migraine-fiche-bandeau

Causes et conséquences de la migraine

Les causes

Chez les individus migraineux, une prédisposition génétique est souvent en cause : les neurones souffrent d’une plus grande excitabilité que celle d’une personne lambda. Le patient se trouve donc plus vulnérable face à des facteurs déclenchants (souvent cumulés) comme le stress, la fatigue, l’état émotionnel, les hormones… Mais attention, prédisposition génétique ne signifie pas forcément hérédité : la migraine ne se transmet pas forcément aux générations suivantes.

causes-consequences-migraineLa stimulation nerveuse qui est responsable de la maladie migraineuse aboutit ensuite à une inflammation des neurones et une dilatation des vaisseaux cérébraux (comme les artères des méninges (membranes protégeant le système nerveux central : cerveau, cervelet, tronc cérébral et moelle épinière)), ce qui déclenche la douleur ressentie au niveau de la tête.

Plus de deux tiers des migraineux souffrent de migraine sans aura (correspondant aux signes annonciateurs et associés). Les autres subiraient des troubles neurologiques transitoires, heureusement réversibles, avant la crise proprement dite.

Conséquences de la migraine

Les symptômes de la migraine rendent pénible toute activité et obligent souvent les patients à s’allonger dans le noir. En dehors des crises, le patient migraineux évite les situations déclenchantes ainsi que les facteurs favorisants qu’il a identifié. Ces conduites d’évitements altèrent sa qualité de vie : soirée chez des amis gâchée, spectacle annulé…

Les situations susceptibles de déclencher les migraines, quelles sont-elles ?

  • Un changement soudain de rythme de vie : le stress, une contrariété, un sommeil irrégulier, des troubles de l’alimentation, le manque d’exercice physique ;
  • La consommation de certains aliments ou certaines boissons ayant un effet excitant sur l’organisme : l’alcool est considéré comme le facteur le plus puissant. Les additifs comme les nitrites (présents notamment dans la charcuterie), l’aspartame (en remplacement du sucre dans les produits allégés) sont d’autres éléments pointés du doigt ;
  • Des facteurs sensoriels : certains bruits et odeurs puissantes difficiles à supporter ;
  • Des facteurs hormonaux : chez la femme, la diminution brutale de certaines sécrétions hormonales au cours du cycle menstruel peut entraîner une migraine dite cataméniale ;
  • Les conditions météorologiques telles qu’un temps pluvieux ou venteux peut aussi jouer sur le déclenchement des migraines.

A savoir ! Les migraines menstruelles (ou cataméniales) surviennent 2 jours avant ou pendant les trois premiers jours des règles, et sont caractérisées par des céphalées particulièrement fortes et de longue durée accompagnées parfois de nausées et vomissements sévères. Il s’agit en général de migraines sans aura, donc sans anomalies neurologiques transitoires. Elles sont caractéristiquement plus difficiles à traiter que d’autres migraines, fréquemment réfractaires aux médicaments habituels, et ont tendance à récidiver après une amélioration passagère. Le diagnostic est établi au moyen d’un calendrier des règles et des crises.

En identifiant ses propres facteurs déclenchants et en adoptant une bonne hygiène de vie, il devient ainsi possible de réduire la fréquence de ses crises migraineuses.

Par ailleurs, la migraine a aussi des répercussions socio-économiques importantes (arrêt de travail, diminution de la productivité professionnelle). Les conséquences varient généralement en fonction de l’intensité de la douleur, de la durée et de la fréquence des crises et des vomissements associés.