SURVITINE, capsule molle (PRODUIT SUPPRIME LE 02/05/2011)

Prévention ou correction des troubles en rapport avec un régime alimentaire carencé ou déséquilibré chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans.


  • Régime alimentaire carencé
  • Régime alimentaire déséquilibré

RESERVE A L'ADULTE ET A L'ENFANT DE PLUS DE 12 ANS.
Voie orale.
Avaler sans croquer avec un peu d'eau, 1 à 2 capsules par jour.

Tout effet indésirable est susceptible d'être une manifestation de surdosage et doit entraîner l'arrêt du traitement :
Signes résultant de l'administration de doses excessives de vitamine D ou de ses métabolites :
- signes cliniques :
. céphalées, asthénie, anorexie, amaigrissement, arrêt de la croissance,
. nausées, vomissements,
. polyurie, polydipsie, déshydratation,
. hypertension artérielle,
. lithiase calcique, calcifications tissulaires, en particulier rénales et vasculaires,
. insuffisance rénale.
- signes biologiques : hypercalcémie, hypercalciurie, hyperphosphatémie, hyperphosphaturie.
Signes résultant de l'administration de doses excessives de vitamine A :
. Aigu (doses supérieures à 150000 UI) :
signes cliniques : troubles digestifs, céphalées, hypertension intracrânienne (se manifestant chez le nourrisson par le bombement de la fontanelle), oedème papillaire, troubles psychiatriques, irritabilité, voire convulsions, desquamation généralisée retardée.
. Chronique (risque d'intoxication chronique lors d'un apport prolongé de vitamine A à des doses supraphysiologiques chez un sujet non carencé) :
signes cliniques : hypertension intracrânienne, hyperostose corticale des os longs et soudure précoce épiphysaire. Le diagnostic est généralement porté sur la constatation de gonflements sous-cutanés sensibles ou douloureux au niveau des extrémités des membres. Les radiographies objectivent un épaississement périsoté diaphysaire au niveau du cubitus, du péroné, des clavicules et des côtes.
Conduite à tenir : cesser l'administration de ce médicament, réduire les apports calciques, augmenter la diurèse, boissons abondantes.


  • Céphalée
  • Asthénie
  • Anorexie
  • Amaigrissement
  • Arrêt de la croissance
  • Nausée
  • Vomissement
  • Polyurie
  • Polydipsie
  • Déshydratation
  • Hypertension artérielle
  • Lithiase calcique
  • Calcification rénale
  • Calcification vasculaire
  • Insuffisance rénale
  • Hypercalcémie
  • Hypercalciurie
  • Hyperphosphatémie
  • Hyperphosphaturie
  • Trouble digestif
  • Hypertension intracrânienne
  • Oedème papillaire
  • Troubles psychiatriques
  • Irritabilité
  • Convulsions
  • Desquamation généralisée
  • Hyperostose corticale des os longs
  • Soudure précoce épiphysaire
Contre-indications

Ce médicament est contre-indiqué en cas de :
- Hypersensibilité à l'un des constituants.
- Troubles de l'absorption des lipides.
- Malabsorption chronique.
- Thérapeutique associée interférant avec l'absorption de la vitamine A.
- Hypercalcémie, hypercalciurie, lithiase calcique.
- en association avec la lévodopa (voir interactions).

LISTE:

  • Hypersensibilité soja
  • Hypersensibilité arachide
  • Trouble de l'absorption des lipides
  • Malabsorption chronique
  • Hypercalcémie
  • Hypercalciurie
  • Lithiase calcique

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 12 ans.
- Pour éviter tout surdosage, tenir compte des doses totales de vitamine A et vitamine D en cas d'association de plusieurs traitements contenant ces vitamines.
- Du fait de la présence de vitamine B12, prendre garde à ne pas masquer une anémie par déficit en vitamine B12 et d'en retarder le diagnostic.
- En cas d'apport en calcium, un contrôle régulier de la calciurie est indispensable.

LISTE:

  • Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 12 ans
  • Anémie par déficit en vitamine B12

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Association contre-indiquée (liée à la présence de pyridoxine) :
Lévodopa :
Inhibition de l'activité de la lévodopa lorsqu'elle est utilisée sans inhibiteur de la dopadécarboxylase périphérique.
Eviter tout apport de pyridoxine en l'absence d'inhibiteur de la dopadécarboxylase.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Signes résultant de l'administration de doses excessives de vitamine D ou de ses métabolites :
- signes cliniques :
. céphalées, asthénie, anorexie, amaigrissement, arrêt de croissance,
. nausées, vomissements,
. polyurie, polydipsie, déshydratation,
. hypertension artérielle,
. lithiase calcique, calcifications tissulaires, en particulier rénales et vasculaires,
. insuffisance rénale.
- signes biologiques : hypercalcémie, hypercalciurie, hyperphosphatémie, hyperphosphaturie.
Signes résultant de l'administration de doses excessives de vitamine A :
- Aigu (doses supérieures à 150000 UI) :
Signes cliniques : troubles digestifs, céphalées, hypertension intracrânienne (se manifestant chez le nourrisson par le bombement de la fontanelle), oedème papillaire, troubles psychiatriques, irritabilité, voire convulsions, desquamation généralisée retardée.
- Chronique (risque d'intoxication chronique lors d'un apport prolongé de vitamine A à des doses supraphysiologiques chez un sujet non carencé) :
Signes cliniques : hypertension intracrânienne, hyperostose corticale des os longs et soudure précoce épiphysaire. Le diagnostic est généralement porté sur la constatation de gonflements sous-cutanés sensibles ou douloureux au niveau des extrémités des membres. Les radiographies objectivent un épaississement périosté diaphysaire au niveau du cubitus, du péroné, des clavicules et des côtes.
Conduite à tenir : cesser l'administration de ce médicament, réduire les apports calciques, augmenter la diurèse, boissons abondantes.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Sans objet.

Grossesse :
La Vitamine A est tératogène chez l'animal sur plusieurs espèces.
Dans l'espèce humaine, des cas de malformations ont été rapportés avec de fortes doses. Toutefois, à ce jour, l'absence d'étude épidémiologique fiable et le faible effectif des notifications isolées empêchent de conclure définitivement sur la réalité de ce risque malformatif.
En conséquence, compte tenu de l'apport alimentaire quotidien, il est recommandé de ne pas dépasser une dose journalière de 5000 UI de Vitamine A apportée par des médicaments.
Allaitement :
A dose élevée, il existe un risque de surdosage chez le nouveau-né.
En conséquence, compte tenu de l'apport alimentaire quotidien, il est recommandé de ne pas dépasser 5000 UI de Vitamine A par jour d'origine médicamenteuse.

Durée de conservation :
3 ans.
Précautions particulières de conservation :
A conserver à une température inférieure à 25°C.

Forme : Capsule molle

Contenance : 30 capsules

Laboratoire Titulaire : TRADIPHAR

Laboratoire Exploitant : TRADIPHAR


Forme pharmaceutique

Capsule rouge.


Composition exprimée par Capsule

Principes Actifs :
  • Vitamine A (1250 UI) synthétique (concentrat de) forme huileuse
  • Cholécalciférol (75 UI) (vitamine D3)
  • Thiamine (5 mg) (mononitrate de) (vitamine B1)
  • Riboflavine (0.5 mg) (phosphate sodique) (vitamine B2)
  • Pyridoxine (2.5 mg) (chlorhydrate de) (vitamine B6)
  • Cyanocobalamine (0.00125 mg) * 1,25 mg quantité exprimée en cyanocobalamine (vitamine B12)
  • Dexpanthénol (2.5 mg) **5 mg quantité exprimée en dexpanthénol
  • Nicotinamide (12.5 mg) (vitamine PP)
  • Acide ascorbique (62.5 mg) (vitamine C)
  • Alpha-tocophérol (0.25 mg) (acétate d') (vitamine E)
  • Biotine (0.25 mg) (vitamine B8)
  • Sulfate de manganèse (0.25 mg) monohydrate : 0,775 mg quantité correspondant en manganèse
  • Sulfate de cuivre (0.5 mg) monohydrate : 1,4 mg quantité correspondante en cuivre
  • Oxyde de zinc (0.25 mg) : 0,312 mg quantité correspondant en zinc
  • Cobalt sulfate (0.125 mg) monohydrate : 0,375 mg quantité correspondante en cobalt
  • Molybdate de sodium (0.0625 mg) anhydre : 0,15 mg quantité correspondante en molybdate

Commentaire : *sous forme d'adsorbat sur gélatine à 1 pour mille. **sous forme d'adsorbat sur silice colloïdale anhydre à 50 pour cent.


Excipients :
  • Ethylvanilline
  • Paraméthoxyacétophénone
  • Lécithine de soja
  • Cire d'abeille jaune
  • Huile de soja hydrogénée (Effet notoire)
  • Huile végétale hydrogénée
  • Huile d'arachide (Effet notoire)
  • Tunique de la capsule :
    • Titane dioxyde
    • Rouge cochenille A (Effet notoire)
    • Parahydroxybenzoate d'éthyle sodé
    • Parahydroxybenzoate de propyle sodé
    • Gélatine
    • Glycérol

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.