DANTRIUM 100 mg, gélule (PRODUIT SUPPRIME LE 14/06/2017)

·Traitement  des formes évoluées de spasticités d'origine pyramidale associées aux hémiplégies, aux paraplégies et à la sclérose en plaques.
Le dantrolène est particulièrement utile aux patients dont la motricité résiduelle est bonne et chez lesquels la spasticité est un obstacle important à la réadaptation fonctionnelle.

·Prévention de l'hyperthermie maligne peranesthésique.
L'administration de dantrolène ne dispense pas de l'application des autres mesures générales préventives de l'hyperthermie maligne.


  • Formes évoluées de spasticité
  • Spasticité d'origine pyramidale associée à la sclérose en plaques
  • Spasticité d'origine pyramidale associée aux paraplégies
  • Spasticité d'origine pyramidale associée aux hémiplégies
  • Hyperthermie maligne peranesthésique

Posologie

Formes évoluées de spasticités

La posologie quotidienne optimale est individuelle en fonction de l'efficacité et de la tolérance de façon à n'éliminer que les manifestations gênantes de spasticité.

Administrer le traitement au cours des repas en 2 à 3 prises par jour.

Commencer le traitement à raison de 25 mg par jour et augmenter progressivement par fractions de 25 mg, sans dépasser 400 mg par jour.

Chaque nouvelle posologie doit être maintenue plusieurs jours afin d'évaluer les résultats cliniques avant d'augmenter à nouveau la dose.

La durée du traitement est limitée à 6 semaines. Si aucune amélioration ne s'est manifestée à cette date, il semble inutile de poursuivre le traitement au-delà.

Prévention de l'hyperthermie maligne peranesthésique

Il peut être nécessaire d'utiliser des doses de 1 à 2 mg/kg, 4 heures et 8 à 12 heures avant l'intervention, voire toutes les 6 à 8 heures durant 3 jours.

Mode d'administration

Sans objet.

PREVENIR UN MEDECIN IMMEDIATEMENT en cas de :
- Fatigue, perte d'appétit, prurit, mal de tête, nausées et vomissements.
PRUDENCE en cas de conduite de véhicules ou d'utilisation de machines (somnolence, vertiges).

Les effets indésirables sont présentés ci-dessous par système classe d'organe et par fréquence. Les fréquences sont définies comme : Très fréquent (>1/10), fréquent (>1/100, <1/10), peu fréquent (>1/1000, < 1/100), rare (>1/10 000, < 1/1000), très rare (< 1/10 000) et fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Classe de système d'organes Fréquence Effets indésirables
Affections hématologiques et du système lymphatiqueRareLeucopénie, anémie aplasique, lymphome lymphoïde.
Affections du système immunitaireIndéterminéeAnaphylaxie.
Affections du système nerveuxIndéterminéeVertiges, somnolence, troubles confusionnels : en début de traitement et le plus souvent régressifs (il est donc recommandé d'augmenter progressivement les doses à la recherche de la posologie optimale).
Affections cardiaquesIndéterminéeBradycardie, tachycardie.
RareInsuffisance cardiaque.
Affections gastro-intestinalesIndéterminéeGastralgie, nausées, vomissements, diarrhées, saignements gastro-intestinaux.
Affections hépato-biliairesIndéterminéeIctère, hépatite. Hépatotoxicité (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi) : rarement pour des doses ≤ 200 mg/jour.
Affections de la peau et du tissu sous-cutanéIndéterminéeEruption cutanée, rarement d'aspect acnéiforme.
Affections du rein et des voies urinairesIndéterminéePossible incontinence par relâchement sphinctérien. Coloration orangée des urines, due à la présence de dantrolène, apparaissant parfois au cours du traitement.
Troubles généraux et anomalies au site d'administrationIndéterminéeAsthénie : en début de traitement et le plus souvent régressive (il est donc recommandé d'augmenter progressivement les doses à la recherche de la posologie optimale).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.signalement-sante.gouv.fr


  • Somnolence
  • Vertige
  • Asthénie
  • Confusion
  • Hépatotoxicité
  • Elévation des transaminases
  • Augmentation de la bilirubinémie
  • Hépatite cytolytique
  • Gastralgie
  • Nausée
  • Vomissement
  • Diarrhée
  • Incontinence urinaire par relâchement sphinctérien urinaire
  • Coloration orangée des urines
  • Eruption cutanée
  • Eruption acnéiforme
  • Anaphylaxie
  • Leucopénie
  • Anémie aplasique
  • Lymphome lymphoïde
  • Insuffisance cardiaque
Contre-indications

·Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

·Insuffisances hépatocellulaires graves.

·Ce médicament est contre indiqué chez les patients présentant une allergie au blé (autre que la maladie coeliaque).

LISTE:

  • Insuffisance hépatocellulaire grave
  • Intolérance au gluten
  • Galactosémie congénitale
  • Syndrome de malabsorption du glucose
  • Syndrome de malabsorption du galactose
  • Déficit en lactase
  • Grossesse
  • Allaitement

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Mises en garde spéciales

Le traitement avec dantrolène comporte un risque d'hépatotoxicité qui semble lié à la dose. Il peut se traduire par une simple élévation des transaminases, isolée ou éventuellement associée à une augmentation modérée de la bilirubine, mais aussi par une hépatite cytolytique. Plusieurs cas mortels ont été signalés.

Au cours du traitement, la période de survenue d'une telle complication se situe en règle générale entre la fin du deuxième mois et le début de la première année.

Une dose journalière de 300 mg et plus est associée à une incidence plus élevée de l'hépatotoxicité et à la majorité des décès.

La fréquence de l'hépatite ictérique citée dans la littérature est de 0,3 à 0,5%. Cette fréquence doit néanmoins être pondérée car elle prend en compte des cas observés avec des posologies supérieures à 800 mg par jour.

Surveillance hépatique

Il est important de reconnaître rapidement la possibilité d'une atteinte hépatique liée au traitement. En conséquence, le dantrolène ne doit pas être prescrit de façon prolongée sans surveillance hépatique régulière, clinique et biologique (en particulier transaminase et bilirubine) :

·Vérifier le taux des transaminases sériques (TGP) avant traitement et avant la fin du premier mois, puis tous les deux mois pendant la première année. En cas d'élévation nette (2 fois la limite supérieure de normalité), faire une nouvelle mesure quelques jours plus tard, interrompre le traitement si l'élévation se poursuit.

·Surveiller l'apparition de symptômes évoquant une hépatite en phase péri-ictérique (asthénie, anorexie, prurit, céphalées, nausées, vomissements). Un tel tableau impose l'arrêt du traitement.

·Devant un diagnostic clinique, et/ou biologique de troubles hépatiques, interrompre l'administration de dantrolène. Dès lors, seule l'enquête étiologique (diagnostic différentiel, évolution), permettra de déterminer si le dantrolène peut être en cause (une normalisation rapide après arrêt du médicament est évocatrice de sa responsabilité).

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Ce médicament peut être administré en cas de maladie coeliaque. L'amidon de blé peut contenir du gluten, mais seulement à l'état de trace, et est donc considéré comme sans danger pour les sujets atteints d'une maladie coeliaque.

Précautions d'emploi

Renforcer la surveillance clinique et biologique chez les malades atteints d'une insuffisance respiratoire grave ou d'une insuffisance myocardique grave.

LISTE:

  • Hépatotoxicité au dantrolène
  • Elévation des transaminases
  • Augmentation de la bilirubine
  • Surveillance transaminases
  • Surveillance bilirubinémie
  • Insuffisance respiratoire grave
  • Insuffisance myocardique grave

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

Ne pas prescrire le dantrolène avec un autre médicament reconnu hépatotoxique.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Une posologie excessive peut entraîner une hypotonie gênante, des troubles visuels (diplopie) qui régressent après ajustement des doses.

En cas d'intoxication, assurer si possible une évacuation gastrique et prévoir des mesures générales d'assistance cardiaque et respiratoire. Administrer des solutions de dilution en perfusion veineuse de façon à éviter un risque de cristallurie.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L'attention est attirée, notamment chez les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines, sur le risque de vertiges et de somnolence, particulièrement en cas d'association à d'autres médicaments pouvant majorer la somnolence.

Grossesse

En l'absence d'étude clinique adéquate et méthodologique satisfaisante, la sécurité d'emploi du dantrolène chez la femme enceinte n'a pu être à ce jour formellement établie. En conséquence, la poursuite du traitement nécessite une estimation casuelle du rapport bénéfice/risque assortie d'une surveillance accrue de la gestation.

Allaitement

En l'absence de données concernant le passage dans le lait maternel, l'allaitement est déconseillé en cas de traitement par ce médicament.

Durée de conservation :

3 ans.

Précautions particulières de conservation :

A conserver dans les plaquettes , dans l'emballage extérieur, à l'abri de la lumière et de l'humidité.

Forme : Gélule

Dosage : 100 mg

Contenance : 5000 mg ou 50 gélules ou 5 g

Laboratoire Titulaire : MERCK SANTE

Laboratoire Exploitant : MERCK SERONO


Forme pharmaceutique

Gélule.


Composition exprimée par Gélule

Principes Actifs :
  • Dantrolène (100 mg) sodique

Excipients :
  • Lactose monohydraté (Effet notoire)
  • Amidon de blé (Effet notoire)
  • Talc
  • Magnésium stéarate
  • Enveloppe de la gélule :
    • Gélatine
    • Erythrosine
    • Fer oxyde
    • Titane dioxyde

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.