De plus en plus de médecins prêts pour les téléconsultations

Feb 7, 2020 par

Définis en juin 2018 par un avenant à la convention médicale, les conditions de réalisation et de prise en charge des téléconsultations sont à présent mieux établis. La télémédecine, de plus en plus pratiquée par les médecins, constitue un enjeu clé dans l’amélioration et l’accès aux soins pour tous. L’Agence du numérique en santé (ANS) et Le Mag de la santé viennent de publier un sondage réalisé par l’agence Odaxa afin de savoir où en sont les médecins dans leurs pratiques de cette télémédecine et leurs visions de celle-ci dans les prochaines années.

Zoom sur une pratique nouvellement mise en place

Depuis près de 18 mois, les téléconsultations sont remboursées par la sécurité sociale française. Ces consultations réalisées à distance, pouvant être pratiquées par tous médecins via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, permettent entre autre une prise en charge et un suivi plus rapides des patients, mais également de désengorger les urgences, qui voient chaque année leurs fréquentations augmenter de 3,5%. Par ailleurs, ces téléconsultations pourraient pallier l’augmentation des déserts médicaux. En effet, 8 millions de Français seraient concernés ainsi que 6 médecins sur 10. Selon une enquête BVA, publiée par France Assos Santé : certains patients doivent attendre 6 jours avant de voir un médecin généraliste et 63 % des Français auraient déjà renoncé aux soins.

Les téléconsultations pourraient donc être une réponse efficace pour permettre à plus de personnes d’avoir accès aux soins. Le bilan reste cependant encore mitigé plus d’un an après son déploiement avec des patients encore méfiants face à cette nouvelle pratique, particulièrement chez les seniors et un manque de matériel pour les médecins. À ce sujet, l’Assurance Maladie se veut rassurante en précisant que “les modes d’organisation des médecins vont continuer d’évoluer vers plus d’exercice regroupé (maisons de santé, communautés professionnelles territoriales de santé, etc.), ce qui permet de diviser le poids financier de l’équipement

Une méthode qui fait son chemin chez les professionnels de santé

Le sondage réalisé par l’agence Odaxa a permis de révéler que “Les notions nouvelles de télémédecine, téléconsultations, télé-expertise et télésurveillance médicale sont toutes largement connues des soignants (plus de 84% les connaissent toutes) mais aussi des Français.” Cette étude, pour laquelle plus de 500 professionnels de santé ont participé, met par ailleurs en évidence le fait que, parmi ces 500 professionnels, 13% ont déjà expérimenté la téléconsultation et un sur deux estime qu’elle est désormais inscrite dans ses pratiques. D’autres chiffres clés ont pu être établis :

  • 64% des médecins prévoient d’y recourir à l’avenir
  • 57 % des téléconsultations ont eu lieu au domicile du patient
  • Dans près de la moitié des cas, un outil de vidéotransmission proposé par une plateforme a été utilisé
  • ¼ des soignants ont eu recours à des applications comme Skype, WhatsApp ou FaceTime

A utiliser en priorité pour les personnes isolées, habitant loin d’une structure médicale, résidant en EHPAD, les professionnels de santé précisent “que de très nombreux types de patients particuliers devraient être exclus de la téléconsultation“, comme les enfants en bas âge ou les femmes enceintes.

Autre notion importante : 92% des infirmiers et 82% des médecins pensent qu’il est utile d’encadrer ces consultations par un professionnel. Enfin, fait plutôt encourageant, 62 % des Français suivraient les prescriptions faites par téléconsultations. Les auteurs de l’étude concluent en écrivant que le médecin “aura un rôle décisif dans le développement futur de la téléconsultation“.

Les médecins, en majorité satisfaits de cette nouvelle pratique “reconnaissent aussi des problèmes techniques liés au son (25%), à l’image (33%) et à la connexion (33%)“. De nombreux acteurs spécialisés ont ainsi commencé à s’organiser afin de développer des plateformes facilitantes et des bornes de consultations équipées d’objets médicaux. Ainsi, dans quelques années, il sera sans doute possible de consulter son médecin en se rendant à la pharmacie la plus proche de chez soi.

Juliette S., rédactrice scientifique

– 64% des médecins prévoient de recourir à la téléconsultation à l’avenir. HOSPIMEDIA. Consulté le 5 février 2020.
– La téléconsultation. AMELI. Consulté le 5 février 2020.
– La téléconsultation a-t-elle un avenir en France ? MADDYNESS. Consulté le 5 février 2020.
Juliette S.
Sage femme
Rédactrice spécialisée dans la santé de la femme en âge de procréer
Passionnée par les domaines du bien-être et de l'écologie
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.