De nombreux actes de soins, de la simple suture à l’intervention chirurgicale la plus complexe, peuvent nécessiter une anesthésie. Selon les circonstances, les médecins anesthésistes peuvent recourir, soit à l’anesthésie locale, soit à l’anesthésie locorégionale, soit à l’anesthésie générale. L’objectif de toute anesthésie est d’empêcher que le patient ne souffre au moment de l’acte de soin.

seringue-vaccin-flacon

Généralités sur l’anesthésie

L’anesthésie est un terme médical provenant d’un mot grec signifiant la faculté de percevoir par les sens. L’anesthésie se définit ainsi comme la suppression des sensations, en particulier des sensations douloureuses. La mise au point des techniques d’anesthésie a largement révolutionné la chirurgie et les actes de soins douloureux. Grâce à l’anesthésie, il est possible d’opérer un patient sans le faire souffrir. Aujourd’hui, de nombreux actes médicaux sont pratiqués sous anesthésie.

Actuellement, trois grands types d’anesthésie existent :

  • L’anesthésie locale, lorsqu’uniquement une zone limitée de l’organisme est anesthésiée. Par exemple, les soins dentaires sont le plus souvent pratiqués sous anesthésie locale d’une partie de la bouche.
  • L’anesthésie locorégionale, lorsqu’une partie de l’organisme est anesthésiée. C’est notamment le cas de la péridurale très souvent utilisée pour les accouchements par voie basse, avec l’anesthésie de toute la partie basse du corps, en dessous de l’ombilic.
  • L’anesthésie générale, où l’ensemble du corps est anesthésié, ce qui s’accompagne d’une perte de conscience transitoire. La plupart des interventions chirurgicales digestives ou thoraciques se pratiquent sous anesthésie générale.

Pour anesthésier, il est nécessaire d’administrer des médicaments particuliers, qui suppriment les sensations au niveau d’une zone ou de l’ensemble du corps. Selon le type d’anesthésie, un seul ou plusieurs types de médicaments peuvent être administrés. Les médicaments anesthésiants sont administrés le plus souvent par voie injectable (voie intraveineuse pour l’anesthésie générale, voie intrarachidienne ou péridurale pour l’anesthésie locorégionale, voie sous-cutanée pour l’anesthésie locale), mais aussi parfois par voie transdermique dans le cas des patchs anesthésiants, utilisés avant certains soins (ponction lombaire, piqûre, vaccination, …).

L’anesthésie est un acte médical en lui-même. Il est pratiqué soit par le médecin ou le chirurgien-dentiste dans le cas de l’anesthésie locale, soit par un médecin anesthésiste dans le cas des anesthésies locorégionales et générales. Toute anesthésie nécessite une surveillance médicale pendant l’anesthésie et dans les minutes ou les heures qui suivent. Plus la zone anesthésiée est grande, plus la surveillance doit être importante.

Dans le cas des anesthésies générales et locorégionales, systématiquement effectuées par un médecin anesthésiste, une consultation d’anesthésie est obligatoire dans les jours qui précèdent l’anesthésie, pour s’assurer que le patient ne présente aucune contre-indication à l’anesthésie. Pour certaines personnes, notamment celles qui sont atteintes de pathologies chroniques ou qui suivent des traitements particuliers, une préparation à l’anesthésie peut être nécessaire (arrêt momentané de certains médicaments, réalisation d’examens biologiques, …).