L’encouragement à la cigarette électronique en Angleterre

May 6, 2016 par

cigarette électronique

Le débat sur la cigarette électronique est de nouveau lancé : alors que l’évènement Sommet de la vape. Politique de santé et cigarette électronique aura lieu ce lundi 9 mai à Paris, le Royal College of Physicians, organisation de professionnels de santé anglais, vient de publier un rapport poussant à la pratique de la e-cigarette.


L’incitation à la cigarette électronique

Le Royal College of Physicians, collège royal de médecine en français, est une institution médicale anglaise reconnue. Elle regroupe des médecins et professionnels de santé avérés, sélectionnés via un examen d’entrée. Ces professionnels sont à l’origine de la parution deux fois par mois de la célèbre revue médicale Clinical Medicine.

Le 28 avril dernier, ce collège a publié un rapport de 200 pages intitulé « Nicotine without smoke : Tobacco harm reduction », soit « Nicotine sans fumée : la réduction des méfaits du tabac » en français. Ce rapport traite de la cigarette électronique et de son utilisation, selon eux nécessaire pour lutter contre les dangers du tabac.

La raison principale qui pousse à la consommation de tabac est l’addiction à la nicotine. Hors, ce n’est pas cet élément qui nuit à la santé, mais les autres ingrédients présents dans la cigarette tels que le goudron, le monoxyde de carbone ou autres.

D’après le rapport, la cigarette électronique est efficace quand elle est utilisée comme aide pour arrêter la consommation de tabac. Cet élément est  confirmé par le Dr Martin Juneau, directeur de la prévention de l’Institut de Cardiologie de Montréal, qui estime que 40 à 50% de ses patients réussissent l’arrêt du tabac via cette méthode, ce qui selon lui est impressionnant. Ainsi, la cigarette électronique peut être comparée aux TNS (Thérapies Nicotiniques de Substitution), connues et vendues en pharmacie.


La cigarette électronique : tout de même dangereuse ?

Les avis restent partagés : en effet, certains scientifiques prônent le fait que la cigarette électronique, banalisée, pousse à la consommation et qu’il n’y a pas encore assez de recul pour évaluer sa dangerosité. Dans le rapport, le collège royal de médecine ne nie pas la probabilité de danger de la cigarette électronique, mais annonce que le risque engendré pour la santé ne représente que 5% de celui de la vraie cigarette. La cigarette électronique serait donc 20 fois moins dangereuse. Ils annoncent également que des arrangements techniques doivent être réalisés dans le futur, de manière à minimiser ces risques. Enfin, le Pr Bertrand Dautzenberg, affirme que « vapoter » est un acte dangereux, mais que « pour un fumeur, cela l’est infiniment moins ».

Ce rapport ne remet donc pas en cause le caractère toxique de la cigarette électronique, mais annonce haut et fort qu’elle peut être une réelle solution pour limiter les nombreux décès causés chaque année par la consommation de cigarette classique.

 
Clémence R. Pharmacienne



Sources :

J-Y NAU, Cigarette électronique : appel britannique solennel pour son utilisation contre le tabagisme, SOS addictions, 28 avril 2016

Royal College of Physicians, Nicotine without smoke : Tobacco harm reduction, 28 avril 2016TAVERNISE, Smokers urged to switch to e-cigarettes by British Medical Group, 27 avril 2016

S. TAVERNISE, Smokers urged to switch to e-cigarettes by British Medical Group, 27 avril 2016

Pr B. DAUTZENBERG, Interview, Europe 1, 16 décembre 2013

Dr M. JUNEAU, Cigarette électronique : combustion vs vaporisation, Institut de Cardiologie de Montréal, août 2015


Clémence R.
Pharmacienne.
Passionnée par la neuropsychiatrie et la e-santé.
Aime l’univers de la musique et de la photographie.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.