Grippe aviaire: absence de danger pour l’Homme

Dec 18, 2015 par

Le 14 décembre 2015, les ministres Stéphane Le Foll et Marisol Touraine ont émis un communiqué de presse concernant l’actuelle épidémie de grippe aviaire, confirmant l’absence de danger pour l’homme de la consommation de produits alimentaires issus de volailles infectées.

grippe aviaire risque homme

Trente foyers de grippe aviaire détectés

Depuis le 24 novembre 2015, trente foyers d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles ont été détectés dans cinq départements du Sud-Ouest de la France. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (ANSES) a affirmé que la souche du virus est la souche H5N1 d’origine européenne. L’importance de l’origine de la souche est à souligner, car il ne s’agit pas de la souche asiatique responsable des épidémies de grippe aviaire observées en 2006.

Afin de mieux caractériser la souche virale incriminée, le séquençage complet de son génome a été réalisé. Les résultats du séquençage ont démontré que la souche du virus qui a infecté les volailles en France ne porte pas les principaux marqueurs de virulence de pathogénicité pour l’homme. Par conséquent la consommation de la volaille infectée et de ses produits associés, tels que les œufs et le foie gras, est sans danger pour l’homme à condition que leur cuisson et leur conservation respectent les règles d’usage. La souche H5N1 du virus de la grippe est détruite si elle est chauffée à 70°C ou plus. De plus, ce virus est surtout contenu dans les déjections, les sécrétions nasales et la salive des volailles, de ce fait, les seuls risques de contamination de l’homme sont par contact direct avec les volailles infectées dans un élevage.

Plan d’intervention d’urgence

Un plan national d’intervention sanitaire d’urgence a tout de même été mis en place par le Ministère de l’Agriculture afin d’arrêter cette épizootie de grippe aviaire. La première étape est la phase de suspicion qui consiste à effectuer des prélèvements dans les élevages suspectés d’être infectés et à lancer une enquête épidémiologique. Puis si la contagiosité de la contamination est confirmée, la phase d’alerte est lancée. Dans ce cas, le préfet prend les mesures nécessaires à l’éradication du foyer infecté telles que l’abattage de la totalité des animaux de l’élevage ou la limitation des mouvements des animaux et des hommes dans le département.


Sources :
Ministère de l’Agriculture, consulté le 18 décembre 2015
Ministère de la Santé, consulté le 18 décembre 2015

Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.