Le cerveau, lieu des traumatismes crâniens

La vie après un traumatisme crânien

D’une manière générale, plus le réveil du patient est rapide, meilleur est le pronostic. Mais la récupération en apparence totale dans les premiers jours ne signifie pas forcément une absence complète de séquelles à long terme.

Les conséquences à moyen-long terme d’un traumatisme crânien sont très variables selon la gravité des lésions cérébrales. Si certains patients se réveillent rapidement et reprennent le cours normal de leur vie quelques semaines après le traumatisme, d’autres peuvent conserver des séquelles invalidantes à vie.

Les principales séquelles observées après un traumatisme crânien sont les suivantes :

  • Un syndrome post-commotionnel, avec des maux de tête, des vertiges, une fatigue et des troubles pouvant affecter les connaissances et l’humeur ;
  • Des séquelles sensorielles :
    • Des troubles visuels, comme une vision double, une atteinte du nerf optique ou du champ visuel ;
    • Une perte du goût ou de l’odorat ;
    • Une altération du toucher ;
  • Des séquelles neuropsychiques, notamment une épilepsie post-traumatique ;
  • Des séquelles motrices, très variables selon la sévérité du traumatisme crânien :
    • Dans les cas les plus graves, une hémiplégie ou une tétraplégie ;
    • Des problèmes de coordination et d’équilibre ;
    • Des troubles moteurs ;
    • Une perte du contrôle des sphincters ;
    • Des troubles de la déglutition ;
  • Des troubles endocriniens, lorsque l’hypophyse a été touchée : la synthèse des hormones hypophysaires peut être altérée entraînant de nombreuses conséquences sur le fonctionnement de l’organisme ;
  • Des séquelles cognitives, pouvant associer des troubles de la mémoire, des difficultés d’attention et de concentration, une lenteur mentale et des difficultés d’organisation dans les tâches à accomplir ;
  • Une modification du caractère et du comportement, qui peut se matérialiser de diverses manières, allant de l’apathie à l’agressivité ;
  • Un état d’éveil non répondant, anciennement appelé un état végétatif.

Certaines séquelles disparaissent avec le temps ou avec les traitements, tandis que d’autres sont irréversibles et le patient devra apprendre à vivre avec. Elles représentent un véritable handicap pour les victimes de traumatisme crânien, qui ont une qualité de vie altérée, d’autant plus que dans la majorité des cas, les patients n’ont pas pleinement conscience de leur état de santé et des séquelles de leur accident.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Traumatismes crâniens. Campus de Neurochirurgie. Consulté le 27 février 2019.
– Mieux comprendre le traumatisme crânien et les lésions cérébrales. UNAFTC. Consulté le 27 février 2019.
– Les traumatismes crâniens. ICM. Consulté le 27 février 2019.