Cancer solide, facteur de risque face au Covid-19

Apr 6, 2020 par

Chaque année en France, plus de 350 000 cas de cancers sont recensés. Les patients cancéreux sont-ils plus vulnérables que les autres face à l’infection par le nouveau coronavirus ? Quelles sont les conséquences de l’épidémie sur la prise en charge de la maladie cancéreuse ? Santé Sur le Net fait le point sur ces deux questions.

covid-cancer-risques

Cancer et Covid-19

Etre atteint d’un cancer pendant la pandémie de Covid-19  n’est pas sans conséquence. Tout d’abord, les patients cancéreux constituent une catégorie de personnes plus fragile face à l’infection que le reste de la population. Les données recueillies en Chine indiquent un taux d’infection supérieur chez les patients atteints de cancers (1 %) par rapport à la population globale (0,29 %).

À savoir ! Chez les patients atteints de cancer, il est primordial de respecter les mesures de confinement et d’appliquer scrupuleusement les gestes barrière, pour limiter autant que possible le risque d’infection par le Covid-19.

Par ailleurs, chez les patients cancéreux infectés par le Covid-19, le risque de complications respiratoires sévères nécessitant une prise en charge en réanimation est nettement supérieur chez les patients cancéreux (39 %) que dans le reste de la population (8 %). Des antécédents récents de chimiothérapie ou de chirurgie constituent des facteurs de risque majeurs. Enfin, la dégradation de la fonction respiratoire chez les patients atteints de cancer se révèle plus rapide (13 jours) que chez les sujets indemnes de cancer (43 jours).

Des recommandations du HCSP pour sanctuariser les services d’oncologie

Face à ce risque majeur d’infections graves par le coronavirus chez les patients atteints de cancer, le Haut Comité de Santé Publique (HCSP) a émis le 15 mars 2020 des recommandations à destination des équipes médicales d’oncologie. L’objectif est de prévenir l’infection des patients cancéreux, en sanctuarisant les services d’oncologie.

Les recommandations sont les suivantes :

  • Ne pas accueillir de patients infectés par le Covid-19, avec ou sans cancer, dans les services d’oncologie et de radiothérapie ;
  • Ne pas accueillir dans les mêmes services des patients présentant des symptômes évocateurs d’une infection par le coronavirus ;
  • Isoler dans des secteurs spécifiques les patients cancéreux infectés par le Covid-19 et nécessitant une prise en charge hospitalière ;
  • Hiérarchiser la prise en charge des cancers, en fonction de plusieurs critères :
    • La nature de la stratégie thérapeutique (curative ou palliative) ;
    • L’âge des patients ;
    • Le pronostic de la maladie ;
    • Le caractère récent ou non du diagnostic de cancer.

Parallèlement, les patients cancéreux infectés par le Covid-19 voient leurs traitements oncologiques stoppés dans la mesure du possible, le temps de l’infection.

Des conséquences importantes sur la prise en charge oncologique

De telles recommandations ont des conséquences sur la prise en charge des cancers pendant l’épidémie :

  • Le report ou l’arrêt de certains traitements oncologiques ;
  • Des difficultés pour isoler ces patients dans les services de soins ;
  • Une prise en charge délicate des patients cancéreux infectés en réanimation ;
  • Une diminution des actes chirurgicaux et de certains actes diagnostiques, due à la mobilisation massive des soignants dans les services de réanimation.

Ces conséquences pourraient avoir un impact non négligeable sur le pronostic à moyen terme des patients atteints de cancers. Un impact qui ne pourra être évalué que dans quelques mois ou quelques années. Enfin, les essais cliniques sur les traitements anti-cancéreux sont presque tous suspendus le temps de l’épidémie, ce qui provoquera un retard dans le développement de nouvelles thérapies anticancéreuses. L’épidémie de Covid-19 aura donc un impact pour les patients atteints de cancers.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Covid-19 : de multiples conséquences en cancérologie. Medscape. Consulté le 3 avril 2020.
– Avis provisoire Recommandations relatives à la prévention et à la prise en charge du COVID-19 chez les patients à risque de formes sévères. HCSP . Consulté le 3 avril 2020.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.