migraine-fiche-bandeau

Traitements

Les traitements médicamenteux

traitement-migraine-fiAfin d’atténuer la douleur localisée au niveau de la boîte crânienne, il est possible de recourir à l’un des médicaments suivants :

    • La prise d’antalgiques de niveau 1 tels que le paracétamol ou l’aspirine seule, associés ou non à un anti-nauséeux : ils présentent une efficacité plutôt modérée sur la douleur ;
    • Un anti-inflammatoire non stéroïdien (ou AINS) (tel que le diclofénac, l’ibuprofène, le kétoprofène). Ces médicaments ne doivent pas être associés entre eux, ni à l’aspirine.
    • Les triptans (tels que le zomigoro, l’imigrane) sont une autre classe de médicaments antimigraineux mais qui sont délivrés uniquement sur ordonnance. Ce type de traitement a une efficacité clinique au moment de la crise et non en cas de prévention ou lors de la phase d’aura. Ces médicaments peuvent être associés aux antalgiques et aux AINS mais sont déconseillés en association avec les dérivés ergotés ou IMAO.
    • Enfin, les antalgiques contenant un opiacé (codéine, tramadol) ou un dérivé de la morphine sont aussi déconseillés en raison d’un risque d’abus.

Les plantes pour soulager les maux de tête : les meilleurs exemples

Les médecines douces permettent de se soulager et d’atténuer les douleurs, même si elles ne parviennent pas systématiquement à interrompre la crise. Parmi les meilleurs alliés des migraineux, on peut trouver :

    • La grande camomille (Tanacetum parthenium): il s’agit de la plante emblématique de la migraine. Son efficacité a même été reconnue par l’OMS pour prévenir les crises de migraine.En traitement de fond sur plusieurs mois, cette plante permettrait de réduire la fréquence et l’intensité des symptômes (douleurs, nausées, vomissements, sensibilité aux bruits et aux odeurs).Comment l’utiliser ? On peut la prendre sous forme de tisanes ou sous la forme d’EPS (extrait fluide de plante fraîche standardisée) (disponible en pharmacie) à raison d’une cuillère à café le matin dans un grand verre d’eau avant le petit déjeuner, durant plusieurs mois.
    • Le saule blanc : les éléments contenus dans l’écorce du saule blanc permettraient de calmer les maux de tête, surtout lorsque ceux-ci sont accompagnés de fièvre. Elle est considérée comme une véritable aspirine naturelle et ce, depuis près de 2 000 ans.
      Comment l’utiliser ? L’écorce de saule blanc peut s’utiliser sous la forme de décoction (à raison de 3 à 5 tasses par jour) avec une à deux cuillères à café d’écorce pour une tasse d’eau froide que l’on porte à ébullition durant cinq minutes avant de filtrer. On peut également la trouver en gélules ou en extraits secs ou liquides en pharmacie.
    • Les plantes riches en caféine : les plantes riches en caféine comme le café, le thé ou le maté sont souvent conseillées pour combattre les maux de tête. Dès l’apparition des premiers symptômes, la consommation d’une tasse de café permet de limiter rapidement l’intensité des maux de tête. En effet, cela favoriserait le « resserrage » des vaisseaux sanguins du cerveau et donc réduirait la douleur ainsi engendrée.
  • La menthe poivrée (Mentha piperita) : utilisée sous la forme d’huile essentielle, la menthe poivrée permet de soulager rapidement les céphalées (dites de tension notamment) et cet usage serait d’ailleurs reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ainsi que l’Agence Européenne du Médicament (EMA).
    Comment l’utiliser ? Pour ce faire, procédez à une application répétée (sous forme de massage) de cette huile sur le front, les tempes, la nuque et les lobes de l’oreille pour vous soulager : cette application serait tout aussi efficace que l’usage du paracétamol et ce en 15 minutes chrono !

A savoir ! L’acupuncture peut être aussi envisagée comme un véritable traitement de fond. Dans la lignée de la médecine traditionnelle chinoise, cette technique vise principalement à rétablir les flux énergétiques bloqués à certains endroits du corps (qui pourraient éventuellement être responsables de la migraine) en stimulant les méridiens (trajets de circulation d’un souffle) à l’aide de fines aiguilles.

Si les migraines sont favorisées par des facteurs ostéo-articulaires (dysfonctionnements musculo-squelettiques), l’ostéopathie pourrait apporter des solutions.

Si elles le sont davantage par des conditions de stress, la relaxation ou la sophrologie pourraient s’avérer intéressantes.

Les cas nécessitant une consultation

Enfin, dans certains cas, il peut s’avérer nécessaire de consulter auprès d’un médecin, notamment dans les situations suivantes :

  • Lors de doutes sur la migraine en elle-même ;
  • En cas de grossesse ;
  • En cas d’altération trop importante de la vie sociale et professionnelle ;
  • En cas de prise d’une contraception hormonale ;
  • En cas de suivi d’un traitement incompatible avec les antalgiques ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ;
  • En cas de nécessité d’utilisation des médicaments contre la douleur plus de trois jours par semaine ;
  • En cas d’inefficacité du traitement employé en automédication ou bien de crises récidivantes plus intenses. Dans ce cas, précisez au médecin le produit employé, le dosage et la fréquence des prises ;
  • En cas de présentation d’effets secondaires au traitement entrepris par soi-même.

Lucie B., Biologiste spécialisée en E-santé, mis à jour par Charline D. le 10 avril 2020.

– Dossier : Migraine. Dossier réalisé avec la collaboration du Pr Anne Ducros INSERM. Consulté le 6 aout 2014.
– Migraine : les symptômes, les facteurs déclenchants, l’évolution. Ameli Santé. Consulté le 10 avril 2020.
– Les traitements des migraines. Eureka Santé. Consulté le 10 avril 2020.