Covid -19 : faut-il renoncer à l’immunité collective ?

21 septembre 2021 par

Les mois de juillet et août 2021 ont été marqués par la gravité de la quatrième vague de la Covid-19 due à la propagation du variant Delta. Aujourd’hui, malgré un nombre important de personnes vaccinées, l’immunité collective est loin d’être atteinte. Faut-il donc renoncer à cette idée ? Santé Sur Le Net vous répond.

immunité collective contre la Covid-19

Qu’est-ce que l’immunité collective contre la Covid-19 ?

L’immunité collective correspond au pourcentage d’une population immunisée contre une infection donnée par la vaccination ou par une contamination antérieure.

Dans le cas de la pandémie actuelle, l’immunité collective correspond à la protection de la population contre le virus du SARS-CoV-2. Pour cela, l’OMS prône l’acquisition de l’immunité collective par la vaccination afin de protéger la population mondiale des formes graves de coronavirus. Car les vaccins agissent en produisant des anticorps qui, tout en aidant les personnes à combattre le virus, empêchent les contaminations entre les individus. Selon l’OMS, elle ne peut pas être atteinte que par la vaccination d’une grande partie de la population.

Doit-on renoncer y renoncer ?

En juillet 2021, le nombre de contaminations à la Covid-19 rapporté par Santé Publique France était effrayant. La croissance du nombre de cas de Covid-19 observé chez les personnes vaccinées a soulevé la question de l’efficacité des vaccins et de la possibilité ou non d’atteindre l’immunité collective. Ces interrogations étaient d’autant plus importantes au sein des pays où la majeure partie de la population était vaccinée : Israël, Malte, Danemark et Islande.

Pour nombre de scientifiques, la vaccination ne pourrait pas, à elle seule, permettre d’atteindre cette immunité collective. En effet, les vaccins mis sur le marché depuis décembre 2020 ont été approuvés pour leur efficacité et pour leur capacité de protection contre les formes graves du coronavirus. Néanmoins, avec l’essor de nouveaux variants, l’efficacité des vaccins s’est avérée variable et des cas d’infections asymptomatiques ou bénignes ont été détectés chez des personnes vaccinées.

Selon l’Académie Nationale de Médecine, la vaccination ne constitue pas un moyen unique d’éradiquer le virus responsable de la pandémie de la Covid-19. Néanmoins, la pandémie peut évoluer vers une infection moins grave avec des vagues saisonnières. Cela ne peut être possible que grâce à une immunité collective qui serait obtenue par la vaccination de l’ensemble de la population mondiale.

Pour atteindre ou rester sous le seuil d’immunité collective, le nombre d’individus immunologiquement naïfs qu’un sujet va contaminer doit être calculé (R0). C’est le nombre de reproduction de base de la maladie. Plus ce taux est faible, plus l’immunité de la population augmente. Avec l’essor des variants, ce taux augmente.

Afin d’atteindre cette immunité, l’Académie Nationale de Médecine rappelle la nécessité de compléter une couverture vaccinale suffisante. Pour cela, certaines recommandations doivent être respectées :

  • Croire en l’efficacité des vaccins, comme l’a montrée la dernière vague face au variant Delta
  • Continuer des respecter les gestes barrière
  • Remplacer le pass sanitaire par le passe vaccinal
  • Évaluer les éventuels bénéfices des vaccins de seconde génération comme rappels

Yasmine B., rédactrice scientifique

Sources
– Immunité collective, confinement et COVID-19. who.int. Consulté le 17 septembre 2021.
– Ne pas renoncer à l’immunité collective. academie-medecine.fr. Consulté le 17 septembre 2021.
Yasmine B.
Rédactrice scientifique
Spécialiste en rédaction médicale, diplômée en biologie médicale. Passionnée par le domaine de la santé et l’actualité scientifique.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.