Le cerveau, lieu des traumatismes crâniens

Evaluation d'un traumatisme crânien

Pour évaluer l’état de santé d’un patient, les médecins pratiquent différents examens spécialisés, comme une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) multimodale, qui permet de quantifier les lésions et de les visualiser en trois dimensions.

Les spécialistes distinguent trois niveaux de gravité dans les traumatismes crâniens :

  • Le traumatisme crânien léger, caractérisé par une brève perte de conscience (durée inférieure à 1 heure). Le patient perd la mémoire du moment de l’accident et des instants qui ont suivi, ce que les médecins appellent l’amnésie post-traumatique. Dans 90 % des cas, cette forme légère de traumatisme crânien guérit sans séquelles en quelques mois, les 10 % restants peuvent avoir des séquelles plus ou moins importantes.
  • Le traumatisme crânien modéré, dont la sévérité dépend de la durée de la perte de conscience, de la profondeur du coma et de la durée de l’amnésie post-traumatique.
  • Le traumatisme crânien sévère est marqué par un coma, avec un score inférieur ou égal à 8 sur l’échelle de Glasgow. Ce coma peut durer de quelques heures à plusieurs jours. Le risque de séquelles à long terme est alors significativement majoré.

À savoir ! L’échelle de Glasgow est l’une des méthodes les plus utilisées par les médecins pour évaluer l’état de conscience d’un patient. Le score obtenu va de 3, pour une personne plongée dans un coma profond, à 15, pour une personne parfaitement consciente.