La gale fait partie de la famille des maladies parasitaires.

Elle est provoquée par un acarien et caractérisée par des démangeaisons. Elle sévit par petites épidémies au sein des collectivités telles que les écoles ou crèches, les hôpitaux, les maisons de retraite, etc.

La gale est fréquente, contagieuse et n’épargne personne quel que soit son âge ou son milieu.

gale

Gale : définition

La gale de l’Homme est une maladie de peau causée par un acarien du nom de Sarcoptes scabiei hominis. On distingue plusieurs formes de gale :

  • La gale commune est la forme la plus fréquente caractérisée par la présence d’une petite quantité de parasites sur la peau. Elle se transmet par contacts directs (prolongés et fréquents).
  • La gale profuse et la gale hyperkératosique se transmettent de la même manière que la forme commune, mais sont caractérisées par la présence en grande quantité de parasites. Elles peuvent aussi se propager, bien que plus rarement, par contacts indirects (literie, linge). Elles touchent cependant plus volontiers les individus fragiles comme les personnes âgées, les immunodéprimés ou encore les personnes vivant en collectivité.

Lorsque les sarcoptes colonisent la peau, ils vont s’accoupler. Une fois la femelle fécondée, elle va creuser une galerie peu profonde au niveau de la peau pour y pondre ses œufs. Au cours de sa courte vie (1mois), une femelle pond environ 40 œufs dont la majorité va mourir. Une fois sur dix, la larve issue de l’œuf va survivre et devenir adulte.

Les jeunes femelles vont attendre dans leur galerie d’être fécondées par un mâle avant de remonter à la surface de la peau pour creuser une nouvelle galerie afin d’abriter ses œufs. Ainsi, c’est bien le parasite femelle qui est à l’origine des symptômes de la maladie.

Symptômes

La gale est caractérisée par des démangeaisons, qui se font plus intenses le soir et la nuit. Elles peuvent toucher diverses zones sur le corps dont les localisations les plus fréquentes sont :

  • Les espaces entre les doigts ;
  • L’avant des poignets ;
  • L’intérieur des cuisses ;
  • Les coudes ;
  • Le ventre (nombril) ;
  • Les fesses ;
  • Les régions génitales.

La maladie provoque des lésions cutanées généralement dues au grattage, par exemple des traces rouges, des croûtes voire des atteintes types eczéma. Plus rarement, le parasite peut être à l’origine de certaines lésions :

  • Les sillons scabieux : lésions rouges de quelques millimètres correspondant aux galeries creusées par le parasite. Ils sont majoritairement présents entre les doigts, sur l’intérieur des poignets et sur les seins ou le pénis ;
  • Les vésicules perlées : petites ampoules se situant à l’extrémité des sillons scabieux et renfermant l’acarien ;
  • Les nodules scabieux : lésions rouges-violettes d’origine immuno-allergique en réponse à la présence du parasite. Ils sont essentiellement présents sur les parties génitales masculines ;
  • Une rougeur cutanée associée à des squames et des croûtes dans la gale hyperkératosique. Ces lésions atteignent préférentiellement le visage, la paume des mains, la plante des pieds, le cuir chevelu, le tronc et les fesses.

A savoir ! La gale du nourrisson se traduit par des vésicules au niveau des paumes des mains, de la plante des pieds et du cuir chevelu. Contrairement à l’adulte, chez le jeune enfant, la gale peut toucher le visage également.

Complications

Les lésions dues au grattage peuvent devenir la cible de bactéries engendrant alors une surinfection. On parle de gale impétiginisée. Les symptômes sont : boutons, suintements, quelques fois gonflements, et plus rarement survenue d’une infection généralisée.

La complication la plus fréquente reste l’eczéma.

Diagnostic

gale diagnostic microscope
L’observation des symptômes et des lésions cutanées permet d’établir le diagnostic. Pour lever tout doute, il est possible de procéder à un prélèvement cutané afin de mettre en évidence le parasite par examen microscopique.

Cependant, un résultat négatif ne permet pas d’exclure pour autant le diagnostic.


A savoir ! La gale étant considérée comme une infection sexuellement transmissible (IST), certains médecins peuvent demander des examens complémentaires afin de rechercher la présence d’une éventuelle IST.

Traitement

Le traitement de la gale repose sur une prise de traitement, soit oral soit local (type lotion ou crème) à la fois par le patient, mais également par son entourage proche (même en l’absence de symptôme) ou toute personne susceptible d’avoir eu un contact étroit avec le patient.

Trois médicaments sont disponibles et destinés à être appliqués directement sur la peau :

  • Le benzoate de benzyle (Ascabiol) qui est un des traitements de référence en France. Il nécessite seulement 2 applications de 24h à 8 jours d’intervalle ;
  • L’esdépalléthrine (Spregal) se présente sous forme de lotion à pulvériser sur l’ensemble du corps (sauf le visage) le soir de façon à le garder toute la nuit. Une seule application suffit ;
  • La perméthrine (Topiscab) est une crème considérée comme le traitement de référence depuis de nombreuses années à l’étranger. Elle nécessite 2 applications à 7 jours d’intervalle et doit rester en place minimum 8h.

Le seul traitement disponible par voie orale est l’Ivermectine (Stromectol) en prise unique. Il est préférentiellement utilisé en cas d’épidémie dans une collectivité, chez les personnes âgées ou chez tout individu susceptible de ne pas pouvoir suivre correctement le traitement local.

Malgré un traitement bien suivi, les démangeaisons se poursuivent généralement 2 semaines après la fin du traitement. En effet, l’envie de se gratter résulte de l’allergie au parasite (même lorsqu’ils sont morts). Il faut donc attendre le renouvellement des cellules de la peau (environ 6 semaines) pour en être totalement débarrassé. Cependant, si les démangeaisons sont trop intenses ou se poursuivent au-delà de 2 semaines, une seconde consultation peut s’avérer utile.

Il est également nécessaire de procéder à la désinfection de l’environnement du patient. Vêtements, linge de toilette ainsi que literie doivent être lavés à 60°C. Pour les pièces ne supportant pas un lavage à 60°C, elles doivent être traitées avec un acaricide disponible en pharmacie ou bien enfermées dans un sac plastique pendant 3 jours au minimum (temps pour que les sarcoptes meurent).

Prévention

La gale étant très contagieuse, certaines mesures sont indispensables pour éviter sa transmission à votre entourage :

  • Informez les personnes avec lesquelles vous avez été en contact répété et prolongé, et invitez-les à consulter ;
  • Respectez le traitement prescrit par le médecin ;
  • Evitez les contacts cutanés avec votre entourage durant les 3 jours suivant le premier jour de traitement ;
  • Evitez toute relation sexuelle pendant la durée du traitement ;
  • Passez l’aspirateur dans le logement et jeter aussitôt le sac de l’aspirateur ;
  • Ne renvoyez votre enfant atteint de gale en collectivité que 3 jours après le début du traitement.
gale prevention

Charline D., Pharmacienne

– Gale. Ameli-sante. Mis à jour le 16 mars 2017.
– Gale. Eurekasanté. Mis à jour le 15 mars 2016.