Des insectes dans nos assiettes !

Nov 11, 2017 par

Des grillons grillés à la place d’un steak de bœuf ? Se nourrir d’insectes est une idée révolutionnaire pour notre culture occidentale, mais elle pourrait pourtant remédier à la fois à l’inflation démographique et à la famine dans le monde. Santé Sur le Net s’est intéressé de plus près à ces aliments hors du commun.

insectes-alimentation-planete

Plus d’un millier d’insectes comestibles à travers le monde

Une étude hollandaise a révélé récemment qu’au moins 1 462 sortes d’insectes sont comestibles à travers le monde, offrant une large diversité d’aliments : grillons, scarabées, libellules, œufs de fourmis, larves de papillons, …

A savoir ! La consommation humaine d’insectes est appelée l’entomophagie par les spécialistes.

Manger des insectes n’est d’ailleurs pas nouveau. Plus de la moitié des pays du monde en consomme : des sauterelles grillées au Mexique, des cookies aux guêpes au Japon, des fourmis coupeuses de feuilles en Colombie, des vers de bambou en Thaïlande ou encore des chenilles en Afrique du Sud. Ainsi 2,5 milliards de personnes sur Terre, principalement en Asie, en Amérique latine et en Afrique centrale, consomment régulièrement des insectes. Sommes-nous prêts à franchir le pas en Europe ?

Nourrir 9 milliards de personnes à l’horizon 2050

L’Organisation des Nations Unies (ONU) s’intéresse de très près aux insectes alimentaires. Outre leurs qualités gustatives, ils pourraient constituer une alternative de choix pour combattre la faim dans le monde, particulièrement face à l’augmentation démographique. D’ici 2050, les spécialistes estiment en effet que la population mondiale aura augmenté de 2,3 milliards d’individus. Comment nourrir une telle population ?

Doubler les capacités d’élevage pour répondre à la demande ne semble pas une bonne option, et ce pour plusieurs raisons. L’élevage contribue en effet à hauteur de 20 % des émissions de gaz à effet de serre, utilise 8 % des réserves mondiales d’eau, constitue l’un des principaux facteurs de déforestation et participe activement à la perte de biodiversité en Europe.

En revanche, les insectes s’avèrent être des candidats plus prometteurs pour assurer l’alimentation de l’ensemble de la planète et pour résoudre la faim dans le monde. L’ONU recommande ainsi depuis 2013 leur élevage à grande échelle dans plusieurs régions du monde.

Des insectes au menu …

Au-delà de leur faible impact écologique, les insectes possèdent également des propriétés nutritionnelles prometteuses :

  • Une grande richesse en protéines, très souvent supérieure à celle de la viande ;
  • La présence de nombreux minéraux et de plusieurs vitamines ;
  • De faibles quantités de cholestérol et d’acides gras saturés (éléments majorant le risque cardiovasculaire).

Les insectes auraient ainsi un profil nutritionnel plus intéressant que la plupart des viandes. De plus, en dehors de leur aspect inhabituel, leur goût serait assez neutre par rapport à d’autres classes d’aliments, comme les coquillages ou le fromage.

Les filières françaises et européennes de production d’insectes comestibles sont en plein essor et l’Union Européenne investit depuis 2011 dans la promotion de la consommation d’insectes. Néanmoins, un cadre réglementaire doit être défini pour encadrer la production et la commercialisation de ces aliments jusque-là inconnus en Europe. Il ne restera alors plus qu’à dépasser les blocages culturels et psychologiques pour mettre les insectes à notre menu !

Estelle B. / Docteur en Pharmacie

– Rearing insects or how to produce biomass without harming the environment: biotechnological solutions and new industrial sectors. Insectinov. Adebiotech/AgroParisTech. October 2017
Estelle B.

Pharmacienne

Spécialiste de l’information médicale et de l’éducation thérapeutique du patient.

Passionnée par les domaines de la santé et de l’environnement marin.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.