Médicaments


SYNCORTYL 10 mg/1 ml, solution injectable IM (PRODUIT SUPPRIME LE 22/06/2017)

Substitution minéralocorticoïde de l'insuffisance surrénale aiguë.


  • Insuffisance surrénale aiguë

Voie intramusculaire.
Il est conseillé d'utiliser, pour l'injection, une seringue en verre.
- Chez l'adulte : 1/2 à 1 ampoule de 10 mg, 1 ou 2 fois par jour lors d'une décompensation aiguë d'insuffisance surrénalienne avec fuite sodée.
- Chez l'enfant et le nourrisson : en phase aiguë : 5 à 10 mg/m²/jour.
A renouveler selon l'évolution.
Ce traitement s'administre en complément des corticostéroïdes et de la réhydratation.

- Rétention hydrosodée, hypertension artérielle.
- Risque de survenue de réaction d'hypersensibilité (choc anaphylactique, urticaire) en raison de la présence d'huile d'arachide.


  • Rétention hydrosodée
  • Hypertension artérielle
  • Réaction d'hypersensibilité
  • Choc anaphylactique
  • Urticaire allergique
Contre-indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament est contre-indiqué en cas d'hypertension artérielle.
DECONSEILLE :
- Allaitement : en l'absence de données du passage dans le lait de ce médicament, l'allaitement est déconseillé pendant le traitement.
- Associations déconseillées : médicaments donnant des torsades de pointes (astémizole, bépridil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, sultopride, vincamine).

LISTE:

  • Hypertension artérielle
  • Nouveau-né
  • Prématuré
  • Allaitement

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
Ce médicament contient de l'alcool benzylique responsable de syndrome toxique chez les prématurés et les nouveau-nés et de l'huile d'arachide responsable de réaction d'hypersensibilité (voir effets indésirables).
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Une surveillance du malade est nécessaire pour dépister une rétention anormale d'eau (hypertension, oedèmes) et une hypokaliémie. L'apport salé alimentaire sera alors ajusté.
- Cette spécialité contient un principe actif pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage.

LISTE:

  • Surveillance kaliémie
  • Sportif
  • Enfant de 1 mois à 3 ans

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

ASSOCIATION DECONSEILLEE :
Médicaments donnant des torsades de pointes : astémizole, bépridil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, sultopride, vincamine.
L'hypokaliémie est un facteur favorisant de même que la bradycardie et un espace QT long préexistant.
Utiliser des substances ne présentant pas l'inconvénient d'entraîner des torsades de pointes en cas d'hypokaliémie.
ASSOCIATIONS FAISANT L'OBJET DE PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Médicaments donnant des torsades de pointes : amiodarone, disopyramide, quinidiniques, sotalol.
L'hypokaliémie est un facteur favorisant, de même que la bradycardie et un espace QT long préexistant.
Prévention de l'hypokaliémie, et si besoin la corriger ; surveillance de l'espace QT. En cas de torsades, ne pas administrer d'anti-arythmique (entraînement électrosystolique).
- Autres hypokaliémiants : diurétiques hypokaliémiants (seuls ou associés), laxatifs stimulants, amphotéricine B (voie IV).
Risque accru d'hypokaliémie (effet additif).
Surveillance de la kaliémie, si besoin, correction, à prendre particulièrement en compte en cas de thérapeutique digitalique.
- Digitaliques :
Hypokaliémie favorisant les effets toxiques des digitaliques.
Surveillance de la kaliémie et s'il y a lieu, EGC.
- Inducteurs enzymatiques : anticonvulsivants (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone), rifampicine.
Diminution de l'efficacité des corticoïdes (augmentation de leur métabolisme). Les conséquences sont particulièrement importantes chez les addisoniens et en cas de transplantation.
Surveillance clinique et biologique, adaptation de la posologie des corticoïdes pendant l'association et après arrêt de l'inducteur enzymatique.
ASSOCIATIONS A PRENDRE EN COMPTE :
Antihypertenseurs :
Diminution de l'effet antihypertenseur (rétention hydrosodée des corticoïdes).


Incompatibilités

Il est conseillé d'utiliser, pour l'injection, une seringue en verre.


Surdosage

Il se manifeste par une hypokaliémie.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Sans objet.

Grossesse :
En raison de la gravité de la maladie, la conduite du traitement ne doit pas être modifiée par la grossesse.
Allaitement :
En l'absence de données du passage dans le lait de ce médicament, l'allaitement est déconseillé pendant le traitement.

Durée de conservation :
5 ans.

Forme : Solution injectable IM

Dosage : 10 mg/mL

Contenance : 40 mg ou 4 ml ou 4 ampoules

Laboratoire Titulaire : HAC PHARMA

Laboratoire Exploitant : HAC PHARMA


Forme pharmaceutique

Absence d'information dans l'AMM.


Composition exprimée par Ampoule

Principes Actifs :
  • Désoxycortone (10 mg) acétate

Excipients :
  • Cholestérol
  • Benzylique alcool (Effet notoire)
  • Ethanol
  • Huile d'arachide (Effet notoire)

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.