toc-troubles-habitudes

Symptômes, diagnostic et traitement

Quels symptômes ?

toc-diagnostic-consultationLes TOC sont caractérisés par deux grands types de symptômes, plus ou moins sévères : les obsessions et les compulsions qui se manifestent de manière isolée ou simultanée.

1 – Les obsessions

Les obsessions sont définies comme étant des pensées (sous formes d’idées ou d’images) ou des impulsions (besoin irrépressible d’effectuer un acte) envahissantes et récurrentes.

L’une des caractéristiques importantes de la maladie est que les obsessions concernent toujours des termes très précis, à savoir, la saleté (ou la contamination), le sexe, le désordre, le sacrilège et la peur d’être responsable de catastrophes.

Les obsessions, souvent inacceptables ou dégoûtantes, surviennent brutalement et contre la volonté du patient. Elles sont perçues par ce dernier comme contraignantes et intrusives, et génèrent au quotidien, angoisse et souffrance.

2 – Les compulsions

Les compulsions désignent les comportements répétitifs, aussi appelées « rituels » du patient. En effet, ce dernier les effectue pour chasser de son esprit l’obsession et l’anxiété qu’elle génère. Selon la nature des obsessions, les compulsions peuvent prendre différentes formes :

  • Lavage des mains ;
  • Multiples vérifications ;
  • Rangement par ordre ;
  • Comptage ;
  • Prière ;
  • Répétition à voix basse de certains mots.

Le patient réalise toujours ses rituels suivant des règles et un ordre précis.

A noter ! Les compulsions n’apportent au patient qu’un soulagement temporaire, avant que les pensées anxiogènes ne réapparaissent.

Les symptômes ont un retentissement considérable sur le comportement du patient. Il a, en effet, conscience que ses idées obsessionnelles ne sont que le fruit de son imagination et que ses actes sont excessifs et absurdes, mais n’arrive pas à les contrôler pour autant.

Ainsi, la majorité des patients se sent obliger de cacher leur maladie honteuse à leur entourage pour de pas « être pris pour des fous », en espérant arriver à contrôler leurs compulsions et à chasser leurs obsessions eux-mêmes.

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’un TOC nécessite un premier bilan réalisé par le médecin généraliste. Ce dernier interroge son patient sur ses symptômes afin d’éliminer les autres diagnostics et mesurer la sévérité des symptômes.

Ce premier bilan est ensuite confirmé par un psychiatre ou un psychologue qui effectue divers tests et questionnaires afin de déterminer précisément l’intensité des TOC et rechercher d’éventuels troubles associés comme une boulimie, une anorexie, une dépression ou une phobie.

Quel traitement ?

La prise en charge d’un TOC associe souvent traitement médicamenteux et psychothérapie. L’objectif est double : réduire les symptômes pour améliorer la qualité de vie du patient et diminuer la perte de temps attribuable aux rituels.

Lorsque les TOC sont d’intensité faible voire modérée, la psychothérapie et plus précisément les thérapies cognitivo-comportementales sont utilisées seules. En revanche, pour les cas les plus sévères, les médicaments (antidépresseurs) sont prescrits en première intention, souvent en association avec une psychothérapie.

Charline D., Docteur en pharmacie

– TOC. AMELI. Consulté le 5 avril 2020.
– Troubles obsessionnels compulsifs (TOC). INSERM. Consulté le 5 avril 2020.