Médicaments


UN-ALFA 0,10 microgramme, solution buvable en gouttes

1) Traitement curatif de l'ostéodystrophie rénale chez l'urémique (adulte et enfant) avant ou au stade de la dialyse (clairance de la créatinine < 30 ml/min/1,73 m2).

L'ostéodystrophie rénale doit être radiologiquement évidente et/ou avec élévation des phosphatases alcalines et hypocalcémie < 95 mg/L (2,5 mmol/L).

2) Traitement préventif de l'ostéodystrophie rénale:

·         chez l'enfant insuffisant rénal non hémodialysé,

·         chez l'adulte insuffisant rénal non hémodialysé:

o   uniquement en cas d'hyperparathyroïdisme authentifié (augmentation franche de la PTH à deux fois la limite supérieure de la normale, cette dernière étant fonction du degré de l'insuffisance rénale),

et

o   après correction préalable de l'hyperphosphorémie (≥ 1,50 mmol/L) par les sels alcalins de calcium, sans induire d'hypercalcémie.

3) Rachitismes pseudo-carentiels

4) Rachitismes et ostéomalacies par hypophosphatémie vitamino-résistante en association avec un supplément de phosphate [et de 24,25 (OH)2 vitamine D3].

5) Hypoparathyroïdismes et pseudo-hypoparathyroïdismes.

6) Prévention de l'hypocalcémie post-parathyroïdectomie en cas d'hyperparathyroïdisme primaire ou tertiaire.

7) Hypocalcémie néonatale tardive.


  • Ostéodystrophie rénale
  • Rachitisme pseudocarentiel
  • Ostéomalacie par hypophosphatémie vitaminorésistante
  • Rachitisme par hypophosphatémie vitaminorésistante
  • Hypoparathyroïdisme
  • Pseudohypoparathyroïdisme
  • Hypocalcémie post-hypoparathyroïdectomie
  • Hypocalcémie néonatale tardive

Posologie

Ostéodystrophie rénale :

·         Traitement curatif:

o   chez l'adulte: 1 à 2 microgrammes/jour,

o   chez l'enfant de moins de 20 kg: 1 microgramme/jour.

Il est néanmoins prudent de commencer le traitement par:

o   0,5 à 1 microgramme/jour chez l'adulte et l'enfant de plus de 20 kg,

o   0,05 microgramme/kg/jour chez l'enfant de moins de 20 kg.

La dose est ensuite éventuellement ajustée pour obtenir un produit phosphocalcique normal.

·         Traitement préventif:

o   0,5 à 1 microgramme/jour chez l'adulte et l'enfant de plus de 20 kg,

o   0,05 microgramme/kg/jour chez l'enfant de moins de 20 kg.

Rachitisme pseudo-carentiel :

·         2 à 4 microgrammes/jour en traitement d'attaque,

·         0,75 à 2 microgrammes/jour en traitement d'entretien,

·         5 à 8 microgrammes/jour dans la forme avec alopécie en associant avec un supplément de phosphates.

Rachitisme et ostéomalacie par hypophosphatémie vitamino-résistante :

·         1 à 6 microgrammes/jour en associant avec un supplément de phosphates.

Hypoparathyroïdismes et pseudo-hypoparathyroïdismes :

·         1 à 3 microgrammes/jour chez l'adulte comme chez l'enfant.

Hypocalcémie néonatale tardive :

·         adapter en fonction de la surveillance quotidienne de la calcémie, habituellement 2 à 4 µg par jour répartis en 2 prises.

Mode d'administration

Voie orale.

Le flacon en verre jaune assure une protection vis à vis de la lumière. Le compte- gouttes est serti au flacon afin d'éviter la prise massive par un enfant.

Les gouttes peuvent être prises avec un peu d'eau ou de lait.

CONTACTER immédiatement le médecin en cas de perte d'appétit, fatigue, nausées, vomissements, constipation ou diarrhée, augmentation de la quantité d'urine émise dans les 24h, transpiration, mal de tête, soif excessive, hypertension, somnolence et vertiges.
PRUDENCE en cas de conduite de véhicules ou d'utilisation de machines (vertiges).

L'estimation  de  la fréquence des  effets indésirables repose sur une analyse regroupée des données issues d'études cliniques et des  notifications spontanées.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont diverses réactions dermatologiques telles que le prurit et l'éruption cutanée, l'hypercalcémie, la douleur/gêne gastro-intestinale et l'hyperphosphorémie.

Une insuffisance rénale a été rapportée après la commercialisation du produit.

Les effets indésirables sont répertoriés selon la classification MedDRA par système-organe (SOC) et les effets indésirables individuels sont répertoriés en commençant par les effets les plus fréquemment rapportés. Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par  ordre de  gravité décroissant :

Très fréquent    ≥1/10

Fréquent           ≥1/100 et <1/10

Peu fréquent     ≥1/1 000 et <1/100

Rare                 ≥1/10 000 et <1/1 000

Très rare           <1/10 000


 

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquent ≥ 1/100 et < 1/10

Hypercalcémie

Hyperphosphorémie

Affections psychiatriques

Peu fréquent ≥ 1/1 000 et < 1/100

Confusion

Affections du système nerveux 

Peu fréquent ≥ 1/1 000 et < 1/100

Céphalées

Rare ≥ 1/10 000 et < 1/1 000

Vertiges

Affections gastro-intestinales

Fréquent ≥ 1/100 et < 1/10

Douleur et gêne abdominale

Peu fréquent ≥ 1/1 000 et < 1/100

Diarrhées

Vomissements

Constipation

Nausées

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Peu fréquent ≥ 1/1 000 et < 1/100

Myalgie

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent ≥ 1/100 et < 1/10

Eruption cutanée*

Prurit

Affections du rein et des voies urinaires

Fréquent ≥ 1/100 et < 1/10

Hypercalciurie

Peu fréquent ≥ 1/1 000 et < 1/100

Insuffisance rénale (y compris insuffisance rénale aiguë)

Néphrolithiase/ Néphrocalcinose

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Peu fréquent ≥ 1/1 000 et < 1/100

Fatigue/asthénie/malaise

Calcinose

*Divers types d'éruptions cutanées ont été rapportés tels que  l'érythème, l'éruption maculopapulaire et l'éruption pustuleuse.

Population pédiatrique

Le profil de sécurité observé est le même pour les enfants et les  adultes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.


  • Prurit cutané
  • Eruption cutanée
  • Hypercalcémie
  • Douleur gastro-intestinale
  • Gêne gastro-intestinale
  • Hyperphosphorémie
  • Confusion
  • Céphalée
  • Vertige
  • Diarrhée
  • Vomissement
  • Constipation
  • Nausée
  • Myalgie
  • Erythème
  • Eruption maculopapuleuse
  • Eruption pustuleuse
  • Hypercalciurie
  • Insuffisance rénale
  • Insuffisance rénale aiguë
  • Néphrolithiase
  • Néphrocalcinose
  • Fatigue
  • Asthénie
  • Malaise
  • Calcinose
  • Réaction allergique
Contre-indications

·         Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la  rubrique Liste des excipients.

·         Hypercalcémie

LISTE:

  • Hypercalcémie
  • Allaitement
  • Intolérance au fructose
  • Grossesse

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Mises en garde spéciales

·         Une hypercalcémie peut apparaître chez les patients traités par UN-ALFA qui doivent être informés des signes cliniques de l'hypercalcémie. Les signes cliniques d'une hypercalcémie sont l'anorexie, la fatigue, les nausées et les vomissements, la constipation ou la diarrhée, une polyurie, des sueurs, des céphalées, une polydipsie, l'hypertension, la somnolence et les vertiges.

·         L'hypercalcémie peut être rapidement corrigée en interrompant le  traitement jusqu'à ce que la calcémie revienne à la  normale (en  une semaine environ). UN-ALFA peut être alors à nouveau administré à une dose réduite (la moitié de  la dose précédente) en surveillant le calcium.

·         Une hypercalcémie prolongée peut aggraver une athérosclérose, une sclérose valvulaire cardiaque ou une néphrolithiase ; aussi doit-on éviter toute hypercalcémie prolongée lors de l'utilisation d'UN-ALFA chez ces patients. Une dégradation  temporaire voire durable de la fonction rénale a été observée. UN-ALFA doit également être  utilisé avec  prudence chez les patients présentant une calcification des tissus  pulmonaires en raison de possibles répercussions cardiaques de cette affection.

·         Ce médicament contient 452 mg/ml de sorbitol ce qui équivaut à 452 mg par dose d'entretien quotidienne (2 microgrammes d'alfacalcidol), ou 6,5 mg de sorbitol/kg/jour pour un adulte (70 kg). Les patients présentant de rares problèmes héréditaires d'intolérance au fructose ne devraient pas prendre ce médicament.

·         Ce médicament contient du parahydroxybenzoate de méthyle (E218) et peut provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées).

·         Ce médicament contient de l'hydroxystéarate de macrogolglycérol (huile de ricin) et peut provoquer des troubles gastriques et une diarrhée.

·         Ce médicament contient jusqu'à 113 mg d'éthanol par dose d'entretien quotidienne (correspondant à une dose maximale de 2 microgrammes d'alfacalcidol) ce qui équivaut à 14% vol. d'alcool. La quantité d'éthanol dans chaque dose équivaut à moins de 3 ml de bière ou de 1,5 ml de vin. La faible quantité d'alcool contenue dans ce médicament n'est pas susceptible d'entraîner d'effet notable. .

·         Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par ml, c'est-à-dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».

Précautions d'emploi

·         Au cours du  traitement par UN-ALFA, la calcémie et la phosphorémie doivent être surveillées régulièrement. La PTH, les phosphatases alcalines, la créatinine, la calciurie (chez le patient non dialysé) et le produit phosphocalcique doivent être surveillés si cela est cliniquement indiqué.

·         Chez les patients atteints d'une ostéodystrophie rénale ou dont la fonction rénale est gravement altérée, un chélateur du phosphore peut être associé à l'alfacalcidol afin d'empêcher une augmentation de la  phosphorémie et l'apparition de calcifications métastatiques.

·         UN-ALFA doit être utilisé avec prudence chez les patients atteints de pathologies granulomateuses, telles qu'une sarcoïdose, dans lesquelles la sensibilité à la vitamine D augmente du fait de l'augmentation de l'activité d'hydroxylation.

·         En cas d' hypercalcémie secondaire à l'administration de vitamine D, l'utilisation concomitante de glycosides digitaliques augmente le risque d'arythmie cardiaque.

LISTE:

  • Calcification pulmonaire
  • Alcoolisme
  • Enfant
  • Insuffisance hépatique
  • Epileptique
  • Surveillance calcémie
  • Surveillance phosphorémie
  • Surveillance parathormone
  • Surveillance phosphatases alcalines
  • Surveillance créatininémie
  • Surveillance calciurie
  • Fonction rénale altérée
  • Maladies granulomateuses
  • Femme en âge de procréer
  • Absence de contraception féminine efficace
  • Nouveau-né de mère traitée

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Associations déconseillées

L'utilisation concomitante de préparations contenant de la vitamine D peut augmenter le risque d'hypercalcémie. L'utilisation de plusieurs analogues de la vitamine D doit être évitée.

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

L'utilisation concomitante de diurétiques thiazidiques ou de préparations contenant du calcium peut augmenter le risque d'hypercalcémie. Dans ce cas, la calcémie doit être surveillée.

Les anticonvulsivants (par exemple, les barbituriques, la phénytoïne, la carbamazépine ou la primidone) sont des inducteurs enzymatiques qui entrainent  une augmentation du  métabolisme de l'alfacalcidol. Les patients sous anticonvulsivants peuvent nécessiter des doses plus importantes d' UN-ALFA.

UN-ALFA peut augmenter la concentration d'aluminium dans le sang. Les patients prenant des préparations contenant de l'aluminium (par exemple,  hydroxyde d'aluminium, sucralfate) doivent être surveillés afin de détecter tout signe de toxicité associée à l'aluminium.

L'administration concomitante de chélateurs d'acides biliaires comme la cholestyramine peut entraver l'absorption intestinale des formulations orales d'UN-ALFA. UN-ALFA doit être administré au moins 1 heure avant, ou 4 à 6 heures après la prise de chélateurs d'acides biliaires  afin de réduire le risque potentiel d'interaction.

Associations à prendre en compte

Orlistat : diminution de l'absorption de la vitamine D.

La prise concomitante d'antiacides contenant du magnésium peut augmenter le risque d'hypermagnésémie.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Une prise excessive de UN-ALFA peut entrainer une hypercalcémie, toutefois l'effet est rapidement réversible à l'arrêt du traitement, après environ une semaine.

Dans les cas graves d'hypercalcémie, des mesures générales doivent être  prises : maintenir une bonne hydratation du patient par perfusion de de solution saline (afin de forcer la diurèse), mesurer les taux d'électrolytes, de calcium et les indices de la fonction rénale, évaluer les anomalies électrocardiographiques, notamment chez les patients sous digitaliques. Un traitement  plus spécifique par glucocorticostéroïdes, diurétiques de l'anse, biphosphonates, calcitonine et éventuellement hémodialyse à faible teneur en calcium peut être envisagé.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

UN-ALFA n'a aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Toutefois, le patient doit être informé que des vertiges peuvent survenir pendant le  traitement et qu'il doit en tenir compte lors de la conduite de véhicules ou l'utilisation de machines.

Grossesse

Il existe des données limitées sur l'utilisation d'alfacalcidol chez la femme enceinte. Les études menées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction.

UN-ALFA n'est  pas recommandé pendant la grossesse sauf nécessité absolue car l'hypercalcémie au cours de la  grossesse peut entrainer des anomalies congénitales chez l'enfant. La prudence est de rigueur chez les femmes en âge de procréer n'utilisant pas de contraception.

Allaitement

L'alfacalcidol est  excrété dans le  lait maternel. La décision doit être prise soit d'interrompre l'allaitement soit d'interrompre/de s'abstenir du traitement par UN-ALFA en prenant en compte le bénéfice de l'allaitement pour l'enfant au regard du bénéfice du traitement pour la mère.

Les enfants allaités nés de mères sous alfacalcidol doivent être étroitement surveillés pour détecter une éventuelle hypercalcémie.

Fertilité

Il n'existe pas de données cliniques sur l'effet de l'alfacalcidol sur la fertilité. Une étude pré-clinique n'a pas  montré d'effet sur la fertilité chez le rat.

Durée de conservation :

3 ans.

Après première ouverture : 4 mois.

Précautions particulières de conservation :

Ce médicament est sensible à la lumière, le conserver dans son emballage extérieur. A conserver entre +2°C et +8°C. Ne pas congeler.

Forme : Solution buvable en gouttes

Dosage : 0,1 µg

Contenance : 20 µg ou 200 gouttes ou 10 ml ou 1 flacon

Laboratoire Titulaire : LEO PHARMA

Laboratoire Exploitant : LEO PHARMA


Forme pharmaceutique

Solution buvable en gouttes.


Composition exprimée par ml

Principes Actifs :
  • Alfacalcidol (2 µg)

Commentaire : 1 ml de solution = 20 gouttes (soit 0,10 µg d'alfacalcidol par goutte) Excipients: huile de ricin, parahydroxybenzoate de méthyle (E218).


Excipients :
  • Alpha-tocophérol DL
  • Parahydroxybenzoate de méthyle (Effet notoire)
  • Glycérol
  • Polyéthylèneglycol oxystéarate
  • Citrique acide
  • Sodium citrate
  • Sorbitol (Effet notoire)
  • Ethanol (Effet notoire)
  • Eau purifiée

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.