poux de têteLes poux véhiculent, à tort, une image de précarité et d'hygiène douteuse. Est-ce vrai ?
Étudions dans cette fiche thématique les différents types de poux et quelles en sont les conséquences pour l’Homme.

Le pou de l’homme est un insecte hématophage (qui se nourrit de sang) et il en existe trois types. En cas d’infestation par l’un d’entre eux, on parle de pédiculose :
  1. la pédiculose de la tête (pou de tête) due à Pediculus humanus capitis ;
  2. la pédiculose corporelle (pou de corps) due à Pediculus humanus corporis ;
  3. la phtiriase due à Phtirius inguinalis, encore appelé pou de pubis, ou plus communément « morpion ».

Si la pédiculose corporelle est associée à la grande précarité, et la phtiriase considérée comme une infection sexuellement transmissible, la pédiculose de tête peut concerner absolument tout le monde. Les poux de tête sont donc les plus fréquents, surtout en milieu scolaire, affectant alors enfants et parents de tous milieux…



Les différents poux

Les poux de tête

Le pou de tête qui attaque les humains est un petit insecte à 6 pattes, qui mesure de 2 mm à 4 mm. Il ne peut ni voler ni sauter, mais il peut ramper très rapidement. C’est un parasite qui n’arrive à vivre que dans une chevelure humaine, tout près du cuir chevelu, là où la température corporelle est la plus élevée.

Les poux de tête touchent essentiellement les enfants entre 3 et 10 ans. Chaque année, jusqu’à 20 % des enfants scolarisés sont infestés par ce type de poux. Contrairement aux idées reçues, les poux de tête infestent aussi souvent les chevelures propres que les chevelures qui ne le sont pas. La transmission se fait par contact direct des têtes, en particulier chez les enfants d'âge scolaire (à l’école, à la garderie, dans les centres aérés…). Plus rarement, il peut s'agir d'une contamination indirecte par les bonnets, les écharpes, les peignes ou les brosses.

Les poux de corps

Elle est beaucoup plus rare que la pédiculose de la tête. Elle se manifeste par des démangeaisons associées à des lésions de grattage. Ces lésions peuvent se surinfecter. En outre, le pou de corps peut transmettre des maladies infectieuses qui peuvent être graves, comme le typhus par exemple.

Les poux de pubis

La pédiculose due aux poux de pubis est spécifique à l'homme et est bénigne. Elle est rare en France de nos jours. Les poux se trouvent dans les poils pubiens, et plus rarement dans les sourcils, les cils, les poils des aisselles, voire dans la frange frontale chez les enfants.


La reproduction et le cycle de vie du pou

La femelle pou peut pondre jusqu’à 10 œufs (également appelés lentes) par jour, soit 300 œufs pendant sa vie de pou adulte. La prolifération peut ainsi être extrêmement rapide. Les lentes éclosent en 7 à 10 jours. Les lentes vides, c’est-à-dire après l’éclosion des œufs, peuvent rester dans les cheveux et les poils pendant plusieurs mois.

Les jeunes poux, aussi appelés larves ou bien nymphes, deviennent ensuite adultes en 10 à 15 jours. Ces poux sont mobiles, de couleur grise une fois qu’ils se sont nourris de sang. C'est ce qui provoque les démangeaisons et la présence de croûtes. Ils vivent alors sur les cheveux ou les poils pendant six et huit semaines, bien accrochés grâce à leurs pinces. En dehors, ils ne vivent pas plus de trois jours. Contrairement à la lente, lorsqu’un pou meurt, il se décroche naturellement des cheveux.


Les symptômes d’une invasion par les poux

Les premiers signes d’une invasion de poux sont des fortes démangeaisons également appelées prurit. En effet les poux, comme les moustiques, pour se nourrir de notre sang, y injectent une substance anticoagulante très irritante. Ces démangeaisons peuvent ne pas apparaitre immédiatement : elles apparaissent généralement deux à six semaines après la première infestation. C’est le grattage important qui entraîne des lésions de peau. Celles-ci peuvent former des croûtes et s’infecter. Certaines personnes ne ressentent jamais de démangeaisons.

Dans le cas des poux de tête, ces démangeaisons surviennent de jour comme de nuit, au niveau du cuir chevelu. Les lésions, dues au grattage, se situent principalement derrière les oreilles, sur le cou et sur la nuque. Pour les poux de corps, les lésions sont localisées sur le dos, le thorax et surtout les épaules. Pour les morpions, elles se trouvent au niveau du pubis et parfois dans la région de l’anus ou sur la face interne des cuisses.

Lorsque les poux sont particulièrement nombreux, d’autres symptômes peuvent apparaître :

  1. une tuméfaction des ganglions lymphatiques, surtout au niveau de la nuque (notamment en cas d’infestation par des poux de tête). Ainsi, toute infection de la nuque ou du cuir chevelu doit faire rechercher l'existence de poux.

  2. des ganglions au niveau de l’aine associés à une légère fièvre si ce sont des poux de corps.Certains patients atteints de graves infestations peuvent présenter une irritabilité et sensation de malaise.


Dans tous les cas, pour confirmer l'infestation, il faut rechercher les poux et/ou les lentes sur les cheveux ou les poils du corps.


Les traitements et la prévention

Traiter et prévenir les poux de tête

Afin de lutter contre les poux de tête, il faut appliquer des produits sur le cuir chevelu et en suivant certaines mesures d’hygiène. Seules les personnes réellement infestées doivent être traitées. En effet, à force d’utiliser des insecticides, les poux deviennent de plus en plus résistants et les traitements de moins en moins efficaces.

Il existe différents traitements :

  1. Les médicaments insecticides sont des produits chimiques qui détruisent le système nerveux des poux. Ils sont composés soit de pyréthrines, soit de malathion, soit d’un mélange des deux. Les pyréthrines naturelles ou de synthèse, pédiculicides et lenticides, sont indiquées dans le traitement des pédiculoses humaines et sont largement utilisées. Cependant, nous constatons depuis une dizaine d'années l'émergence de poux résistants dans les pédiculoses de tête. Le malathion est un insecticide, pédiculicide et lenticide, utilisé en première intention dans le traitement des pédiculoses de la tête. Des résistances des poux de tête au malathion commencent à apparaître en France.Ces médicaments nécessitent une seconde application 7 à 10 jours après la première afin de tuer lentes et poux éclos dans l'intervalle.

  2. Les produits de parapharmacie à base de dimeticone (huile de silicone), asphyxient les poux en obturant les orifices par lesquels ils respirent. Le traitement doit être renouvelé au huitième jour.

  3. Des produits capillaires (shampoing, lotions) peuvent être utilisés en complément des traitements. Ils aident à décoller les lentes et peuvent contenir des répulsifs.

  4. La coupe des cheveux n'est pas efficace contre les lentes, mais elle facilite les traitements locaux. Il est nécessaire de réaliser un traitement mécanique qui consiste à peigner soigneusement et longuement plusieurs fois par jour avec un peigne métallique à dents fines, en allant du cuir chevelu à l'extrémité du cheveu, durant 3 semaines. Il est recommandé en association aux autres traitements.

Il n’existe pas de traitement pour prévenir les poux. Des mesures de prévention, essentiellement des mesures d’hygiène, peuvent cependant empêcher ou au moins diminuer les risques de contamination :
  1. Surveiller les cheveux de façon régulière
  2. Brosser régulièrement les cheveux
  3. Attacher les cheveux longs
  4. Pour un enfant, lui apprendre à ne pas échanger écharpe, foulard, bonnet avec ses camarades.

Traiter et prévenir les poux de corps

Afin de se débarrasser des poux de corps, généralement, la désinfection du linge de maison (serviettes, gants…), des vêtements et de la literie (draps, oreillers…), par un lavage à une température d’au moins 50°C, est suffisante. Dans le cas contraire, il est parfois nécessaire d'utiliser des insecticides (se rapprocher d’un médecin). Un rasage des poils est utile en présence de lentes abondantes.

Si une personne est porteuse de poux de corps, pour éviter d'être infesté :
  1. Ne pas échanger les vêtements
  2. Ne pas dormir dans le même lit
  3. Laver le linge

Traiter et prévenir les poux de pubis

Le traitement des morpions est identique à celui des poux de tête. Il est nécessaire d’utiliser un insecticide. Si les démangeaisons sont importantes, le médecin peut prescrire un traitement adapté à base d’antihistaminique, voire des crèmes à base de corticoïdes à faible dosage. Le rasage des poils est parfois nécessaire en cas de lentes abondantes.

Les poux de pubis se transmettent par des contacts humains intimes ou au cours des rapports sexuels. Le port du préservatif n’apporte aucune protection : il faut donc éviter ces contacts intimes tant que le traitement n’a pas été suivi.


Karine A., MSc