Chikungunya

chikungunya

Diagnostic, traitement et prévention

A propos du diagnostic

En dehors d’un contexte épidémique, mais en cas de suspicion de chikungunya, le diagnostic doit être confirmé par des analyses biologiques permettant de mettre en évidence la présence du virus, ou d’anticorps dirigés contre lui.

Lors de la première semaine de manifestations, un diagnostic précoce (par amplification du génome viral ou RT-PCR) peut permettre de dépister la maladie. Dès le 5ème jour après l’apparition des premiers symptômes, des anticorps spécifiques (Immunoglobulines M) peuvent être identifiés et persistent dans l’organisme pendant environ 3 mois. Après les Immunoglobulines M, ce sont les Immunoglobulines G qui deviennent détectables et le reste à vie. Ainsi, une sérologie peut permettre de mettre en évidence ces différentes immunoglobulines, et s’associe au premier examen (RT-PCR) pour confirmer le diagnostic.

Quel traitement ?

Il n’existe à ce jour aucun traitement ni vaccin contre le chikungunya.

La prise en charge du chikungunya se limite au traitement des symptômes de la maladie. Lors des premiers jours de fièvre, un antipyrétique (le paracétamol) peut être prescrit. Des anti-inflammatoires sont préconisés pour lutter contre les inflammations articulaires. Dans les formes sévères, une corticothérapie peut également être mise en place.

Une prise en charge physique ou de réadaptation est conseillée afin de favoriser la récupération fonctionnelle lorsque le chikungunya et ses symptômes s’installent dans le temps.

Comment prévenir le chikungunya ?

La prévention du chikungunya est à la fois collective et individuelle. Elle repose essentiellement sur la lutte anti-vectorielle (à savoir anti-moustique).

Au niveau individuel, la prévention repose sur le fait de limiter son exposition au moustique en adoptant différentes mesures :

  • Port de vêtements longs ;
  • Applications de répulsifs cutanées ;
  • Utilisation d’insecticides sur les vêtements et moustiquaires.

Collectivement, la lutte contre les moustiques consiste à éliminer les gîtes larvaires potentiels (pots de fleurs, pneus usagers, etc.) et à répandre de l’insecticide.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Chikungunya. Institut Pasteur. Consulté le 20 juin 2019.
– Chikungunya. Ministère des solidarités et de la Santé. Consulté le 20 juin 2019.
– Chikungunya. WHO. Consulté le 20 juin 2019.
– Chikungunya / Maladie de « l’homme courbé ». Inserm. Consulté le 20 juin 2019.
– Chikungunya. Centre des vaccinations internationales. Airfrance. Consulté le 20 juin 2019.