gonorrhee

Diagnostic et traitement

Quel diagnostic ?

Gonorrhée-diagnosticLe diagnostic de la gonorrhée est d’abord clinique lorsqu’il existe des symptômes.

Cependant, l’examen de certitude est celui des écoulements au microscope permettant d’identifier la bactérie en cause. En effet en cas d’écoulement accessible, le médecin prélève un échantillon à l’aide d’un écouvillon.

Dans un même temps, les prélèvements sont envoyés au laboratoire afin qu’ils soient mis en culture afin d’effectuer d’autres analyses plus précises.

A noter qu’en cas d’inflammation d’une articulation, le prélèvement d’échantillon nécessite l’introduction d’une aiguille au niveau de l’articulation.

Quel traitement ?

Le traitement de la gonorrhée nécessite la prise d’antibiotiques.

Le plus souvent, le patient est traité grâce à une injection intramusculaire unique de Ceftriaxone associé à la prise par voie orale d’azithromycine ou de doxycycline. En cas d’allergie aux pénicillines, et donc à la ceftriaxone, la dose d’azithromycine sera plus élevée, et éventuellement couplée à un autre antibiotique.

Les patients en cours de traitement pour une gonorrhée doivent s’abstenir de tout rapport sexuel jusqu’à la fin de celui-ci afin d’éviter de contaminer le ou les partenaires.

À savoir ! Il faut procéder au dépistage de tous les partenaires du patient infecté ayant eu un rapport dans les 60 jours. En cas de rapport dans les 20 jours, le traitement est systématique.

Comment prévenir la gonorrhée ?

La prévention de la gonorrhée, et plus largement des infections sexuellement transmissibles, passe principalement par l’adoption du préservatif.

Ensuite, il convient de se faire régulièrement dépister, même en l’absence de symptômes.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Gonorrhée. Le manuel MSD. Consulté le 18 juillet 2019.
– Gonorrhée (blennorragie). EurekaSanté. Consulté le 18 juillet 2019.