Médicaments


ADRIGYL 10 000 UI/ml, solution buvable en gouttes

Traitement et/ou prophylaxie de la carence en vitamine D.


  • Carence en vitamine D

Posologie

Carence vitaminique chez l'enfant

Prophylaxie

Sa mise en oeuvre est recommandée chez tous les nourrissons et les jeunes enfants, dans les conditions actuelles de vie en cas d'exposition insuffisante au soleil (circulaires ministérielles du 21 février 1963 et 6 janvier 1971) en raison de la faible teneur des aliments en vitamine D.

·         Prématuré :                                    3 à 4 gouttes par jour.

 

·         de 0 à 24 mois :                             avec lait enrichi en vitamine D : 2 à 3 gouttes par jour ;

sans lait enrichi en vitamine D : 3 à 5 gouttes par jour ;

à peau pigmentée : 7 gouttes par jour.

 

·         enfant - adolescent :                      sans pathologie digestive : 2 à 3 gouttes par jour ;

avec une pathologie digestive : 2 à 6 gouttes par jour ;

recevant des anti-convulsivants : 4 à 6 gouttes par jour.

 

Traitement

6 à 12 gouttes par jour pendant 4-6 mois ou 12 à 24 gouttes par jour pendant 1-2 mois jusqu'au retour à la normale de la calcémie et de la phosphorémie, en surveillant la calciurie pour éviter un surdosage. Ne pas dépasser une dose totale de 600 000 UI/an.

Carence vitaminique chez la femme enceinte

Prophylaxie

3 gouttes par jour à partir du 6ème mois ou 7ème mois.

Carence vitaminique chez l'adulte et le sujet âgé

Prophylaxie

2 à 3 gouttes par jour.

Traitement

6 à 60 gouttes par jour jusqu'au retour à la normale de la calcémie et de la phosphorémie, en surveillant la calciurie pour éviter un surdosage. Ne pas dépasser une dose totale de 600 000 UI/an.

 

Mode d'administration

Voie orale.

Verser les gouttes dans une petite cuillère. Les gouttes peuvent être prises pures ou mélangées dans un aliment liquide ou semi-liquide. Ne pas faire chauffer ou bouillir, ni mettre dans un aliment trop chaud. Il est préférable de ne pas mettre les gouttes dans un biberon d'eau ou de lait, car le produit peut se déposer sur la paroi.

Ne pas faire chauffer ou bouillir, ni mettre dans un aliment trop chaud.
Il est préférable de ne pas mettre les gouttes dans un biberon d'eau ou de lait, car le produit peut se déposer sur la paroi.

Les effets indésirables sont listés selon la classification MedDRA par classes de systèmes d'organes. Au sein de chaque classe de systèmes d'organes, les événements indésirables sont présentés par ordre décroissant de fréquence selon la convention suivante : très fréquent (≥1/10), fréquent (>1/100, <1/10), peu fréquent (>1/1 000, <1/100), rare (>1/10 000, <1/1 000), très rare (<1/10 000), fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Affections de la peau et du tissu sous cutané:

Fréquence indéterminée : prurit, éruption cutanée, érythème, oedème.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé doivent déclarer tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.


  • Prurit cutané
  • Eruption cutanée
  • Erythème
  • Oedème
  • Réaction d'hypersensibilité
  • Hypercalcémie
  • Hypercalciurie
  • Lithiase urique
Contre-indications

·         Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition ;

·         Hypercalcémie, hypercalciurie, lithiase calcique ;

·         Hypervitaminose D ;

·         Pathologies et/ou conditions entraînant une hypercalcémie et/ou une hypercalciurie.

LISTE:

  • Hypercalcémie
  • Hypercalciurie
  • Lithiase calcique
  • Hypervitaminose D

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Associations à prendre en compte

+        Orlistat

Diminution de l'absorption de la vitamine D.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Signes cliniques, signes associés à l'hypercalcémie:

·         Céphalées, asthénie, anorexie, amaigrissement, arrêt de croissance,

·         nausées, vomissements,

·         polyurie, polydipsie, déshydratation,

·         hypertension artérielle,

·         lithiase calcique, calcifications tissulaires, en particulier rénales et vasculaires,

·         insuffisance rénale.

 

Signes biologiques:

·         Hypercalcémie, hypercalciurie, hyperphosphatémie, hyperphosphaturie.

Conduite à tenir:

Cesser l'administration de vitamine D, réduire les apports calciques, augmenter la diurèse, boissons abondantes.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés.

En cas de besoin, la vitamine D peut être prescrite pendant la grossesse et l'allaitement. Cette supplémentation ne remplace pas l'administration de vitamine D chez le nouveau-né.

Durée de conservation :

2 ans.

Précautions particulières de conservation :

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

Forme : Solution buvable en gouttes

Dosage : 10 000 UI/mL

Contenance : 100000 UI ou 300 gouttes ou 1 flacon ou 10 ml

Laboratoire Titulaire : CRINEX

Laboratoire Exploitant : CRINEX


Forme pharmaceutique

Absence d'information dans l'AMM.


Composition exprimée par 100 ml

Principes Actifs :
  • Cholécalciférol (1000000 UI) (vitamine D3) à 40 000 UI/mg : 25 mg quantité correspondante à

Commentaire : Un flacon de 10 ml = 300 gouttes. Une goutte = 333 UI de vitamine D3.


Excipients :
  • Butylhydroxytoluène
  • Saccharine
  • Sorbique acide
  • Citron huile essentielle
  • Glycérides polyglycolysés insaturés

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.