Concentration et attention : le système de tri sélectif du cerveau étudié

Mar 24, 2020 par

La concentration fait depuis de longues années l’objet de nombreuses études. Mystérieuse et intrigante, la concentration est cette attention qui permet de mobiliser ses facultés mentales et physiques sur un sujet et une action. Indispensable à l’efficacité et à la réussite d’une tâche, la concentration permet de maintenir l’attention sur une activité précise, sans la laisser dévier vers d’autres stimulations. Ces stimulations mettent sans cesse notre cerveau à l’épreuve qui doit les analyser. Une équipe de l’Inserm vient de montrer que le cerveau réalise cette analyse en moins d’un quart de seconde. Comment cela se passe-t-il concrètement ? Les chercheurs ont pu localiser, visualiser et chronométrer ce système de tri sélectif grâce à des enregistrements intracrâniens.

cerveau-concentration-attention

La concentration : une perception, une intention et une manière d’agir ou de réagir

Que se passe-t-il concrètement quand nous nous concentrons ?

Au préalable, nous avons un objectif en tête, par exemple lire un article de santé. Ensuite, nous faisons le tri entre ce qui va nous permettre de le faire (faire apparaître correctement l’article sur notre écran) et ce qui va nous en distraire (les bruits de rue, des souvenirs de la journée ou de la veille, un ajout à la liste des courses à faire plus tard). Enfin, nous décidons implicitement d’une manière de réagir aux stimulations externes dits bruits de fond (si quelqu’un m’interrompt dans ma lecture, je lui montre que je ne suis pas disponible). Se concentrer, c’est donc stabiliser, tout au long de la tâche son “programme attentionnel”, constitué d’une perception, d’une attention et d’une manière de réagir. Ces trois composantes sont gérées par notre cortex préfrontal. C’est donc cette zone que les chercheurs ont étudié .

De nouvelles voies de recherche

Afin de localiser précisément cette zone, les chercheurs ont utilisé des enregistrements intracérébraux via des des électrodes implantées chez 85 patients épileptiques, ce qui “a permi d’analyser les signaux neuronaux dans cette région particulière à l’échelle des millisecondes”, comme l’explique Jean-Philippe Lachaux, un des auteurs de l’étude.

Afin d’étudier le système de tri du cerveau, les participants ont dû lire un texte de couleur grise, avec des mots insérés en blanc, sans lien avec l’histoire. Les mots blancs devaient donc être rapidement analysés comme “à laisser de côté”. Ainsi “un signal s’allumait systématiquement 200 ms (millisecondes) après l’affichage du mot et juste avant la dissociation entre le fait de lire ou pas le mot. Et cela à un seul endroit, identique chez tous les participants et à proximité immédiate de la région de l’intention du moment”.

1/5 de seconde donc pour prendre une bonne ou une mauvaise décision !

Pour la première fois, l’emplacement précis et le fonctionnement du système de tri du cerveau ont été analysés de cette façon. Pour Jean-Philippe Lachaux, cette étude pourrait ouvrir la voie à de nouvelles recherches notamment celles “impliquées dans les problèmes attentionnels observés chez certains individus”. De grandes avancées pourraient ainsi être faites dans la compréhension et la prise en charge des troubles attentionnels et exécutifs, dont les rôles sont primordiaux en terme d’adaptation chez l’enfant notamment.

Juliette S., Rédactrice scientifique

– Les secrets du cerveau pour rester concentré. INSERM. Consulté le 17 mars 2020.
– Objectif concentration. CERVEAU ET PSYCHO. Consulté le 17 mars 2020.

Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.