Seringue Vaccin Flacon

Anesthésie générale

medecin-preparation-ouvertureDans un grand nombre d’interventions chirurgicales, l’anesthésie locale ou locorégionale est insuffisante et il faut impérativement recourir à une anesthésie générale. Ainsi, les indications de l’anesthésie générale sont les actes chirurgicaux impossibles à réaliser sous anesthésie locorégionale ou lorsque cette dernière est contre-indiquée (par exemple en cas d’impossibilité d’injecter un médicament à proximité de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière). Par rapport aux autres types d’anesthésies, l’anesthésie générale associe deux caractéristiques :

  • Une perte de sensations, notamment motrices et douloureuses ;
  • Une perte de conscience.

Aux substances anesthésiantes, l’anesthésiste doit ainsi ajouter des médicaments spécifiques destinés à provoquer la perte de conscience du patient pour la durée de l’intervention.

Il existe deux catégories d’anesthésies générales :

  • L’anesthésie générale avec intubation (introduction d’un tube dans la trachée) : les voies aériennes supérieures et la fonction respiratoire du patient sont contrôlées en continu pendant l’intervention. Ce type d’anesthésie est notamment indiqué pour les opérations longues, pour la chirurgie cardiaque ou pulmonaire ;
  • L’anesthésie générale sans intubation : les voies aériennes supérieures du patient ne sont pas protégées et le patient ventile spontanément.

L’anesthésie générale est impérativement réalisée dans un bloc opératoire, par un médecin anesthésiste assisté d’un infirmier. Tout au long de l’intervention, le médecin anesthésiste contrôle et surveille les fonctions vitales du patient, en particulier sa température corporelle, son rythme cardiaque, sa fonction respiratoire et sa tension artérielle. Si besoin, il peut administrer des médicaments complémentaires en cours d’intervention pour réguler certains paramètres vitaux. Aujourd’hui, il existe des protocoles d’anesthésie établis pour chaque type d’intervention chirurgicale, afin d’adapter au mieux l’anesthésie pour chaque patient.

Après l’anesthésie générale, une surveillance rapprochée est systématique dans une salle de réveil. Pendant ce laps de temps, le patient reprend peu à peu conscience. Puis le patient est surveillé au minimum quelques heures dans un service hospitalier, avant de pouvoir éventuellement rentrer à son domicile ou de rester hospitalisé.

L’anesthésie générale peut s’accompagner des mêmes effets secondaires et risques de complications que les anesthésies locales et locorégionales. Le risque allergique est le risque le plus important et peut nécessiter des techniques de réanimation en cas de choc anaphylactique ou de réaction allergique grave.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Chapitre 13 : anesthésie locale, loco-régionale et générale. Facultés de médecine de Toulouse. Kamran Samii et Jean-Michel Senard. Consulté le 22 mai 2019.
– Les différents types d’anesthésies. CHUV. Consulté le 22 mai 2019.