Le cœur est un muscle creux, situé au niveau du thorax entre les poumons et reposant sur le diaphragme. Ce muscle est une pompe ayant pour fonction de propulser le sang vers tous les organes de l’organisme. Il pompe 5 litres de sang par minute et battra environ 3 milliard de fois au cours d’une vie entière.

Visionner le résumé vidéo

coeur humain

Structure anatomique du cœur

La structure interne du cœur se compose de 3 couches avec de l’intérieur vers l’extérieur : l’endocarde, le myocarde et le péricarde.
Le péricarde est un sac à double paroi qui enveloppe le cœur. Le myocarde constitue le muscle cardiaque proprement dit ; c’est un muscle strié c’est-à-dire qu’il possède la même structure que les muscles des membres et la même force de contraction. L’endocarde est une membrane endothéliale qui tapisse la face interne du cœur.

Le cœur est divisé en 4 cavités :

  1. 2 cavités supérieures : les oreillettes droite et gauche séparées par le septum inter auriculaire.
  2. 2 cavités inférieures : les ventricules droit et gauche séparés par le septum interventriculaire.
structure anatomique du cœur

Les oreillettes communiquent avec les ventricules par les orifices auriculo-ventriculaires. On distingue ainsi le cœur droit constitué d’une oreillette et d’un ventricule droits communiquant par l’orifice tricuspide et le cœur gauche constitué d’une oreillette et d’un ventricule gauche communiquant par l’orifice mitral. Chaque orifice auriculo-ventriculaire comprend un appareil valvulaire formé par un anneau fibreux, des valvules et des cordages rattachant les valves aux piliers musculaires s’insérant sur l’endocarde. Les orifices aortique (situé à l’entrée de l’aorte) et pulmonaire (situé à l’entrée de l’artère pulmonaire) sont constitués d’un anneau fibreux et de trois valves dites sigmoïdes.

Consulter la fiche fiche valvulopathie

Rythme cardiaque


Le rythme cardiaque dépend de 2 composantes :

  1. Une composante mécanique ou cycle cardiaque qui peut être simplifié en 3 phases :
    1. Une phase de relaxation appelée diastole permettant le remplissage des cavités cardiaques par le sang,
    2. Une phase de contraction appelée systole qui se caractérise par une augmentation de la pression intra-cavitaire,
    3. Une phase d’éjection du sang dans le réseau circulatoire
Activité électrique du cœur
  1. Une composante électrique directement responsable de la phase mécanique. Le muscle cardiaque est doué d’automatisme : il possède des fibres musculaires spécialisées dans la génération d’une activité électrique répétitive spontanée. Ces fibres constituent ce que l’on appelle le tissu nodal.Celui-ci comporte un premier amas cellulaire dans la paroi de l’oreillette droite à proximité de l’abouchement de la veine cave supérieure : le nœud sino-auriculaire. Celui-ci a la propriété de générer de façon rythmique une impulsion électrique qui se propage aux deux oreillettes et provoque leur contraction. Puis le signal électrique sera transmis au nœud atrio-ventriculaire puis relayé aux ventricules grâce au faisceau de His et au réseau de Purkinje. La contraction des ventricules se produit quelques fractions de seconde après celle des oreillettes, compte tenu du temps de propagation de l’influx nerveux. Par contre, il existe des systoles (suivies de diastoles) auriculaires droite et gauche quasi simultanées et des systoles (suivies de diastoles) des ventricules droit et gauche également simultanées.
    La fréquence cardiaque au repos est en moyenne de 60 à 80 battements par minute.

La circulation sanguine

Le cœur gauche assure la circulation «systémique», encore appelée «grande circulation» alimentant tous les organes périphériques. Le cœur droit assure quant à lui « la petite circulation ou circulation pulmonaire » qui a pour but de renouveler les gaz du sang au niveau des alvéoles pulmonaires.
Le sang issu des organes, pauvre en oxygène et riche en déchets, est collecté par les veines caves inférieure et supérieure pour être ramené à l’oreillette droite. Les oreillettes se contractent et le sang passe alors de l’oreillette droite vers le ventricule droit par l’intermédiaire de la valve tricuspide. Après contraction du ventricule droit, le sang sera dirigé dans l’artère pulmonaire vers les poumons pour y être oxygéné. A l’entrée de l’artère pulmonaire, la valve pulmonaire a pour rôle d’éviter le reflux du sang dans le ventricule droit. Une fois oxygéné, le sang revient à l’oreillette gauche par les veines pulmonaires. Le sang passe de l’oreillette au ventricule gauche à travers la valve mitrale. Enfin, le sang oxygéné est propulsé par le ventricule gauche dans l’aorte et se dirigera vers tous les organes. Là encore, la valve aortique évite le reflux du sang dans le ventricule gauche.
circulation sanguine

Réseau coronaire artériel

Comme tout organe, le cœur possède une vascularisation qui lui est propre. Le réseau artériel qui apporte le sang oxygéné au muscle cardiaque est constitué de 2 artères coronaires qui prennent naissance de l’aorte au niveau des sinus de Valsalva et cheminent jusqu’à la pointe du cœur :

  1. L’artère coronaire gauche se divise en deux branches l’artère intra-ventriculaire antérieure et l’artère circonflexe. Elle irrigue le cœur gauche.
  2. L’artère coronaire droite qui alimente le cœur droit.
u coronaire artériel

Lolita P. Pharm D, Ph

Sources

– Manuel de cardiologie sous l’égide du Collège National des enseignants de cardiologie et de la Société Française de cardiologie, sous la direction de Dominique Lacroix. Edition 2010. Elsevier Masson.
Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires : Insuffisance cardiaque de l’adulte, Université Médicale Virtuelle Francophone, 2011-2012.