Les dérivés de testostérone face à l’endométriose

Actualités Fertilité / Infertilité Gynécologie

Rédigé par Estelle B. et publié le 8 mars 2020

Selon les estimations, environ 10 % des femmes françaises seraient atteintes d’endométriose, une affection à l’origine de douleurs invalidantes et de problèmes de fertilité. A ce jour, aucun traitement ne permet de guérir cette maladie. Parmi les médicaments utilisés, figurent des dérivés de la testostérone, dont la place dans la stratégie thérapeutique reste encore controversée.

endometriose-femme-testosterone

La stratégie thérapeutique contre l’endométriose

L’endométriose est une pathologie exclusivement féminine, caractérisée par la présence de tissu endométrial en dehors de l’utérus. Dans un certain nombre de cas, la maladie ne provoque aucun symptôme (forme asymptomatique), mais elle peut aussi être à l’origine :

  • De douleurs chroniques invalidantes (70 % des cas) ;
  • De problèmes d’infertilité (40 % des cas).

Actuellement, il n’existe aucun traitement capable de guérir définitivement l’endométriose. Les traitements possibles dépendent des lésions d’endométriose et du stade de développement de la maladie :

  • Les formes asymptomatiques ne nécessitent pas de traitement particulier, mais un suivi médical régulier ;
  • L’évolution des formes symptomatiques peut être ralentie par l’hormonothérapie et les traitements chirurgicaux.

Lire aussiQuels liens entre l’endométriose et les troubles thyroïdiens ?

Endométriose et hormonothérapie

Parallèlement aux indications chirurgicales, les traitements hormonaux se placent en première ligne dans l’arsenal thérapeutique contre l’endométriose. Selon les situations, plusieurs types d’hormonothérapie peuvent être envisagés, en accord avec la patiente :

  • Une contraception œstro-progestative utilisée en continu ;
  • La pose d’un stérilet ou d’un dispositif intra-utérin au lévonorgestrel ;
  • Une contraception microprogestative orale au désogestrel ;
  • Un implant à l’étonogestrel ;
  • Les analogues de la gonadolibérine, dérivés de la testostérone, induisant une hypo-œstrogénie associée à des effets secondaires importants (bouffées de chaleur, sécheresse cutanée, déminéralisation osseuse, …) ;
  • Le diénogest, une hormone dont l’action est proche de celle de la progestérone.

Dans tous les cas, l’objectif de l’hormonothérapie consiste à supprimer la composante hormonale de la maladie, et donc à ralentir son évolution et à minimiser ses symptômes.

Lire aussiLa pilule contraceptive provoque-t-elle vraiment une baisse de la libido ?

Les dérivés de la testostérone face à l’endométriose

Parmi les traitements hormonaux, certains sont des dérivés de la testostérone. Considérée comme l’hormone masculine par excellence, la testostérone est produite à la fois chez l’homme et chez la femme :

  • Au niveau des testicules chez les hommes ;
  • Au niveau des ovaires chez les femmes.

Evidemment, la production de testostérone est beaucoup plus faible chez les femmes que chez les hommes. La place des dérivés de la testostérone dans l’endométriose est soumise à controverse, en particulier en raison de leurs effets secondaires importants. Ils nécessitent la mise en place d’une add-back thérapie, consistant à réintroduire de faibles quantités d’œstrogènes pour pallier à l’hypo-œstrogénie.

Aujourd’hui, les dérivés de testostérone sont prescrits en France en traitement de seconde intention dans l’endométriose. Une position thérapeutique contestée par certains spécialistes, qui privilégient les dérivés de testostérone aux dérivés de la progestérone, recommandés en première intention.

Lire aussiÉtude ComPaRe : un premier grand succès avec l’endométriose

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Prise en charge de l’endométriose. Recommandations de bonnes pratiques. HAS. Consulté le 02 mars 2020.

  • Akia Hattout says:

    Bonjour, je viens de lire votre article, qui a pu donner une réponse à ma question.
    Je souffre depuis des années d’endométriose, j’ai eu à la fois la maladie de basedow, avec aujourd’hui, une thyroïdectomie, et thyroxinine 75, et 1/2 de 25, avec à l’époque la pose d’un stérilet en cuivre pour 3 ans, retrait de celui-ci, car métrorragies jusqu’à 3 semaines de règles abondantes et malodorantes, avec un utérus abrégé de, donc pas de pose de lire là je souffre en permanence de douleurs qui irradient dans le dos, et de fatigue chronique.
    Cela fait aujourd’hui plus de 20 ans, que j’ai le ventre gonflé, une double hernie discale et une perte poids importante, merci à vous d’éclairer ma lanterne, merci à vous Cordialement

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour poser votre question. Nous comprenons vos souffrances depuis 20 ans. Des solutions existent pour vous soulager, du moins partiellement. Nous vous invitons à vous rapprocher de votre médecin pour en discuter.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
  • Bonjour,
    vous parlez de praticiens qui privilégient les dérivés de la testostérone, pouvez vous en recommander certains ?

    Reply
  • Bonjour,
    vous parlez de praticiens qui privilégient les dérivés de la testostérone, pouvez vous en recommander certains ?

    Reply
    • L'équipe Santé sur le Net says:

      Bonjour,
      Merci de faire confiance à Santé sur le Net pour trouver des informations sur votre santé. Nous ne sommes pas en mesure de répondre à votre question. Nous n’avons pas l’autorisation de conseiller un praticien plutôt qu’un autre. Nous vous invitons à vous rapprocher de votre médecin traitant qui pourra vous conseiller.
      Nous vous souhaitons une bonne journée.
      L’équipe Santé sur le net.

      Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.