Lymphopénie

18 mars 2021 par

Lymphocyte

Les lymphocytes sont produits par la moelle osseuse pour défendre l’organisme contre les micro-organismes. S’ils sont présents en trop faible quantité, le risque de développer une infection est augmenté, on parle de lymphopénie. Ce trouble peut être lié à une pathologie sous-jacente ou à la prise de certains médicaments. Le diagnostic est confirmé par la mesure du taux de lymphocytes dans le sang. Le traitement d’une lymphopénie varie selon sa cause, dans la majorité des cas la prise en charge de la pathologie sous-jacente suffit à corriger la lymphopénie.

Définition et symptômes d’une Lymphopénie

Qu’est-ce que c’est ?

femme atteinte d'une lymphopénieUn lymphocyte est un type de globules blancs (aussi appelés leucocytes) impliqué dans la défense de l’organisme contre les substances qu’il considère comme étrangères.

Tous les leucocytes sont présents dans le sang et sont produits dans la moelle osseuse. C’est la deuxième grande famille cellulaire présente dans le sang, après les globules rouges. Leur rôle est primordial pour l’organisme. Ils permettent de lutter contre les infections, aussi bien virales que bactériennes. Il existe plusieurs types de globules blancs :

  • Les polynucléaires basophiles qui représentent moins de 2% des globules blancs et qui interviennent surtout dans le processus allergique ;
  • Les polynucléaires éosinophiles qui représentent entre 4 et 5% des leucocytes, et qui sont essentiellement impliqués en cas d’allergie ou d’infection parasitaire ;
  • Les polynucléaires neutrophiles qui sont majoritaires. Ils sont impliqués dans les infections parasitaires et bactériennes ;
  • Les monocytes qui produisent des anticorps ;
  • Les lymphocytes qui représentent environ 30% des globules blancs

On distingue deux grands types de lymphocytes : les lymphocytes B et les lymphocytes T. Les lymphocytes B sont à l’origine de la production des anticorps, on parle d’immunité humorale. Les lymphocytes T jouent eux plutôt le rôle de chef d’orchestre, ils interviennent dans l’immunité à médiation cellulaire.

Lorsque les globules blancs, ici les lymphocytes, sont présents en trop faible quantité dans le sang, le risque d’infection augmente. Chez les patients déjà affaiblis par une pathologie, par exemple un cancer, une lymphopénie peut avoir des conséquences dramatiques.

À savoir ! Il existe deux types de lymphopénies : aiguës les plus fréquentes, et chroniques.

Plusieurs causes peuvent engendrer l’affection :

  • Une infection (bactérienne, virale ou fongique). Le VIH est par exemple responsable de la destruction des lymphocytes T ;
  • Certains médicaments, comme la chimiothérapie, la radiothérapie, les corticothérapies de longue durée, les immunosuppresseurs ;
  • Une maladie auto-immune ;
  • Une pathologie hématologique, dont les lymphomes et certaines leucémies aiguës ;
  • Des déficits immunitaires sévères, extrêmement rares.

Quels symptômes ?

Dans la majorité des cas, la lymphopénie est asymptomatique. C’est généralement à l’occasion d’une infection qu’elle est diagnostiquée.

L’infection peut concerner n’importe qu’elle zone du corps. Néanmoins, la peau, les muqueuses, le tube digestif et les voies respiratoires sont plus souvent impactées. Les symptômes les plus rencontrés d’une infection sont la fièvre, la toux, un essoufflement, des démangeaisons, des écoulements, des lésions ou plaques cutanées, un gonflement, des rougeurs, une diarrhée, etc.

Diagnostic et traitement d’une Lymphopénie

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’une lymphopénie repose sur la réalisation d’un bilan sanguin. Ce dernier regroupe un ensemble d’analyses effectuées sur un prélèvement sanguin. Le prélèvement sanguin est obtenu via une prise de sang, généralement dans le pli du coude au niveau d’une veine. La lymphopénie peut être transitoire, et liée à une infection virale, bactérienne ou fongique, ou causée par la prise de certains traitements.

À savoir ! Un bilan sanguin n’est généralement prescrit qu’en présence de symptômes faisant évoquer une lymphopénie sévère. Sinon il est réalisé en routine dans le cadre du suivi de certaines pathologies (cancer, maladies auto-immunes, etc.).

La lymphopénie est confirmée lorsque le nombre de lymphocytes est inférieur à 1 500 par mm3 de sang. En effet, le taux normal est compris entre 1 500 et 2 500 lymphocytes par mm3.

Lorsque la lymphopénie est chronique ou sévère, sans cause visible, une ponction de la moelle osseuse peut être prescrite par le médecin. La moelle osseuse est un tissu présent dans les os responsable de la production des cellules sanguines. Les cellules sanguines ont, en effet, une durée de vie limitée, il est donc indispensable d’en produire en continu afin de les remplacer. Une ponction de la moelle osseuse consiste à prélever une petite quantité de moelle osseuse pour l’analyser via l’introduction d’une d’aiguille dans un os long (généralement le bassin).

Quel traitement ?

Une lymphopénie ne nécessite pas systématiquement un traitement, parfois une surveillance est suffisante. La prise en charge dépend de la cause de la lymphopénie.

Lorsque l’affection est causée par une chimiothérapie, des facteurs de croissance peuvent être administrés à titre préventif pour stimuler la production des globules blancs.

Si la lymphopénie est d’origine virale, bactérienne, parasitaire ou fongique, la prise en charge de l’infection en cause permet de rétablir le taux normal de lymphocytes. Le traitement peut donc être antibiotique, antiviral, antifongique ou antiparasitaire selon le micro-organisme à cibler.

Dans le cas où c’est un médicament qui est en cause, l’arrêt de ce dernier est incontournable. A noter que toute modification d’un traitement prescrit doit être réalisée sous la surveillance du médecin traitant. La lymphopénie disparaît dans les quelques jours qui suivent l’arrêt du traitement.

Parfois, l’abaissement du taux de globules blancs, et plus précisément de lymphocytes, peut être en lien avec une hémopathie comme un lymphome ou une leucémie. Dans ce cas, le patient bénéficie d’une prise en charge spécialisée dans un service hospitalier d’hématologie.

En cas de déficit immunitaire héréditaire, une transplantation de cellules souches peut être envisagée.

La prévention des infections est indispensable dans le cadre d’une lymphopénie. Diverses mesures peuvent être utiles pour réduire les risques, notamment pour les patients sous traitements anticancéreux :

  • Adopter une bonne hygiène en se lavant les mains régulièrement, avant de manger et après un passage aux toilettes ;
  • Il est mieux de prendre des douches à l’eau tiède plutôt qu’a l’eau chaude pour moins assécher la peau ;
  • Il est conseillé de se sécher la peau en tapotant au lieu de frotter ;
  • Pour se laver les dents, une brosse à dent à poils souples est préférable ;
  • Il faut protéger sa peau en l’hydratant quotidiennement. Cela évite qu’elle s’assèche et craque ;
  • Porter des gants pour la vaisselle, le jardinage ou lors de la manipulation de produits chimiques ;
  • Pour se raser, le rasoir électrique est à préférer au rasoir à lames. En cas de coupures ou blessures, il faut rapidement nettoyer à l’eau tiède et au savon ;
  • Avoir une bonne hygiène de vie en adoptant ou en conservant une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et une bonne hydratation ;
  • Limiter le contact avec les personnes malades (rhume, varicelle, etc.) ;
  • Penser à vérifier régulièrement que tous les vaccins sont à jour.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Lymphopénie. e-cancer.fr. Consulté le 2 mars 2021.
– Leucopénie. cancer.be . Consulté le 2 mars 2021.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.