injecté dans des explants de peau humaine, l’inhibiteur de SIK a provoqué une pigmentation progressive de la peau. En revanche, en application topique, cette substance ne permettait pas la production de mélanine sur tous les échantillons de peau humaine. Même si des études complémentaires restent nécessaires, ces travaux ouvrent la voie pour un bronzage sans UV, qui protégerait des effets néfastes des rayons solaires et donc du risque croissant de cancers de la peau.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– A UV-Independent Topical Small-Molecule Approach for Melanin Production in Human Skin. Mujahid, Nisma and al. 2017. Cell Reports 19:2177-2184. 
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.