PoliomyeliteLa poliomyélite est une pathologie infectieuse grave, et très contagieuse engendrée par le virus appelé « poliovirus ». Ce dernier est capable d’envahir en quelques heures le système nerveux et provoquer des paralysies irréversibles. Cette maladie peut être prévenue par la vaccination.

Définition de la poliomyélite

La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par un virus affectant le système nerveux et capable d’aboutir en quelques heures à une paralysie totale. Ce virus se propage d’un individu à un autre par voie féco-orale, ou parfois par le biais d’eau ou d’aliments contaminés.

En France, la poliomyélite est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1936. Le vaccin est quant à lui obligatoire depuis 1964.

Cette pathologie touche essentiellement les enfants de moins de 5 ans. Avant la vaccination, la poliomyélite était l’une des maladies de l’enfance les plus redoutées. Elle touchait chaque année près de 600 000 enfants à travers le monde.

À savoir ! Afin d’éradiquer la maladie, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a lancé en 1988 «l’initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite » basée sur la vaccination de tous les enfants du globe

Depuis 1988, le nombre de cas de la maladie a diminué de plus de 99%, passant de 350 000 cas déclarés à 37 en 2016. Près de 16 millions de personnes ont ainsi évité la paralysie grâce aux efforts mondiaux. Cependant, une extrême vigilance reste de rigueur, en raison de la persistance des foyers endémiques dans le monde, et la réintroduction possible du virus.

Les conséquences de la poliomyélite sont très variables, allant d’une forme sans symptôme de la maladie, à des méningites et des paralysies. Elle peut être mortelle. Enfin, dans 1 cas sur 20, elle est responsable de séquelles parfois très importantes.

Symptômes

Les premiers symptômes de la maladie sont de la fièvre, de la fatigue, des maux de tête, des vomissements, une raideur de la nuque et des douleurs dans les membres.

Dans certains cas, environ 1 sur 200, la poliomyélite entraîne une paralysie, souvent irréversible. 5 à 10% des patients paralysés décèdent lorsque leurs muscles respiratoires arrêtent de fonctionner.

Traitements

Il n’existe aucun traitement pour la poliomyélite. La prévention est donc la seule option.

Prévention

La maladie se transmet majoritairement par voie féco-orale, ainsi l’une des mesures de prévention est le développement de l’hygiène.

La seule action médicale préventive possible est la vaccination des enfants.

On distingue deux types de vaccin :

  • Le vaccin poliomyélitique inactivé injectable (VPI) développé dans les années 50 et contenant les 3 souches de poliovirus impliquées dans la maladie. Il induit une bonne immunité, et nécessite plusieurs injections avec des rappels réguliers. Cependant, son coût à longtemps limité sa diffusion dans certains pays développés, dont la France ;
  • Le vaccin poliomyélitique oral (VPO) également développé dans les années 50. Il contient aussi les 3 souches de poliovirus. Ce vaccin a été jusqu’à présent l’outil privilégié pour l’éradication de la poliomyélite puisqu’il est facile d’utilisation, ne s’injecte pas et confère rapidement une bonne immunité. Par ailleurs, il est beaucoup plus abordable en terme de prix. En revanche, sa conservation est plus difficile et son instabilité génétique est un inconvénient (cause possible des cas rares de poliomyélite paralytique associée au vaccin).

Ainsi, tous les nourrissons ont l’obligation d’être vaccinés avec 3 injections (à 2 mois, 4 mois et 11 mois). Les rappels, indispensables pour être protégé contre la maladie, sont ensuite réalisés dans l’enfance (à 11 et 13 ans) et se poursuivent à l’âge adulte (à 25 ans et 45 ans). Le vaccin est pris en charge à 65% par l’assurance maladie, et le reste est généralement remboursé par les complémentaires santé.

Charline D., Docteur en pharmacie

Poliomyélite. OMS. Consulté le 24 août 2018. .
– Poliomyélite. Institut Pasteur. Consulté le 24 août 2018.

– Poliomyélite.Vaccination info service. Consulté le 24 août 2018.