Lymphome de Burkitt

15 mars 2021 par

Lymphome de BurkittLe lymphome de Burkitt appartient aux lymphomes non hodgkiniens. Intimement lié à l’infection par le virus d’Epstein-Barr, il touche préférentiellement les enfants et les jeunes adultes. Particulièrement agressif, ce lymphome nécessite des protocoles de chimiothérapie, mais aussi le recours à des thérapies à base d’anticorps monoclonaux.

Définitions et symptômes du lymphome de Burkitt

Qu’est-ce que c’est ?

Lymphome de Burkitt sur l'osLe lymphome de Burkitt est l’un des nombreux lymphomes non hodgkiniens actuellement répertoriés.

À savoir ! Les lymphomes correspondent aux cancers du système lymphatique, c’est-à-dire d’une catégorie de globules blancs, les lymphocytes. Le lymphome hodgkinien, encore appelé maladie de Hodgkin, survient lors de la transformation maligne d’un clone de lymphocyte. Les lymphomes non hodgkiniens regroupent différents types de lymphomes (plus de 80 recensés à ce jour), ayant tous pour origine un dysfonctionnement dans la production des lymphocytes

Dans le lymphome de Burkitt, c’est la production des lymphocytes B (les cellules du système immunitaire qui produisent les anticorps) qui est touchée. Des mutations génétiques spécifiques au niveau des gènes de synthèse de plusieurs protéines constitutives des anticorps (immunoglobulines) ont été associées à ce lymphome. Par ailleurs, l’infection par le virus d’Epstein-Barr est fréquemment retrouvée chez les patients atteints du lymphome de Burkitt. Mais à ce jour, le lien entre l’infection et le lymphome ne sont pas encore clairement expliqués.

À savoir ! Le virus d’Epstein-Barr appartient à la famille des virus de l’Herpès. Le plus souvent, l’infection par ce virus provoque la mononucléose infectieuse

Initialement, les cellules cancéreuses du lymphome de Burkitt, qui proviennent de la moelle osseuse (site de production de l’ensemble des cellules sanguines et donc des globules blancs) se multiplient dans différents sites de l’organisme, mais pas au niveau des ganglions lymphatiques. Très agressif, ce cancer évolue en touchant d’autres organes, en particulier le système nerveux central (encéphale, moelle épinière).

Dans la majorité des cas, le lymphome de Burkitt touche des enfants et des jeunes adultes, plus rarement des adultes plus âgés. Les hommes sont davantage concernés par ce cancer que les femmes. Certaines zones géographiques sont également plus impactées que d’autres, par exemple l’Afrique centrale. D’après les études épidémiologiques, l’incidence de l’ensemble des lymphomes non hodgkiniens augmente chaque année dans le monde depuis les années 1990. En Europe et en Amérique du Nord, le lymphome de Burkitt représente environ 50 % des lymphomes non hodgkiniens de l’enfant et environ 2 % de ceux de l’adulte. Les personnes infectées par le VIH ont un risque majoré de développer un lymphome de Burkitt, en particulier si leur traitement antirétroviral n’est pas optimal.

Quels symptômes ?

Symptômes du Lymphome de BurkittLes spécialistes distinguent trois formes différentes de lymphomes de Burkitt, selon plusieurs critères :

  • Le lymphome de Burkitt endémique, parfois appelé le lymphome de Burkitt africain, est plus fréquent sur le continent africain. La tumeur se développe initialement au niveau de l’abdomen, de la mâchoire ou d’un os du visage. Dans la majorité des cas, il est associé à une infection par le virus d’Epstein-Barr.
  • Le lymphome de Burkitt sporadique, encore appelé le lymphome de Burkitt non endémique ou non africain. Généralement non liée à l’infection par le virus d’Epstein-Barr, la tumeur se localise préférentiellement dans l’abdomen, dans la sphère ORL, voire dans d’autres localisations moins fréquentes (orbite de l’œil, reins, organes génitaux, os). Cette forme de lymphome de Burkitt est plus fréquente en Europe et en Amérique du Nord.
  • Le lymphome de Burkitt associé à une immunodéficience concerne notamment les personnes infectées par le VIH, sans lien avec l’infection par le virus d’Epstein-Barr.

Le lymphome de Burkitt, et en particulier la forme sporadique, est un cancer agressif et rapidement évolutif. Les métastases se développent :

  • Au niveau de la moelle osseuse (dans environ un tiers des cas) ;
  • Au niveau du système nerveux central (dans environ 15 % des cas), provoquant une méningite ou une paralysie des nerfs crâniens ;
  • Dans la cavité abdominale : des intestins vers le péritoine, le foie, le pancréas, la rate, les reins et/ou les ovaires.

Le lymphome de Burkitt peut également évoluer vers une leucémie aiguë.

Les premiers signes cliniques ne sont pas spécifiques et dépendent de la localisation initiale de la tumeur. Les symptômes peuvent regrouper :

  • Des douleurs abdominales ;
  • Des nausées ;
  • Une fatigue et une faiblesse inexpliquées ;
  • L’apparition d’adénopathies ou de masses tumorales ;
  • Un gonflement, un œdème de certaines zones, comme le cou ou la mâchoire ;
  • Une occlusion intestinale ;
  • Des hémorragies digestives.

Diagnostic et traitements du lymphome de Burkitt

Quel diagnostic ?

Au départ, les symptômes peuvent passer inaperçus, jusqu’à ce que les masses tumorales et l’évolution du lymphome interpellent le patient lui-même ou son entourage (généralement la famille dans le cas de l’enfant).

La consultation médicale permet de mettre en évidence la présence de masses tumorales palpables à l’auscultation. La fatigue et la faiblesse conduisent à réaliser des analyses de sang, notamment une numération formule sanguine (NFS).

La confirmation du diagnostic de lymphome de Burkitt repose sur :

  • Une analyse cytopathologique d’une biopsie de tissu tumoral (prélèvement de tissu anormal au niveau d’une masse) ;
  • L’analyse d’une ponction de moelle osseuse, mettant en évidence la prolifération de lymphocytes B anormaux au détriment des autres cellules de la moelle osseuse.

Une fois le diagnostic confirmé, le médecin prescrit des examens complémentaires pour rechercher d’éventuelles métastases ou localisations secondaires de la tumeur initiale :

  • Des examens d’imagerie dans différentes régions du corps (scanner, échographie, IRM) ;
  • Des examens et bilans sanguins.

À savoir ! Chez l’enfant, le diagnostic du lymphome de Burkitt nécessite d’éliminer d’autres tumeurs de l’enfant : des tumeurs abdominales de type neuroblastomes, d’autres types de lymphomes ou encore des leucémies aiguës.

L’agressivité et l’évolution rapide du lymphome de Burkitt nécessitent un diagnostic rapide et l’instauration immédiate d’un traitement adapté, pour optimiser le pronostic du patient. Le traitement est généralement lourd, mais il permet actuellement d’obtenir un taux de guérison compris entre 80 et 90 %. Sans traitement, la maladie est rapidement mortelle.

Quels traitements ?

Traitement du Lymphome de Burkitt chez l'enfantFace au lymphome de Burkitt, le traitement doit être mis en place immédiatement après le diagnostic. La prise en charge repose sur trois principales thérapeutiques :

  • Les protocoles de chimiothérapie qui associent plusieurs médicaments, choisis parmi les suivants : le cyclophosphamide, la vincristine, l’ifosfamide, la doxorubicine, le méthotrexate, l’étoposide, la cytarabine ou la dexaméthasone ;
  • Les thérapies ciblées à base d’anticorps monoclonaux: le plus utilisé est le
  • qui cible directement la production des lymphocytes B ;
  • La prophylaxie du système nerveux central consiste à réduire le risque de propagation de la tumeur vers le cerveau et la moelle épinière. Cette prophylaxie repose sur l’administration dans le liquide cérébrospinal (liquide dans lequel baigne le système nerveux central) ou par voie intraveineuse de médicaments de chimiothérapie, comme le méthotrexate et la cytarabine.

À savoir ! Lors de l’administration des premières doses de chimiothérapie, il existe un risque majeur de syndrome de lyse tumorale, qui correspond à la destruction en un temps court d’un grand nombre de cellules tumorales. Ce syndrome de lyse tumorale peut entraîner des effets secondaires graves, notamment une insuffisance rénale aiguë.

Les traitements du lymphome de Burkitt sont intensifs et durent généralement quelques mois. Pour certaines formes, un recours à la chirurgie peut être nécessaire en complément des autres traitements.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources
– Lymphome de Burkitt. cancer.ca. Consulté le 11 mars 2021.
– Lymphome de Burkitt. orpha.net. Consulté le 11 mars 2021.
– Lymphome de Burkitt. msdmanuals.com. Consulté le 11 mars 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.