Diagnostic et traitement

Médecin surveillant une patiente subissant une IRM avec un casque de réalité virtuelleÀ propos du diagnostic

Le diagnostic d’un cancer de la langue nécessite le plus souvent une biopsie, c’est-à-dire le prélèvement d’un morceau de tissu au niveau des lésions afin de l’examiner au microscope.

D’autres examens permettent d’évaluer l’étendue du cancer : une tomodensitométrie (ou scanner), une radiographie, une IRM, etc. Grâce à ces données, les médecins peuvent déterminer précisément où se trouve le cancer et quel traitement sera le plus adapté.

À savoir ! Les cancers sont classés par stades en fonction de la taille de la tumeur et de sa progression dans l’organisme. Plus le stade est élevé, plus le cancer est sévère et étendu. Pour le cancer de la langue, il existe 4 stades :

  • T1 pour les tumeurs de moins de 2 cm ;
  • T2 pour les tumeurs de plus de 2 cm mais moins de 4 cm ;
  • T3 pour les tumeurs de plus de 4 cm ;
  • T4 pour une atteinte des structures avoisinantes.

Quels traitements ?

Comme dans tous les cancers, il existe différents types de prise en charge qui peuvent être associées ou non :
– La chirurgie ;
– La radiothérapie ;
– La chimiothérapie.

Le traitement choisi diverge selon le stade du cancer de la langue. La meilleure approche thérapeutique est préalablement discutée et débattue lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui réunit plusieurs professionnels, dont l’oncologue et l’ORL. A l’issue de celle-ci, un compte-rendu ainsi qu’un exemplaire du programme personnalisé de soin (PPS) est remis au médecin traitant du patient.

Dans la plupart des cas, les tumeurs de la langue doivent être retirées chirurgicalement. Cette prise en charge représente souvent la première étape du traitement avec une chimiothérapie ou une radiothérapie associée permettant de s’assurer de l’élimination de la totalité des cellules cancéreuses.

La radiothérapie peut également être utilisée car elle permet de cibler les tissus cancéreux en épargnant autant que possible les tissus sains voisins. Les cellules saines très proches des lésions cancéreuses sont tout de même touchées et à l’origine des effets indésirables de la thérapie : irritation ou brûlure de la peau, fatigue, perte d’appétit et perte de cheveux.

La chimiothérapie repose sur l’ingestion orale ou l’administration intraveineuse de produits toxiques pour les cellules cancéreuses. Ce type de traitement est également à l’origine de divers effets indésirables : nausées, vomissements, perte d’appétit, perte de cheveux ou ulcères buccaux. La plupart des effets secondaires disparaissent une fois le traitement terminé, aussi bien pour la chimiothérapie que la radiothérapie.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Le cancer de la langue. Éducation des patients de l’Institut des Cèdres du CUSM. Consulté le 13 septembre 2019.
– Cancer de la langue : épidémiologie et prise en charge. Journal Africain du Cancer. A El Boussaadani, M Abou-Elfadl, R Abada, M Mahtar, M Roubal, M Essaadi, F Kadiri. Consulté le 13 septembre 2019.