Hystérosalpingographie

Suites d’une hystérosalpingographie et complications possibles

Suites d’une hystérosalpingographie

Dès l’examen terminé, la patiente peut reprendre ses activités. Les résultats sont disponibles immédiatement. Ils sont directement transmis au médecin traitant qui a prescrit l’examen.

Complications possibles

Lorsque l’hystérosalpingographie est pratiquée en respectant les contre-indications, les complications liées à cet examen sont très rares. Quelques incidents liés à la technique peuvent survenir : hémorragie du col de l’utérus, malaise, des douleurs et exceptionnellement une perforation utérine. Une extravasation du produit de contraste (c’est-à-dire le passage au travers des tissus du produit au niveau péri-utérin) est possible lorsque la pression d’injection est trop forte ou lorsqu’il existe une atrophie de la muqueuse utérine. Il existe également des incidents en lien avec le produit utilisé (0,5% sur la totalité des examens pratiqués). En effet, tous les produits iodés sont potentiellement allergisants. Enfin, il existe aussi un risque infectieux, soit parce qu’un foyer d’endométrite (infection de l’endomètre) est répandu par le produit de contraste dans les trompes, soit parce que le produit de contraste vient « réveiller » une infection (salpingite ou infection des trompes de Fallope) latente. Ainsi, il est recommandé de ne pas effectuer une hystérosalpingographie dans les deux mois qui suivent une endométrite, et les trois mois qui suivent une salpingite. Il arrive par ailleurs que lorsque les images de l’examen évoquent des lésions infectieuses, une antibiothérapie ainsi que du repos soient prescrits.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Hystérosalpingographie. Larousse. Consulté le 02 Novembre 2019.
– L’hystérographie ou hystérosalpingographie. Endofrance. Consulté le 02 Novembre 2019.
– L’hystérosalpingographie. Examens gynécologiques. Consulté le 02 Novembre 2019.