Don de lait maternel : Une exigence de qualité et de sécurité

Actualités Grossesse

Rédigé par Alexia F. et publié le 2 mars 2022

Le lait maternel pasteurisé provenant des lactariums est vital pour la santé des bébés prématurés. Pour les femmes qui le peuvent, faire don de leur surplus de lait se révèle donc aussi altruiste qu’essentiel. Mais comment faire un don de lait maternel ? Dans quelles conditions ? Quelle réglementation s’applique à ce produit particulier ? Santé sur le Net fait le point sur ce sujet qui reste encore assez méconnu des jeunes mamans.

Don de lait maternel

Don de lait maternel : vital pour les bébés prématurés

Les bienfaits du lait maternel pour le nourrisson ne sont aujourd’hui plus à prouver. Procurant un équilibre à la fois affectif et alimentaire, il permet de couvrir les besoins nutritionnels des enfants nés à terme ou proches du terme. Le lait maternel se révèle également essentiel chez les bébés qui naissent prématurément. Les facteurs de croissance qu’il contient soutiennent en effet le développement de leur tube digestif et la défense de leur organisme contre les infections, ce qui aide à prévenir certaines complications potentiellement graves liées à la prématurité. En France, on estime que les nourrissons prématurés représentent environ 60 000 naissances par an. Et en Ile-de-France, 3300 bébés de moins de 32 semaines et pesant moins d’1,5 kg ont un besoin vital de ce lait maternel.

Des lactariums ont ainsi vu le jour en France pour venir en aide aux enfants prématurés. Le principe de ces établissements ? Recueillir le lait maternel auprès de mamans allaitantes qui souhaitent faire don de leur surplus de lait. C’est ainsi qu’en 2018, les lactariums français ont recueilli 44 600 litres de lait provenant de dons anonymes. Mais vu la fragilité de la population à laquelle il est destiné, ce produit nécessite une attention et une vigilance toutes particulières.

À savoir ! Intégrés au sein d’un Centre Hospitalier Universitaire ou indépendants reconnus d’utilité publique, les lactariums désignent des centres de consultation et d’information en matière d’allaitement maternel. Ils accompagnent également les mamans dont le bébé est hospitalisé. La liste des lactariums français est à retrouver ici.

Les modalités de recueil et du don de lait maternel

En pratique, toute femme allaitante qui souhaite donner son lait peut le faire. Un dossier médical est alors ouvert pour chaque candidate au don dans le but d’assurer la qualité du lait maternel qui sera ensuite distribué. Car il faut savoir que certains facteurs de risque comme le tabagisme ou la prise régulière de certains médicaments toxiques sont incompatibles avec le don de lait. Un entretien avec la maman allaitante ainsi qu’un questionnaire médical adressé au médecin ayant suivi la maman pendant sa grossesse permettent ainsi de vérifier l’absence de ces facteurs de risque. Un dépistage sérologique est pratiqué à l’occasion du 1er don à partir d’une prise de sang, et renouvelé tous les 3 mois pendant la durée du don. Le but est de vérifier que la maman donneuse n’est pas atteinte de certaines pathologies comme le sida, l’hépatite B ou l’hépatite C.

À savoir ! Les prélèvements entrent dans le cadre de contrôles stricts et sont immédiatement abandonnés si la lactation baisse de façon anormale.

S’agissant de l’équipement, les lactariums fournissent aux mamans donneuses tout le matériel nécessaire (tire lait manuel, tire lait électrique et biberons de collecte déjà stérilisés). Mais attention, dans un souci de sécurité pour les nourrissons qui recevront le lait, des mesures d’hygiène simples doivent être scrupuleusement respectées ! C’est ainsi qu’avant chaque recueil, la mère doit se laver les mains et les seins avec un savon sans parfum par exemple. Quant au matériel utilisé pour le recueil du lait, il doit être systématiquement dégraissé avec du liquide vaisselle puis stérilisé. Une fois que le lait a été recueilli, la maman doit le transvaser dans un biberon qui pourra être conservé pendant 24h au réfrigérateur avant d’être stocké au congélateur à -18°C.

À savoir ! Le lait doit être refroidi sous un robinet d’eau froide, puis placé dans la zone la plus froide du réfrigérateur à +4°C. Il est possible de cumuler le lait de plusieurs recueils dans un même biberon tout au long de la journée. Mais attention ! Le lait décongelé ne doit jamais être recongelé et il ne faut pas ajouter de lait fraîchement recueilli à un biberon de lait congelé.

Un collecteur se rend ensuite au domicile de la maman donneuse pour récupérer les flacons de lait congelé avant de les emmener au lactarium où ils seront analysés et contrôlés. Ils feront ainsi l’objet de tests sérologiques et d’examens bactériologiques pour évincer les laits contenant trop de germes et qui se révéleraient donc nocifs pour les prématurés. Puis les laits sont mélangés dans une cuve afin d’obtenir un mélange de composition homogène, puis conditionnés en biberons de 200 ml et enfin pasteurisés, en fonction du résultat des analyses bactériologiques.

À savoir ! Le lait maternel pasteurisé est soumis à un traitement par la chaleur visant à réduire le nombre de bactéries, champignons et virus.

Un nouveau contrôle bactériologique est effectué sur chaque lot de lait maternel pasteurisé. Seuls les lots dont le contrôle bactériologique se révèle négatif sont délivrés par le lactarium qui se charge enfin de les redistribuer sur prescription médicale aux services où sont hospitalisés les enfants prématurés. Depuis la collecte du lait jusqu’à sa délivrance, l’encadrement est donc strict pour assurer à la fois la sécurité et la qualité du produit.

De nouvelles exigences règlementaires de qualité et de sécurité

Car le lait maternel pasteurisé représente un véritable produit de santé comme le précise la directrice générale de l’ANSM, Christelle Ratignier-Carbonneil : « Le lait maternel est un produit de santé singulier destiné à une population fragile, il nécessite en cela une attention particulière. En outre, les besoins vont croissant comme en témoigne l’augmentation du nombre de lactariums en Europe depuis une dizaine d’années ». L’exigence de qualité et de sécurité du lait maternel pasteurisé est donc bien réelle pour prévenir au maximum certaines complications spécifiques à la population fragile des nourrissons prématurés.

Dans ce contexte, l’ANSM, en concertation avec les parties prenantes (DGS, professionnels de santé représentés par l’Association des lactariums de France, sociétés françaises de néonatalogie et de pédiatrie et représentants de patients), a souhaité faire évoluer la réglementation relative au lait maternel pasteurisé à travers la mise en place d’un nouveau référentiel de bonnes pratiques. Ce nouveau référentiel s’appuie principalement sur deux grandes évolutions :

  • Le renforcement de la gestion du risque au sein des lactariums
  • L’encadrement des activités essentielles des lactariums (contrôle microbiologique, sélection des donneuses, informatisation des activités, etc.).

Le respect de ce nouveau référentiel implique la mise en place d’une réorganisation des lactariums qui devront dès lors être intégrés à la politique globale de gestion de la qualité et du risque des centres hospitaliers qui les hébergent. La mise en application de ce nouveau référentiel étant entré en vigueur depuis le 1er mars 2022, les 34 lactariums français bénéficieront d’une période transitoire de 6 mois pour se mettre en conformité.

Prochaine étape pour l’ANSM ? Faire adopter à l’échelle européenne ce référentiel de bonnes pratiques renforcé afin de bénéficier d’une règlementation commune et d’harmoniser les pratiques entre pays.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– L’ANSM publie le nouveau référentiel des bonnes pratiques en matière de lait maternel pasteurisé issu des lactariums. ansm.sante.fr. Consulté le 1er mars 2022.
– Circuit du lait maternel pasteurisé issus des lactariums. ansm.sante.fr. Consulté le 1er mars 2022.
– Principaux risques liés à la gestion du lait maternel issu des lactariums et synthèse des bonnes pratiques. ansm.sante.fr. Consulté le 1er mars 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.