Covid-19 : quels impacts sur le cerveau ?

Actualités Coronavirus (COVID-19)

Rédigé par Estelle B. et publié le 14 mars 2022

Certains symptômes de la Covid-19, comme la fatigue mentale ou la confusion, ont rapidement soulevé la question des effets du virus SARS-CoV-2 sur le cerveau. Plusieurs études se sont penchées sur cette question. La dernière en date a été publiée dans la revue scientifique Nature le 7 mars 2022. Elle démontre l’impact de l’infection sur les neurones de l’olfaction, entre autres. Santé sur le Net décrypte ses résultats.

image d'un cerveau

Covid-19, cerveau et odorat

Parmi la longue liste des symptômes associés à l’infection par le SARS-CoV2, figurent certains signes (perte de goût et/ou d’odorat, fatigue mentale, confusion, …) qui laissent à penser que la Covid-19 entraîne des effets neurologiques, à court et moyen terme. Après plusieurs études scientifiques sur ce sujet, des chercheurs britanniques viennent de publier leurs résultats. Ils semblent confirmer un impact de l’infection sur le cerveau.

Parmi les signes évidents de l’effet de la Covid-19 sur le cerveau, figure en tête la perte du goût et/ou de l’odorat. Dans les premiers mois de la pandémie, elle affectait environ 80 % des patients infectés. Dès la première année, des scientifiques ont démontré que ce symptôme était associé à une atteinte des cellules nerveuses de la cavité nasale par le virus. Par ailleurs, il a été démontré que le virus pouvait rester présent dans la cavité nasale pendant de longs mois à compter de l’infection.

Les neurones de l’olfaction directement impactés

Pour mieux comprendre les effets du SARS-CoV2 sur le cerveau, les chercheurs britanniques ont réalisé des examens d’imagerie cérébrale sur 758 participants, âgés de 51 à 81 ans, à deux moments successifs :

  • Au début de l’étude, l’ensemble des participants n’ayant alors jamais été testés positifs à la Covid-19 ;
  • Après un délai moyen de 141 jours, pendant lequel :
    • 401 personnes ont contracté la Covid-19 ;
    • 384 personnes n’ont pas contracté l’infection (sujets contrôles).

En comparant les deux séries d’images cérébrales, les chercheurs ont pu mettre en évidence chez les patients infectés plusieurs phénomènes par rapport aux sujets contrôles :

  • Une réduction plus marquée de l’épaisseur de la matière grise dans deux régions du cerveau (le cortex orbito-frontal et le gyrus parahippocampique) ;
  • Des lésions neurologiques plus marquées dans les régions associées à la perception des odeurs ;
  • Une réduction globale de la taille du cerveau.

Un vieillissement accéléré des neurones ?

Entre les deux séances d’imagerie, les patients infectés ont montré un déclin cognitif plus marqué que les sujets contrôles. Ainsi, cela suggèrerait un vieillissement prématuré des neurones suite à l’infection. Et ces effets restaient significatifs, quelle que soit la sévérité de l’infection. Néanmoins, les mécanismes physiopathologiques à l’origine des effets observés restent encore à préciser. La réversibilité partielle ou totale de ces effets neurologiques à long terme reste à déterminer.

D’après ces données, le virus SARS-CoV-2, via les régions cérébrales dédiées à l’olfaction, entraîne des effets neurologiques. Ces conséquences neurologiques ont lieu quelle que soit la gravité de la maladie. Il sera donc intéressant d’évaluer l’intérêt des thérapies de rééducation olfactive chez les patients atteints d’anosmie. D’autres chercheurs travaillent eux aussi sur les effets neurologiques de la Covid-19, en particulier sur l’impact de la pandémie sur l’incidence de la maladie d’Alzheimer.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– SARS-CoV-2 is associated with changes in brain structure in UK Biobank. Gwenaëlle Douaud and al. 2022. Nature. nature.com. Consulté le 14 mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.