Obésité

 

Par sa complexité, l'obésité engendre de la part des personnes concernées de nombreuses interrogations. Quelles sont les origines de l'obésité ? Et ses risques pour la santé ? Que faire face à l'obésité ? Que peut-on (ou doit-on) manger lorsqu'on souffre d'obésité ? La gastroplastie est-elle adaptée à tous les cas d'obésité ?... Autant de questions auxquelles des experts de l'obésité apportent dans ce site, des réponses sûres et validées scientifiquement.


Accéder au site obesite.com


Quelques chiffres concernant l'obésité

En France, l'obésité atteint 9,6% des adultes et 12% des enfants. A titre indicatif, le surpoids (IMC > 25) concerne 30% de la population adulte.


Qu’est-ce que l’obésité ?

D'un point de vue médical, l'obésité est un "excès de masse grasse entraînant des inconvénients pour la santé".

La masse grasse s'évalue à partir du calcul de l'Indice de Masse Corporelle (ou IMC) qui tient compte du poids et de la taille. Il est évident qu'une personne pesant 100 kilos n'a pas la même corpulence si elle mesure 1,60m ou bien 1,80m !! La valeur de l'IMC permet de déterminer un état, reflet de la "corpulence" : normalité, surpoids ou obésité.

tableau_obesiteAttention ! Ces valeurs ne sont valables ni chez l'enfant, ni chez le sujet âgé (au-delà de 70 ans).

La mesure du tour de taille permet d'identifier un excès de graisse au niveau du ventre. Lorsque le tour de taille est supérieur à 90 cm chez la femme (en dehors de la grossesse) ou 100 cm chez l'homme, on considère qu'il y une obésité abdominale. L'obésité abdominale est associée à un risque accru de diabète, hypertension, hypertriglycéridémie, et de maladie vasculaire.


Pourquoi prend-on du poids ?

L'obésité est due au stockage excessif de graisse dans le corps.

Généralement, elle résulte d'un déséquilibre entre :
  1. une activité physique insuffisante,
  2. une alimentation trop riche en calories.
Mais attention ! d'autres facteurs peuvent également influencer la prise de poids : hérédité , médicaments, facteurs hormonaux, arrêt du tabac, facteurs psychologiques et sociaux, régimes trop restrictifs.


Que faire face à l’obésité ?

Se fixer des objectifs face à son obésité

Premier objectif : maîtriser votre poids.
Pour cela, vous devez d’abord savoir (et accepter) où se situe votre poids. C'est avec votre médecin que vous pourrez situer ce poids. Celui-ci prendra en compte :
  1. votre poids et votre taille actuels,
  2. l'évolution de votre poids au cours de votre vie : poids dans l'enfance et à l'adolescence,
  3. le poids maximum atteint à l'âge adulte,
  4. les variations de votre poids,
  5. l'efficacité et la tolérance des tentatives de perte de poids : quel est le poids que vous avez pu maintenir durablement (plusieurs mois) sous régime ?
  6. le poids des différents membres de votre famille : minces, en surpoids léger ou important, obèses ?
  7. etc...
Second objectif : traiter les complications de l’obésité. Le traitement de l'obésité ne se résume pas à la perte de poids.

Votre médecin doit prévenir ou traiter les complications de l'obésité : diabète, hypertension, gêne respiratoire, douleurs articulaires ... mais aussi les problèmes psychologique éventuels.

Les traitements de l’obésité

La chirurgie de l'obésité (ou la chirurgie gastrique)

Elle est une mesure exceptionnelle destinée à réduire les apports alimentaires en cas d'échec de tout autre traitement médical.

A qui est destinée la gastroplastie ?
Le recours à la chirurgie doit rester une mesure exceptionnelle et uniquement dans le cas où l'obésité n'a pas pu être contrôlée par le traitement médical. La chirurgie gastrique ne doit être envisagée que dans les cas suivants d’obésité :
  1. IMC égal ou supérieur à 40 kg/m2 (ou 35 kg/m2 en cas de complications médicales graves).
  2. Echec de la prise en charge médicale de l'obésité. Cette prise en charge médicale doit avoir duré au moins 1 an et avoir inclut des approches complémentaires (diététique, activité physique, prise en charge des troubles du comportement alimentaire, éventuellement prise en charge psychothérapeutique, traitement des complications associées à l'obésité).

La chirurgie gastrique est déconseillée pour les patients présentant : une maladie d'ordre psychologique (dépression sévère...), des difficultés comportementales (par exemple un alcoolisme), des difficultés psychologiques ou sociales (isolement ...).

Médicaments de l’obésité

Il n'en existe que 2. Les anciens médicaments coupe-faim (les amphétamines, la fenfluramine) ne sont plus utilisés car ils avaient trop d'effets secondaires. Actuellement (Juin 2001), en France, seul deux médicaments ont reçu l'autorisation de mise sur le marché pour le traitement de l'obésité : l'orlistat (Xenical).

L'orlistat (Xenical) Ce médicament a pour effet d'entraver l'enzyme responsable de l'absorption des graisses dans le tube digestif. Il empêche ainsi l'absorption d'environ 30% des graisses alimentaires (triglycérides), ce qui équivaut à une réduction calorique de 150 à 200 calories/jour pour un apport journalier de 1800 calories. Les graisses non absorbées sont éliminées dans les selles.

La sibutramine (Réductyl ou Sibutral )Cette molécule agit sur des neuromédiateurs du cerveau qui jouent un rôle au niveau du contrôle de la prise alimentaire. Elle a pour propriété de renforcer la sensation de satiété et diminue la prise alimentaire.

A qui sont-ils destinés ?
L'orlistat et la sibutramine ne peuvent être utilisés que sur prescription médicale dans des indications très précises. La prescription concerne uniquement deux catégories bien précises de personnes (données conformes à l'AMM, Autorisation de Mise sur le Marché) : les personnes souffrant d'obésité (IMC supérieur ou égal 30), les personnes ayant un IMC supérieur ou égal à 28 (orlistat) ou 27 (sibutramine) et présentant certains facteurs de risque (diabète de type II, hypercholestérolémie, hypertension artérielle...) dangereux pour la santé. Ces complications peuvent s'améliorer à la suite d' une perte de poids ce qui justifie une telle prescription.

Attention ! Ces médicaments doivent toujours être prescrits en association avec un régime hypocalorique.

Attention, ils ne font pas de miracle : vous devrez, de toute façon, modifier durablement vos habitudes alimentaires et votre niveau d'activité physique si vous voulez maintenir, sur le long terme, une perte de poids.

Ces médicaments ne sont pas remboursés par les assurances maladies.

Dans tous les cas, seul votre médecin traitant peut décider de mettre un traitement en place.