La rhinopharyngite, communément nommée rhume, est une infection virale très fréquente surtout en hiver. Elle est très généralement bénigne et très contagieuse.

Sa contagiosité directe (flux aérien) ou indirecte (mains) explique sa diffusion rapide. C’est la première cause de consultation en pédiatrie. Elle est définie comme une atteinte inflammatoire du pharynx situé à l’arrière des fosses nasales (rhinopharynx) à laquelle vient s’associer de façon variable une atteinte de la cavité nasale, caractérisée par une inflammation de la muqueuse nasale. Son incidence est plus élevée chez l’enfant (entre 6 mois et 7 ans), que chez l’adulte. La rhinopharyngite est principalement d’origine virale, avec une évolution spontanément favorable en 7 à 10 jours.

femme souffrant de rhinopharyngite

Les causes et facteurs de la rhinopharyngite

La très grande majorité des rhinopharyngites est due à des virus, en particulier des coronavirus : 200 virus différents sont capables de provoquer cette maladie (rhinovirus, virus respiratoire syncitial ou VRS, virus influenzæ et para-influenzæ, adénovirus, entérovirus, etc.). Les virus sont responsables de l’augmentation des sécrétions (mucus) accompagnée d’une diminution de leur évacuation, d’où la congestion nasale.

Une surinfection bactérienne peut également se développer. Les bactéries retrouvées dans les sécrétions rhinopharyngées sont notamment Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Staphylococcus aureus, etc.

Les modes de garde collective semblent prévaloir sur les autres facteurs de risque dont l’âge et le tabagisme. Le tabagisme altère la muqueuse respiratoire. La pollution atmosphérique, une atmosphère humide ou au contraire asséchante, sont également des facteurs favorisants.

Les symptômes et les complications de la rhinopharyngite

symptômes de la rhinopharyngiteLa rhinopharyngite associe de façon variable les signes cliniques suivants :

  1. Sensation de malaise général
  2. Mal de gorge
  3. Fièvre modérée
  4. Écoulement nasal, dans un premier temps clair pouvant devenir jaunâtre à verdâtre
  5. Obstruction nasale pouvant être accompagnée d’une dyspnée (difficulté respiratoire)
  6. Toux
  7. Otalgie (douleur au niveau de l’oreille)

Infection bénigne, la rhinopharyngite guérit spontanément en moins de dix jours. Néanmoins, des complications peuvent survenir. La plus fréquente est l’hyperthermie, qui peut s’accompagner de convulsions. Les rhinopharyngites se compliquent aussi par la survenue d’infections bactériennes : otites moyennes aiguës, sinusites, conjonctivites, etc. D’autres complications peuvent également survenir comme des laryngites, diarrhées, vomissements, etc.

Le traitement

La prise en charge d’une rhinopharyngite non compliquée peut justifier un traitement symptomatique pour améliorer le confort : antipyrétique (Paracétamol, Ibuprofène, etc.) et solutions de lavage nasal. Une vigilance accrue est nécessaire en cas de facteurs de risques de complications bactériennes.

Les vasoconstricteurs par voie générale comme par voie nasale ne sont pas recommandés avant 15 ans. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens à dose anti-inflammatoire ainsi que les corticoïdes par voie générale ne sont pas indiqués. Les antitussifs et les fluidifiants bronchiques sont formellement contre-indiqués avant l’âge de deux ans.

Le traitement antibiotique n’est pas justifié chez l’adulte comme chez l’enfant. Son efficacité n’est démontrée ni sur la durée des symptômes ni pour la prévention des complications. Le traitement antibiotique n’est indiqué qu’en cas de rhinopharyngite associée d’emblée à une complication bactérienne.

Quelques conseils en cas de rhinopharyngite

conseils en cas de fièvre et de douleurEn cas de fièvre et de douleur :

  1. Boire de l’eau régulièrement
  2. Ne pas surchauffer les pièces de l’habitation
  3. Ne pas trop se couvrir
  4. Ne pas s’exposer à la fumée de cigarettes

En cas d’obstruction ou d’écoulement nasal :

  1. Utiliser des mouchoirs jetables et des solutions de lavage nasal
  2. Éviter l’exposition à un espace climatisé qui assèche les muqueuses.

Il est nécessaire de consulter un médecin si :

  1. Les symptômes de la rhinopharyngite s’aggravent ou persistent
  2. La fièvre dépasse 38,5°C et persiste pendant plus de 3 jours
  3. La toux, l’obstruction ou l’écoulement nasal perdurent plus de 10 jours
  4. Des signes de complications apparaissent (douleur au niveau des oreilles, gonflement des paupières, etc.)

La prévention

Des gestes simples peuvent prévenir la transmission de la rhinopharyngite, tels que :

  1. Des mesures d’hygiène de base : Se laver régulièrement les mains surtout après s’être mouché ; Éviter de partager les objets personnels d’un malade ; Se couvrir la bouche et le nez en éternuant ; etc.
  2. Des habitudes de vie : Maintenir la température des pièces entre 18°C et 20°C ; Aérer régulièrement les pièces même en hiver ; Ne pas s’exposer à la fumée de cigarettes ; Faire de l’exercice ; etc.