Cancers pulmonaires : des avancées dans les traitements personnalisés

Feb 19, 2020 par

Chaque année, environ un million de personnes dans le monde meurent du cancer du poumon. C’est le 4ème cancer le plus fréquent en France, 46 363 cas ont été diagnostiqués en France en 2018. En nette progression chez la femme, à cause de l’augmentation de leur consommation de tabac au cours des dernières années, le taux de survie du cancer du poumon à 5 ans reste mauvais. Une des difficultés dans la prise en charge du cancer du poumon : l’apparition de nouvelles mutations des cellules cancéreuses et une résistance au traitement. Des chercheurs de l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier viennent de développer une nouvelle thérapie qui lève les résistances au traitement.

Des traitements de plus en plus personnalisés

Aujourd’hui, trois principaux types de traitements du cancer du poumon existent : la chirurgie, la radiothérapie et les traitements généraux tels que la chimiothérapie, l’immunothérapie et les traitements ciblés. Associés si besoin, ces traitements sont de plus en plus personnalisés :

  • La chirurgie : reste quand cela est envisageable le principal traitement, en enlevant la tumeur dans sa totalité
  • La radiothérapie : utilisée seule ou en association avec d’autres traitements, vise à détruire les cellules cancéreuses grâce à des rayons de haute énergie
  • L’immunothérapie : consiste à stimuler les défenses naturelles du patient pour vaincre la tumeur
  • La chimiothérapie : regroupe de nombreux traitements médicamenteux et permet de mettre en place des protocoles adaptés à chaque patient
  • Les thérapies ciblées : empêchent la croissance tumorale en inhibant l’activité des cellules cancéreuses.

C’est pour cette dernière catégorie de traitement qu’une équipe de chercheurs de Montpellier a identifié de nouvelles thérapies. En effet, dans le cas du cancer du poumon, de nouvelles mutations génétiques peuvent apparaître, entraînant une résistance aux thérapies ciblées.

Une thérapie qui tend à rompre le cercle vicieux de la résistance au traitement

Dans le cas du cancer du poumon, on estime qu’environ 40% des patients développent un adénocarcinome. Cette tumeur, bénigne au départ, peut devenir maligne, c’est à dire cancéreuse, suite à des mutations dites oncogénétiques. Depuis 15 ans, les chercheurs se penchent sur son traitement et d’importantes avancées thérapeutiques ont vu le jour, afin de combattre la maladie. Les progrès en médecine ont ainsi pu mettre en évidence que certaines tumeurs étaient résistantes à la chimiothérapie conventionnelle en raison d’altérations génétiques telles que celles affectant les gènes EGFR (la plus fréquente) ou ALK. Ces altérations génétiques permettent alors aux cellules d’échapper au traitement en développant une nouvelle mutation. Une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier vient de parvenir à contrer, en laboratoire, cette résistance. Comment ? En étudiant le processus cellulaire activé en aval de l’activité résiduelle d’EGFR, appelé voie Notch et en bloquant celle-ci. Cette inhibition d’activité, associée au traitement actuel a donné d’excellents résultats, en évitant notamment le développement de nouvelles mutations. Ces travaux, qui offrent des perspectives encourageantes dans la prise en charge du traitement du cancer du poumon, vont devoir à présent être confirmés cliniquement chez des patients atteint de la maladie afin de ‘vérifier l’efficacité d’une telle association médicamenteuse chez des patients souffrant d’adénocarcinome pulmonaire’ selon Antonio Maraver, un des auteurs de l’étude.

D’autres équipes de chercheurs travaillent pour augmenter la sensibilité des tumeurs les plus agressives aux traitements. Ces études, encourageantes dans le cas du cancer du poumon, permettraient par ailleurs d’étendre ces nouvelles thérapies aux autres cancers tels que le cancer du sein, de l’ovaire , de l’endomètre, du pancréas, de l’estomac et du côlon.


 Juliette S., Rédactrice scientifique

– Cancers pulmonaires : lever la résistance aux thérapies ciblées. INSERM. Consulté le 23 février 2020.
– Voies oncogéniques dans le cancer du poumon : A. Maraver. IRCM. Consulté le 23 février 2020.
– Le cancer du poumon. E-CANCER. Consulté le 23 février 2020.
– Cancers du poumon : les traitements. FONDATION ARC. Consulté le 23 février 2020.
– Cancer du poumon métastatique : une thérapie ciblée pour améliorer l’efficacité du traitement. INSERM. Consulté le 23 février 2020.
Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.