Diabolos ou yoyos : quelle efficacité dans l’otite moyenne aiguë ?

Sep 6, 2018 par

Les otites sont des affections fréquentes chez le jeune enfant jusqu’à l’âge de 5 ans. Ces affections de l’oreille, en apparence bénignes, peuvent se compliquer et entraîner une perte d’audition, si elles ne sont pas correctement prises en charge. La pose d’aérateurs transtympaniques (diabolos ou yoyos) fait partie des alternatives thérapeutiques envisagées, en cas de récidives fréquentes ou d’otite séromuqueuse. Récemment, des chercheurs ont analysé l’ensemble de la littérature disponible pour évaluer l’efficacité clinique de ces dispositifs.

efficaté du diabolos dans l'otite

Otites et aérateurs transtympaniques

Parmi les otites, l’otite séromuqueuse, encore appelée l’otite séreuse ou l’otite sécrétoire, correspond à une inflammation chronique de la muqueuse de l’oreille moyenne associée à un épanchement sur une durée supérieure ou égale à 3 mois. Cette forme d’otite est l’une des complications possibles de l’otite moyenne aigüe, lorsque cette dernière récidive fréquemment et devient chronique.

L’otite séromuqueuse touche particulièrement les jeunes enfants et sa prévalence chute à partir de l’âge de 6 ans. Une prise en charge adaptée est nécessaire pour éviter tout risque d’une perte d’audition.

Le traitement de l’otite séromuqueuse nécessite la mise en place d’aérateurs transtympaniques, plus connus sous le nom de diabolos ou de yoyos. Ces dispositifs médicaux, également appelés des drains transtympaniques, sont des petits tubes creux, insérés au travers de la membrane tympanique, au cours d’une intervention chirurgicale sous anesthésie générale. En maintenant en permanence une ouverture dans le tympan, les diabolos améliorent l’aération de l’oreille moyenne. L’organisme de l’enfant les expulse spontanément dans la majorité des cas, entre 4 mois et 2 ans après leur mise en place.

Quelle est l’efficacité clinique des diabolos ?

En pratique clinique, la pose de diabolos est communément envisagée chez les jeunes enfants présentant des récidives d’otites moyennes aigües, c’est-à-dire au moins 3 otites sur une période de 6 mois, ou au moins 4 otites sur une année. Cette intervention est proposée pour limiter le risque de développement d’une otite séromuqueuse. Récemment, des chercheurs ont effectué une revue systématique de littérature pour évaluer l’efficacité de ces dispositifs dans le contexte de l’otite moyenne aigüe.

Les chercheurs ont compilé les données de tous les essais cliniques randomisés, ayant comparé la pose de diabolos à d’autres alternatives thérapeutiques chez les enfants de moins de 16 ans. Ils n’ont trouvé aucune étude permettant de comparer la pose de diabolos seule ou en association avec l’ablation des végétations adénoïdes.

Dans les études cliniques retenues pour cette analyse, les chercheurs se sont particulièrement intéressés aux deux critères suivants :

  • La proportion d’enfants sans récidives entre 3 et 6 mois après la pose de diabolos;
  • La présence d’une perforation persistante de la membrane tympanique.

Des données cliniques insuffisantes pour conclure

Les résultats de cette analyse de littérature ont révélé que les diabolos étaient plus efficaces qu’une surveillance médicale sur le risque de récidives à 6 mois. Près de la moitié (46 %) des enfants avec des diabolos n’avaient aucune récidive à 6 mois, contre seulement 5 % chez les enfants uniquement surveillés. A 12 mois, l’écart entre ces deux chiffres tendait à diminuer, avec 48 % contre 34 %. Les deux groupes d’enfants, surveillés ou avec des diabolos, présentaient une qualité de vie similaire, à court comme à long terme.

La comparaison entre l’utilisation de traitements antibiotiques préventifs (antibioprophylaxie) et la mise en place de drains transtympaniques semblait indiquer une efficacité clinique supérieure des diabolos, sur le plan des récidives. Mais les preuves scientifiques ont été considérées comme de très faible qualité par les auteurs de l’analyse.

Au final, cette analyse de littérature indique que l’efficacité des diabolos dans la prévention des récidives d’otite moyenne aiguë est modeste, selon les données cliniques disponibles. Ces données proviennent d’un petit nombre d’études cliniques, avec une qualité et un niveau de preuves globalement insuffisants. Des études de bonne qualité sont donc nécessaires pour conclure réellement sur l’efficacité clinique des drains transtympaniques en prévention des récidives d’otites.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Pose d’aérateurs transtympaniques dans l’otite moyenne séreuse et séromuqueuse chronique bilatérale chez l’enfant. Fiche de pertinence des soins. HAS. Mars 2017.
– Grommets (ventilation tubes) for recurrent acute otitis media in children. Venekamp, R.P. and al. 2018. Cochrane Database Syst Rev. 5:CD012017. doi: 10.1002/14651858.CD012017.pub2.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.