La place du froid dans le traitement de l’arrêt cardiaque

Dec 31, 2019 par

En France, chaque année, 46 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque. Une urgence vitale qui s’accompagne souvent d’un pronostic peu favorable. Des chercheurs français viennent de publier les résultats d’une nouvelle méthode thérapeutique, basée sur le froid. Une approche intéressante, publiée dans la revue scientifique EBioMedicine.

froid-coeur


Le froid face à l’arrêt cardiaque

L’arrêt cardiaque est une urgence absolue, nécessitant une prise en charge en réanimation, souvent associée à un mauvais pronostic vital. Les équipes de recherche tentent de développer de nouvelles méthodes thérapeutiques pour sauver de plus en plus de patients. Parallèlement, plusieurs cas, dont un récemment dans les Pyrénées espagnoles, ont été rapportés de patients, protégés des conséquences de l’arrêt cardiaque grâce au froid.

Dans ce contexte, des chercheurs français et canadiens travaillent depuis plus de 10 ans sur l’intérêt du froid pour des patients en état critique dans les services de réanimation. Ils ont mis au point une méthode innovante de refroidissement du corps, la ventilation liquidienne totale.

La ventilation liquidienne totale

La ventilation liquidienne totale consiste à faire respirer au patient un liquide froid. En parvenant directement dans les poumons, le liquide permet de refroidir le corps à une température de 32°C en seulement 30 minutes. Jusque-là, les méthodes classiques de refroidissement utilisaient des couvertures rafraîchissantes capables d’atteindre cette température en 3 à 6 heures selon les patients.

Pourquoi refroidir le corps ? L’abaissement de la température corporelle permet de protéger certains organes vitaux qui manquent de sang et d’oxygène après un arrêt cardiaque ou un autre accident cardiovasculaire. A une température de 32°C, plusieurs effets sont observés :

  • Une diminution des besoins en oxygène des organes et des tissus ;
  • Une réduction du risque d’inflammation ;
  • Une baisse du risque de mauvais rétablissement de la circulation sanguine.

Bientôt des essais cliniques chez l’homme

Le liquide utilisé pour refroidir l’organisme est le PFC, le PerFluoroCarbone, qui permet de dissoudre de grandes quantités d’oxygène et de gaz carbonique. Autre intérêt de ce liquide, il refroidit directement le sang qui arrive dans les poumons, ce qui accélère considérablement l’abaissement de température. Pour la ventilation liquidienne totale, il faut utiliser une machine spécifique, le ventilateur liquidien, capable de faire circuler le liquide dans les poumons.

Utilisé d’abord chez l’animal, le ventilateur liquidien a permis d’augmenter le taux de survie après un arrêt cardiaque de 10 à 70%, mais aussi une réduction des complications cérébrales, cardiaques et rénales, par rapport à la technique habituelle de refroidissement.

Les derniers tests effectués par les chercheurs leur ont permis de définir les meilleurs paramètres pour une tolérance optimale de la technique. Des essais cliniques chez l’Homme vont pouvoir être menés pour valider l’intérêt de la ventilation liquidienne totale dans le traitement de l’arrêt cardiaque. L’enjeu est de taille, puisqu’actuellement le taux de survie des patients à 30 jours est compris entre 4,9 et 10,4%.


Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Innovation : le froid pour réduire le risque de séquelles des arrêts cardiaques. Communiqué de Presse. INSERM. Consulté le 27 décembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.