Seringue Vaccin Flacon

Anesthésie locale

Dentiste Patiente anesthésieL’anesthésie locale correspond à la perte de sensations au niveau d’une zone relativement limitée du corps. Les anesthésiques locaux utilisés dans ce contexte agissent sur le tissu nerveux de la zone à anesthésier, et bloquent temporairement la transmission des messages nerveux, qu’ils soient moteurs, autonomes, sensitifs ou sensoriels. Ainsi, la zone anesthésiée ne transmet plus aucune information au reste du corps, pendant le temps de l’anesthésie.

Les anesthésiques locaux sont administrés par deux voies possibles :

  • La voie injectable, en général sous-cutanée ;
  • La voie transdermique, par l’application d’un patch contenant une substance anesthésiante ou l’application d’une crème anesthésiante ;
  • La voie oculaire, grâce à un collyre anesthésiant utilisé dans certaines interventions de l’œil.

Anesthésie Bouche

Les anesthésiques locaux disponibles sont des dérivés de l’acide benzoïque, notamment :

À savoir ! Certains anesthésiques locaux peuvent être associés à l’adrénaline, qui permet de prolonger l’effet de l’anesthésie.

L’avantage des anesthésiques locaux est d’agir localement, uniquement au niveau de la zone à anesthésier. Ce type d’anesthésie n’est possible que lorsque l’acte de soin ne concerne qu’une zone limitée et superficielle. Elle peut être pratiquée en dehors d’un bloc opératoire, dans un cabinet médical de ville, par un médecin généraliste ou spécialiste, ou encore par le chirurgien-dentiste dans un cabinet de soins dentaires. La surveillance post-anesthésie reste légère.

Malgré l’action locale des médicaments anesthésiants utilisés, ils peuvent entraîner des effets secondaires systémiques chez certains patients, notamment :

  • Des étourdissements, une somnolence ;
  • Une agitation, des frissons ou des tremblements au niveau des extrémités ;
  • Des effets cardiovasculaires (impact sur le rythme cardiaque, vasoconstriction des vaisseaux sanguins périphériques) ;
  • Une sédation, des troubles de la conscience et des difficultés respiratoires, seulement en cas de fortes doses.

Néanmoins, le risque le plus important avec l’anesthésie locale est le risque allergique, qui peut aller jusqu’à un choc anaphylactique. Toute réaction allergique après une anesthésie locale doit être indiquée au médecin, car la substance anesthésiante, et les substances proches, ne pourront plus être utilisées chez le patient à l’avenir. Des précautions particulières seront alors nécessaires lors d’une nouvelle anesthésie.