EUCALCIC 1,2 g/15 ml, suspension buvable en sachet-dose (PRODUIT SUPPRIME LE 08/10/2009)

- Ostéodystrophie rénale :
- Hypocalcémie et hyperphosphorémie de l'insuffisance rénale chronique : l'administration orale de sels alcalins de calcium, comme le carbonate de calcium est la règle chez tous les dialysés et les insuffisants rénaux dont la filtration glomérulaire s'abaisse au-dessous de 30 ml/mn, afin de lutter contre l'hyperparathyroïdie secondaire et les lésions ostéodystrophiques qui en résultent.
- Traitement préventif de l'ostéodystrophie rénale avant le stade d'hypocalcémie et d'hyperphosphorémie : compte tenu du fait que l'élévation du taux de PTH intacte et l'apparition de lésions histologiques d'hyperparathyroïdie surviennent avant que la dégradation de la filtration glomérulaire atteigne le seuil de 30 ml/mn, il paraît logique de donner un supplément calcique dès que la filtration glomérulaire devient inférieure à 60 ml/mn chez l'adulte et inférieure à 80 ml/mn par 1,73 m² chez l'enfant.


  • Ostéodystrophie rénale
  • Hyperphosphorémie et hypocalcémie de l'insuffisance rénale chronique

- En cas d'hypocalcémie, et en l'absence d'hyperphosphorémie, le carbonate de calcium sera donné à distance des repas, afin d'augmenter la fraction absorbée, et à des doses adaptées en fonction de la calcémie régulièrement contrôlée. Ce traitement peut être complété par l'apport de dérivés 1-alpha hydroxylés de la vitamine D sous surveillance stricte de la phosphorémie.
- En cas d'hyperphosphorémie, le carbonate de calcium sera donné au cours des repas afin d'augmenter la fraction complexée, et à un dosage permettant de rétablir une phosphorémie normale (chez le patient dialysé, on doit souvent se contenter d'une phosphorémie pré-dialytique inférieure à 1,8 mmol/L).
La calcémie sera régulièrement surveillée, un taux supérieur à 2,6 mmol/L nécessitant une réduction des doses.
- Lorsque l'insuffisance rénale est modérée et ne s'accompagne ni d'hypocalcémie, ni d'hyperphosphorémie, ou en cas d'ostéoporose sans insuffisance rénale, la dose sera adaptée à la calciurie qui devra se situer entre 2 et 3 mmol/24 h chez l'adulte et entre 0,15 et 0,20 mg/ml de créatininurie chez l'enfant.
En pratique, les doses moyennes les plus courantes sont :
. chez l'adulte : 2 à 3 sachets/j au cours des repas
. chez l'enfant : 1 à 2 sachets/j au cours des repas.

- Accélération du transit intestinal, ou plus rarement, constipation, flatulences, éructations, nausées.
- Risque d'hypercalcémie en cas de surdosage. Les doses tolérées sont d'autant plus faibles, que la calcémie initiale est plus élevée, et/ou qu'il existe une intoxication aluminique préalable d'ostéomalacie ou d'os adynamique et/ou que l'on administre simultanément des doses pharmacologiques de vitamine D native, de 25 OH vitamine D3 ou des doses physiologiques de dérivés 1-alpha hydroxylés de la vitamine D.
- Risque de calcification des tissus mous si le produit phosphocalcique devient supérieur à 6000 (mg/L x mg/L).


  • Accélération du transit intestinal
  • Constipation
  • Flatulence
  • Eructation
  • Nausée
  • Hypercalcémie
  • Calcification des tissus mous
Contre-indications

- Hypercalcémie : l'apparition d'une hypercalcémie en cours de traitement nécessite une réduction des doses.
- Hyperphosphorémie initiale supérieure à 65 mg/L (> 2,2 mmol/L) : la prise de carbonate de calcium à forte dose ne débutera qu'après une séance d'épuration extrarénale ou un traitement transitoire d'une à deux semaines par l'Al(OH)3.
- Lithiase et/ou néphrocalcinose avec hypercalciurie d'absorption.
- Immobilisations prolongées s'accompagnant d'hypercalciurie et/ou d'hypercalcémie : le traitement calcique ne doit être utilisé qu'à la reprise de la mobilisation.

LISTE:

  • Hypercalcémie
  • Hyperphosphorémie > 65 mg/L (2,2 mmol/L)
  • Lithiase rénale
  • Néphrocalcinose
  • Hypercalciurie

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
L'administration conjointe de calcium et de vitamine D doit être faite sous stricte surveillance médicale.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- En cas d'hyperkaliémie associée : voir interactions.
- En cas d'association avec la vitamine D à forte dose ou avec les doses physiologiques de dérivés 1-alpha hydroxylés de la vitamine D, une surveillance biologique fréquente est indispensable, portant non seulement sur la calcémie et la phosphorémie, mais aussi chez le sujet âgé non dialysé, sur la calciurie qui doit rester entre 2 et 3 mmol/24 h (80-120 mg/24 h) et la phosphaturie qui doit être comprise entre 400 et 600 mg/24 h (13-20 mmol/24 h).
- En cas de traitement associé avec digitaliques, tétracyclines : voir interactions.
- L'intoxication aluminique augmente le risque d'hypercalcémie et de calcifications métastasiques, et peut nécessiter un traitement préalable à la déféroxamine.
- En cas de dialyse, la concentration du bain en calcium sera telle que le bilan calcique pendant la dialyse reste nul. En pratique, avec les séances habituelles de 4 h et les dialyseurs usuels, cette concentration se situe entre 60 et 65 mg/L.
En hémofiltration, la concentration du calcium dans le liquide de substitution qui assure un bilan calcique nul, alors que la quantité ultra-filtrée est de 30 L et la perte de poids du malade de 3 kg, est de 70 mg/L. Lorsque le carbonate de calcium entraîne une hypercalcémie sans corriger l'hyperphosphorémie, on peut abaisser à la demande la concentration du calcium dans le bain ou le liquide de substitution pour hémofiltration.
- 1 sachet d'Eucalcic 1,2 g/15 ml contient 1,9 g de saccharose.

LISTE:

  • Hyperkaliémie
  • Sujet âgé
  • Intoxication aluminique
  • Dialyse
  • Diabète
  • Régime hypoglucidique

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

- En cas de traitement par des digitaliques, l'administration orale de calcium (surtout si elle est associée à la vitamine D), risque d'augmenter la toxicité des digitaliques (troubles du rythme en cas d'hypercalcémie), et nécessite une stricte surveillance biologique, clinique et électrocardiographique.
- En cas de traitement par des tétracyclines par voie orale, il est recommandé de décaler d'au moins trois heures la prise de calcium (diminution possible de l'absorption digestive des tétracyclines).
- En cas d'utilisation du polystyrène sulfonate de calcium (Calcium Sorbistérit*, Calcium Serdolite*), pour contrôler l'hyperkaliémie, la dose de carbonate de calcium sera réduite pour éviter l'hypercalcémie.


Incompatibilités

Acides, sels d'ammonium, alun.


Surdosage

- Symptômes : soif, polydypsie, nausées, vomissements, déshydratation, hypertension artérielle, troubles vasomoteurs, constipation.
Chez le nourrisson et l'enfant, l'arrêt de croissance staturo-pondérale peut précéder tous les signes.
- Traitement : arrêt de tout apport calcique et vitaminique D, réhydratation et, en fonction de la gravité de l'intoxication, dialyse avec un bain pauvre en calcium ou hémofiltration sans calcium. Chez le non dialysé, diurèse forcée au furosémide et/ou corticoïdes et/ou calcitonine.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Sans objet.

Sans objet.

Durée de conservation :
3 ans.
Précautions particulières de conservation :
A conserver à l'abri de la chaleur.

Forme : Suspension buvable

Dosage : 1,2 g/15 mL

Contenance : 36000 mg ou 30 sachets ou 30 sachets-dose ou 36 g

Laboratoire Titulaire : TAKEDA

Laboratoire Exploitant : TAKEDA


Forme pharmaceutique

Absence d'information dans l'AMM.


Composition exprimée par Sachet

Principes Actifs :
  • Carbonate de calcium (1.2 g) : 3 g soit en calcium élément

Commentaire : Teneur en sacchrose : 1,9 g par sachet.


Excipients :
  • Gomme xanthane
  • Citrate monosodique anhydre
  • Saccharose (Effet notoire)
  • Orange huile essentielle de zeste
  • Parahydroxybenzoate de propyle
  • Parahydroxybenzoate de méthyle
  • Eau purifiée

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.