ALOXI 250 microgrammes, solution injectable

Aloxi est indiqué chez l'adulte dans

•     la prévention des nausées et vomissements aigus associés aux chimiothérapies anticancéreuses hautement émétisantes,

•     la prévention des nausées et vomissements associés aux chimiothérapies anticancéreuses modérément émétisantes.

 

Aloxi est indiqué chez les enfants âgés de 1 mois et plus et les adolescents dans

•     la prévention des nausées et vomissements aigus associés aux chimiothérapies anticancéreuses hautement émétisantes,

•     la prévention des nausées et vomissements associés aux chimiothérapies anticancéreuses modérément émétisantes.


  • Nausées et vomissements induits par la chimiothérapie cytotoxique

Aloxi ne doit être administré qu'avant la chimiothérapie. Ce médicament doit être administré par un professionnel de santé sous surveillance médicale appropriée.

 

Posologie

 

Adultes


250 microgrammes de palonosétron en administration unique sous forme de bolus intraveineux 30 minutes environ avant le début de la chimiothérapie. Aloxi doit être administré en 30 secondes.

 

Dans la prévention des nausées et vomissements induits par une chimiothérapie hautement émétisantes, la co-administration d'un corticoïde avant la chimiothérapie peut améliorer l'efficacité d'Aloxi.

 

Personnes âgées

 

Aucun ajustement de la dose n'est nécessaire chez les personnes âgées.

 

Population pédiatrique

 

Enfants et adolescents (âgés de 1 mois à 17 ans) :

20 microgrammes/kg (la dose totale maximale ne doit pas dépasser 1 500 microgrammes) de palonosétron en administration unique sous forme de perfusion intraveineuse de 15 minutes commençant environ 30 minutes avant le début de la chimiothérapie.

 

La sécurité et l'efficacité d'Aloxi chez les enfants âgés de moins d'un mois n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible. Les données concernant l'utilisation d'Aloxi dans la prévention des nausées et vomissements chez les enfants âgés de moins de 2 ans sont limitées.

 

Insuffisance hépatique

 

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance hépatique.

 

Insuffisance rénale

 

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale. Il n'y a pas de données cliniques disponibles chez les patients sous hémodialyse présentant une insuffisance rénale au stade terminal.

 

Mode d'administration

 

Voie intraveineuse.

PRUDENCE en cas de conduite de véhicules ou d'utilisation de machines (vertiges, somnolence, fatigue).

Dans les études cliniques menées chez des patients adultes à la dose de 250 microgrammes

(633 patients au total), les réactions indésirables les plus fréquentes considérées comme ayant une relation au moins possible avec Aloxi ont été des céphalées (9 %) et une constipation (5 %).

Dans les études cliniques, les effets indésirables (EI) ci-dessous ont été jugés comme ayant une relation possible ou probable avec Aloxi. Ils ont été classés comme fréquents (≥ 1/100, < 1/10) ou peu fréquents (≥ 1/1 000, < 1/100). Des effets indésirables très rares (< 1/10 000) ont été notifiés après commercialisation.

Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

Classe de système d'organeEI fréquents (≥ 1/100, < 1/10)EI peu fréquents (≥ 1/1 000, < 1/100)EI très rares° (< 1/10 000)
Affections du système immunitaireHypersensibilité, anaphylaxie, réactions et chocs anaphylactiques et anaphylactoïdes
Troubles du métabolisme et de la nutritionHyperkaliémie, troubles métaboliques, hypocalcémie, hypokaliémie, anorexie, hyperglycémie, diminution de l'appétit
Affections psychiatriquesAnxiété, euphorie
Affections du système nerveuxCéphalées VertigesSomnolence, insomnie, paresthésies, hypersomnie, neuropathie sensitive périphérique
Affections oculairesIrritation oculaire, amblyopie
Affections de l'oreille et du labyrintheCinépathie, acouphènes
Affections cardiaquesTachycardie, bradycardie, extrasystoles, ischémie myocardique, tachycardie sinusale, arythmie sinusale, extrasystoles supraventriculaires
Affections vasculairesHypotension, hypertension, coloration anormale des veines, turgescence veineuse
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinalesHoquet
Affections gastro- intestinalesConstipation DiarrhéesDyspepsie, douleurs abdominales, gastralgies, sécheresse de la bouche, flatulences
Affections hépatobiliairesHyperbilirubinémie
Affections de la peau et du tissu sous-cutanéDermatite allergique, éruption prurigineuse
Affections musculo- squelettiques et systémiquesArthralgie
Affections du rein et des voies urinairesRétention urinaire, glycosurie
Troubles généraux et anomalies au site d'administrationAsthénie, pyrexie, fatigue, sensation fiévreuse, syndrome grippalRéaction au site d'injection*
InvestigationsÉlévation des transaminases, allongement de l'intervalle QT à l'ECG

° Données recueillies après commercialisation

* Incluant : brûlure, induration, gêne et douleur

Population pédiatrique

Dans les études cliniques menées dans la prévention des nausées et vomissements induits par une chimiothérapie modérément ou hautement émétisante, 402 patients ont reçu une dose unique de palonosétron (3, 10 ou 20 mcg/kg). Les effets indésirables fréquents et peu fréquents ci-dessous ont été rapportés avec le palonosétron, aucun n'ayant été observé avec une fréquence > 1 %.

Classe de système d'organeEI fréquents (≥ 1/100, < 1/10)EI peu fréquents (≥ 1/1 000, <1/100)
Affections du système nerveuxCéphaléesSensations vertigineuses, dyskinésie
Affections cardiaquesAllongement de l'intervalle QT à l'ECG, troubles de la conduction, tachycardie sinusale
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinalesToux, dyspnée, épistaxis
Affections de la peau et du tissu sous-cutanéDermatite allergique, prurit, affections cutanées, urticaire
Troubles généraux et anomalies au site d'administrationPyrexie, douleur au site de perfusion, réaction au site de perfusion, douleur

Les effets indésirables ont été évalués chez des patients pédiatriques recevant le palonosétron pendant 4 cycles de chimiothérapie au maximum.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration - voir Annexe V.


  • Hypersensibilité
  • Anaphylaxie
  • Réaction anaphylactique
  • Choc anaphylactique
  • Choc anaphylactoïde
  • Hyperkaliémie
  • Troubles métaboliques
  • Hypocalcémie
  • Hypokaliémie
  • Anorexie
  • Hyperglycémie
  • Diminution de l'appétit
  • Anxiété
  • Euphorie
  • Céphalée
  • Vertige
  • Somnolence
  • Insomnie
  • Paresthésie
  • Hypersomnie
  • Neuropathie sensitive périphérique
  • Irritation oculaire
  • Amblyopie
  • Mal des transports
  • Acouphène
  • Tachycardie
  • Bradycardie
  • Extrasystole
  • Ischémie myocardique
  • Tachycardie sinusale
  • Arythmie sinusale
  • Extrasystole supraventriculaire
  • Hypotension
  • Hypertension
  • Coloration anormale des veines
  • Turgescence veineuse
  • Hoquet
  • Constipation
  • Diarrhée
  • Dyspepsie
  • Douleur abdominale
  • Gastralgie
  • Sécheresse de la bouche
  • Flatulence
  • Hyperbilirubinémie
  • Dermatite allergique
  • Eruption prurigineuse
  • Arthralgie
  • Rétention urinaire
  • Glycosurie
  • Asthénie
  • Pyrexie
  • Fatigue
  • Sensation fiévreuse
  • Syndrome grippal
  • Réaction au site d'injection
  • Brûlure au site d'injection
  • Induration au site d'injection
  • Gêne au site d'injection
  • Douleur au site d'injection
  • Elévation des transaminases
  • Allongement de l'intervalle QT
  • Dyskinésie
  • Trouble de la conduction
  • Toux
  • Dyspnée
  • Epistaxis
  • Prurit cutané
  • Affection cutanée
  • Urticaire
  • Réaction au site de perfusion
  • Douleur
Contre-indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

LISTE:

  • Hypersensibilité palonosétron
  • Allaitement
  • Grossesse

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Comme le palonosétron peut augmenter le temps de transit colique, les patients ayant des antécédents de constipation ou des signes d'occlusion intestinale subaiguë doivent faire l'objet d'une surveillance après l'administration d'Aloxi. Deux cas de constipation avec fécalome nécessitant une hospitalisation ont été rapportés après l'administration de 750 microgrammes de palonosétron.

 

Quelle que soit la posologie étudiée, le palonosétron n'a pas entraîné d'allongement cliniquement significatif de l'intervalle QTc. Une étude approfondie spécifique de l'intervalle QT/QTc a été menée chez des volontaires sains pour obtenir des données définitives démontrant l'effet du palonosétron sur l'intervalle QT/QTc (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

 

Cependant, comme pour d'autres antagonistes des récepteurs 5-HT3, il est recommandé d'être prudent en cas d'utilisation de palonosétron chez des patients présentant ou susceptibles de présenter un allongement de l'intervalle QT. Les facteurs de risque sont notamment des antécédents personnels ou familiaux d'allongement de l'intervalle QT, les déséquilibres électrolytiques, l'insuffisance cardiaque congestive, les bradyarythmies, les troubles de la conduction et l'administration d'antiarythmiques ou d'autres médicaments entraînant un allongement de l'intervalle QT ou des troubles électrolytiques. L'hypokaliémie et l'hypomagnésémie doivent être corrigées avant l'administration d'un antagoniste des récepteurs 5-HT3.

 

Des cas de syndrome sérotoninergique ont été rapportés lors de l'utilisation d'antagonistes des récepteurs 5-HT3, soit seuls soit en association avec d'autres médicaments sérotoninergiques (y compris les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine [ISRS] et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline [IRSN]). Une surveillance appropriée des patients est recommandée afin de détecter des symptômes de type syndrome sérotoninergique.

 

Aloxi ne doit pas être utilisé pour la prévention ou le traitement des nausées et vomissements au cours des jours suivants la chimiothérapie, si une autre chimiothérapie n'est pas prévue.

 

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par flacon, c'est à dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».

LISTE:

  • Posologies limitées à l'enfant de plus de 1 mois
  • Antécédent de constipation
  • Occlusion intestinale
  • Allongement de l'intervalle QT
  • Antécédent familial de QT long
  • Insuffisance cardiaque congestive
  • Bradyarythmie
  • Troubles de la conduction
  • Hypokaliémie
  • Hypomagnésémie
  • Syndrome sérotoninergique
  • Stade terminal d'insuffisance rénale nécessitant une dialyse
  • Enfant de 1 mois à 2 ans

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Le palonosétron est métabolisé essentiellement par le CYP2D6, avec une contribution mineure des isoenzymes CYP3A4 et CYP1A2. Sur la base des études in vitro, le palonosétron n'est ni inducteur ni inhibiteur de l'isoenzyme du cytochrome P450 aux concentrations cliniques.

 

Agents anticancéreux

Dans les études précliniques, le palonosétron n'a pas inhibé l'activité antitumorale des cinq agents anticancéreux testés (cisplatine, cyclophosphamide, cytarabine, doxorubicine et mitomycine C).

 

Métoclopramide

Dans une étude clinique, il n'a pas été observé d'interaction pharmacocinétique significative entre une administration unique par voie intraveineuse de palonosétron et le métoclopramide à l'état d'équilibre par voie orale, qui est un inhibiteur du CYP2D6.

 

Inducteurs et inhibiteurs du CYP2D6

Dans une analyse pharmacocinétique de population, il n'a pas été observé d'effet significatif sur la clairance du palonosétron en cas d'administration concomitante avec des inducteurs (dexaméthasone et rifampicine) et des inhibiteurs du CYP2D6 (incluant l'amiodarone, le célécoxib, la chlorpromazine, la cimétidine, la doxorubicine, la fluoxétine, l'halopéridol, la paroxétine, la quinidine, la ranitidine, le ritonavir, la sertraline ou la terbinafine).

 

Corticoïdes

Il n'a pas été observé d'effet indésirable en cas d'administration concomitante de palonosétron et de corticoïdes.

 

Médicaments sérotoninergiques (par exemple ISRS et IRSN)

Des cas de syndrome sérotoninergique ont été rapportés suite à l'utilisation concomitante d'antagonistes des récepteurs 5-HT3 et d'autres médicaments sérotoninergiques (y compris les ISRS et les IRSN).

 

Autres médicaments

L'administration concomitante de palonosétron et de médicaments analgésiques, antiémétiques/antinauséeux, antispasmodiques et anticholinergiques a été bien tolérée.


Incompatibilités

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.


Surdosage

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté.

Des doses allant jusqu'à 6 mg ont été utilisées lors des études cliniques menées chez des patients adultes. L'incidence d'effets indésirables dans le groupe recevant la dose la plus élevée a été comparable à celle observée dans les autres groupes de dose et aucun effet dose-réponse n'a été observé. Dans le cas peu probable d'un surdosage avec Aloxi, un traitement symptomatique et de soutien doit être instauré. Il n'a pas été réalisé d'études relatives à la dialyse; cependant, étant donné le gros volume de distribution, la dialyse risque de n'être d'aucune utilité en cas de surdosage avec Aloxi.

 

Population pédiatrique

 

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté lors des études cliniques menées dans la population pédiatrique.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés. Comme le palonosétron peut provoquer des vertiges, de la somnolence ou une fatigue, les patients doivent être avertis s'ils doivent conduire un véhicule ou utiliser des machines.

Grossesse

Il n'existe pas de données sur l'utilisation du palonosétron chez la femme enceinte. Les études chez l'animal n'ont pas montré d'effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement embryonnaire et foetal, la mise bas et le développement postnatal. Les données concernant le passage transplacentaire issues des études animales sont limitées (voir rubrique Données de sécurité précliniques).

Il n'existe pas de données concernant l'utilisation du palonosétron chez la femme enceinte. Par conséquent, le palonosétron ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins d'une nécessité absolue.

Allaitement
Il n'existe pas de données sur l'excrétion du palonosétron dans le lait maternel ; par conséquent, l'allaitement doit être interrompu pendant le traitement.

Fertilité
Il n'existe pas de données disponibles concernant l'effet du palonosétron sur la fertilité.

Durée de conservation :

 

5 ans

Utiliser immédiatement après l'ouverture du flacon ; toute solution non utilisée doit être éliminée.

 

Précautions particulières de conservation :

 

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation.

Forme : Solution injectable

Dosage : 250 µg

Contenance : 250 µg ou 5 ml ou 1 flacon ou ¼ mg ou 0,00025 g

Laboratoire Titulaire : HELSINN BIREX PHARMA LTD

Laboratoire Exploitant : HELSINN BIREX PHARMA LTD


Forme pharmaceutique

Solution injectable. Solution limpide incolore.


Composition exprimée par ml

Principes Actifs :
  • Palonosétron (50 microgrammes) (sous forme de chlorhydrate)

Commentaire : Chaque flacon de 5 ml de solution contient 250 microgrammes de palonosétron (sous forme de chlorhydrate).


Excipients :
  • Mannitol
  • Edétate disodique
  • Sodium citrate
  • Citrique acide monohydrate
  • Sodium hydroxyde (pour l'ajustement du pH)
  • Chlorhydrique acide (pour l'ajustement du pH)
  • Eau pour préparations injectables

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.