Bilan allergologique

Déroulement de l’examen

Lors de la consultation d’allergologie, la première étape est l’interrogatoire. Il est primordial puisqu’il permet d’orienter, par la suite, les allergènes à tester lors des tests cutanés. Le médecin recherche minutieusement l’existence d’antécédents d’atopie, par exemple la survenue d’une rhinite, d’un asthme ou d’un eczéma. L’interrogatoire ne se limite pas uniquement au patient, mais porte également sur son entourage (ascendants et descendants). L’étude des symptômes, notamment leurs circonstances d’apparition et leur périodicité est également prise en compte. Enfin, l’environnement climatique et domestique (présence d’animaux et/ou de plantes vertes, literie propice aux acariens, humidité du logement est lui aussi étudié.

À savoir ! La mise en évidence d’une allergie ne peut pas reposer uniquement sur la présence de certains symptômes. En effet, compte tenu de la non spécificité des symptômes et de la multiplicité des mécanismes et des causes, il est difficile d’établir un diagnostic de certitude avec ces simples éléments.

pricks-testsLes tests cutanés les plus utilisés sont les « pricks tests » au cours desquels on dépose une petite goutte d’allergène sur la peau du patient, généralement au niveau de l’avant-bras ou du dos). Ensuite, l’allergologue pique la peau à travers la goutte d’allergène. Les allergènes les plus fréquemment testés sont les acariens, les pollens, les animaux et les moisissures.En cas d’allergie, on constate très rapidement l’apparition d’un gonflement et d’une rougeur au niveau de l’allergène testé. Des démangeaisons se font également très vite ressentir.

Lorsque des tests sanguins sont nécessaires, un simple échantillon de sang obtenu par une prise de sang classique suffit.