ORGAMETRIL 5 mg, comprimé (PRODUIT SUPPRIME LE 07/11/2008)

- Troubles liés à une insuffisance en progestérone et notamment ceux observés en période préménopausique (irrégularités menstruelles, syndrome prémenstruel, mastodynies...).
- Hémorragies fonctionnelles et ménorragies accompagnant les fibromes.
- Endométriose.
- Mastopathies bénignes.
- Dysménorrhée.
- Contraception en 2ème intention chez les femmes présentant une contre-indication à la contraception estroprogestative.
- Cycle artificiel en association avec un estrogène.


  • Troubles liés à une insuffisance en progestérone
  • Hémorragie utérine fonctionnelle
  • Ménorragie accompagnant les fibromes
  • Endométriose
  • Mastopathie bénigne
  • Dysménorrhée
  • Contraception en 2ème intention
  • Cycle artificiel en association avec un estrogène

- Troubles liés à une insuffisance en progestérone et notamment ceux observés en période préménopausique (irrégularités menstruelles, syndrome prémenstruel, mastodynies...) : la posologie sera adaptée à chaque cas individuel. En général 2 comprimés par jour du 10ème ou 15ème jour du cycle jusqu'au 25ème, voire du 5ème au 25ème jour du cycle, selon le cas.
- Hémorragies fonctionnelles et ménorragies accompagnant les fibromes : 2 comprimés par jour du 16ème au 25ème jour du cycle.
- Endométriose : 1 à 2 comprimés par jour, sans interruption, pendant au moins 6 mois.
- Mastopathies bénignes : 1 à 2 comprimés par jour du 10ème ou 15ème jour du cycle, voire du 5ème au 25ème, selon la sévérité.
- Dysménorrhée : 1 à 2 comprimés par jour du 16ème au 25ème jour du cycle. En cas d'inefficacité : 2 comprimés du 5ème au 25ème jour du cycle.
- Contraception en 2ème intention chez les femmes : 2 comprimés par jour du 5ème au 25ème jour du cycle.
- Cycle artificiel en association avec un estrogène : 1 comprimé par jour pendant les 12 à 14 derniers jours du traitement estrogénique.
Conduite à tenir en cas d'oubli : Dans l'indication contraception, l'oubli d'un comprimé peut induire un risque de grossesse :
. Si l'oubli est constaté dans les 12 heures qui suivent l'heure habituelle de la prise, prendre immédiatement le comprimé oublié, et poursuivre le traitement normalement en prenant le comprimé suivant à l'heure habituelle.
. Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure normale de la prise, la sécurité contraceptive n'est plus assurée. Procéder alors comme ci-dessus pour éviter une hémorragie de privation prématurée, mais utiliser simultanément une autre méthode contraceptive (préservatifs masculins, spermicides...) jusqu'à la fin de la plaquette en cours.

- Appareil génito-urinaire : saignements intercurrents, modification des règles, aménorrhée, modifications mammaires.
- Appareil gastro-intestinal : nausée ou autres troubles gastro-intestinaux, ictère cholestatique.
- Peau : chloasma, éruptions, prurit, acné, séborrhée, augmentation de la pilosité.
- Système nerveux central : maux de tête, migraine, vertiges, nervosité, dépression.
- Divers : oedème, réduction de la tolérance au glucose, prise de poids, modification de la libido, majoration des symptômes fonctionnels en rapport avec une insuffisance veineuse des membres inférieurs.


  • Saignement intercurrent
  • Modification des règles
  • Aménorrhée
  • Modification mammaire
  • Nausée
  • Troubles gastro-intestinaux
  • Ictère cholestatique
  • Chloasma
  • Eruption
  • Prurit
  • Acné
  • Séborrhée
  • Augmentation de la pilosité
  • Maux de tête
  • Migraine
  • Vertige
  • Nervosité
  • Dépression
  • Oedème
  • Réduction de la tolérance au glucose
  • Prise de poids
  • Modification de la libido
  • Majoration des symptômes d'insuffisance veineuse des membres inférieurs
Contre-indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :
- accidents ou antécédents d'accidents thrombo-emboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire),
- accidents ou antécédents thrombo-emboliques artériels (en particulier IDM, AVC),
- altérations graves de la fonction hépatique,
- hémorragies génitales non diagnostiquées.
DECONSEILLE :
Ce médicament est généralement déconseillé en association avec les inducteurs enzymatiques : anticonvulsivants (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone), barbituriques, griséofulvine, rifampicine, rifabutine (voir interactions).
Grossesse : les résultats de nombreuses études épidémiologiques permettent d'écarter, à ce jour, un risque malformatif (urogénital ou autre) des progestatifs administrés en début de grossesse alors que celle-ci n'est pas connue. Les risques portant sur la différenciation sexuelle du foetus (en particulier féminin), risques décrits avec d'anciens progestatifs très androgénomimétiques, n'ont pas lieu d'être extrapolés aux progestatifs récents nettement moins androgénomimétiques (comme celui qui est utilisé dans cette spécialité).

LISTE:

  • Accident thrombo-embolique
  • Antécédent thrombo-embolique
  • Altération grave de la fonction hépatique
  • Hémorragie génitale non diagnostiquée
  • Intolérance au gluten
  • Grossesse

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

- En cas d'hémorragies génitales, ne pas prescrire avant d'avoir vérifié l'origine des saignements.
- En cas de métrorragies sous traitement hormonal substitutif, la vérification de l'absence d'une pathologie organique s'impose.
- Durant un traitement prolongé par un progestatif, un examen médical régulier est conseillé. De même, il est conseillé de surveiller plus particulièrement les patientes ayant présenté, ou présentant, une pathologie cardiovasculaire, un tabagisme, un dysfonctionnement rénal, une épilepsie, des migraines, un diabète.
- Il est conseillé d'interrompre le traitement en cas de :
. troubles oculaires tels que perte de la vision, diplopie, lésions vasculaires de la rétine ;
. accidents thrombo-emboliques veineux ;
. céphalées importantes.
- Les femmes ayant une tendance au chloasma doivent éviter l'exposition au soleil durant le traitement.
- Avant le début du traitement, le médecin doit s'assurer de l'absence de cancers du sein ou de l'endomètre.
- Associations faisant l'objet de précautions d'emploi : antidiabétiques (insulines, metformine, sulfamides, hypoglycémiants).

LISTE:

  • Hémorragie génitale
  • Métrorragie
  • Pathologie cardiovasculaire
  • Tabagisme
  • Dysfonctionnement rénal
  • Epilepsie
  • Migraine
  • Diabète
  • Perte de la vision
  • Diplopie
  • Lésion vasculaire de la rétine
  • Céphalée
  • Tendance au chloasma
  • Cancer du sein
  • Cancer de l'endomètre

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

ASSOCIATIONS DECONSEILLEES :
Inducteurs enzymatiques : anticonvulsivants (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone) ; griséofulvine, rifabutine, rifampicine ; barbituriques.
Diminution de l'efficacité contraceptive du progestatif par augmentation du métabolisme hépatique pendant le traitement et un cycle après l'arrêt du traitement.
Utiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique.
ASSOCIATIONS FAISANT L'OBJET DE PRECAUTIONS D'EMPLOI :
Antidiabétiques (insulines, metformine, sulfamides, hypoglycémiants) :
Effet diabétogène des progestatifs macrodosés.
Prévenir la patiente et renforcer l'autosurveillance glycémique et urinaire. Adapter éventuellement la posologie de l'antidiabétique pendant le traitement par le progestatif et après son arrêt.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Sans objet.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Sans objet.

Grossesse :
Les résultats de nombreuses études épidémiologiques permettent d'écarter, à ce jour, un risque malformatif (urogénital ou autre) des progestatifs administrés en début de grossesse alors que celle-ci n'est pas connue.
Les risques portant sur la différenciation sexuelle du foetus (en particulier féminin), risques décrits avec d'anciens progestatifs très androgénomimétiques, n'ont pas lieu d'être extrapolés aux progestatifs récents nettement moins androgénomimétiques (comme celui qui est utilisé dans cette spécialité).
Allaitement :
Les progestatifs semblent passer faiblement dans le lait maternel. Utilisés à faible dose, aucun effet indésirable n'a été rapporté à ce jour chez le nouveau-né.

Durée de conservation :
4 ans.

Forme : Comprimé

Dosage : 5 mg

Contenance : 150 mg ou 30 comprimés

Laboratoire Titulaire : ORGANON

Laboratoire Exploitant : ORGANON


Forme pharmaceutique

Comprimé blanc rond bombé gravé "TT4" sur 1 face et "ORGANON" sur l'autre face.


Composition exprimée par Comprimé

Principes Actifs :
  • Lynestrénol (5 mg)

Excipients :
  • Amidon de blé (Effet notoire)
  • Glycérol
  • Talc
  • Magnésium stéarate
  • Lactose monohydraté (Effet notoire)

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.