ANSATIPINE 150 mg, gélule

1. Traitement préventif des infections à mycobactéries dues à M. avium complex (MAC) chez les sujets infectés par le virus VIH et présentant un taux de CD4 inférieur à 100/mm3.
2. Traitement curatif des infections à mycobactéries dues à M. avium complex (MAC) chez les sujets infectés par le virus VIH dans le cadre d'une polychimiothérapie.
3. Traitement de la tuberculose multirésistante en particulier à la rifampicine.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.


  • Infection à Mycobacterium avium complex chez le sujet infecté par les virus HIV
  • Tuberculose multirésistante

Administration par voie orale en prise unique.
Il n'est pas nécessaire de tenir compte de l'horaire de la prise d'aliments.
- Adultes :
Les doses recommandées chez l'adulte sont :
. Traitement préventif :
1) Traitement préventif des infections à mycobactéries dues à M. avium complex chez les sujets infectés par le virus VIH : 2 gélules à 150 mg, soit 300 mg de rifabutine par jour en une prise.
Ce traitement doit être continu. Mais, en cas de survenue d'une mycobactériose, un traitement curatif est nécessaire.
La posologie de la rifabutine doit être réduite à 150 mg/j, lorsqu'elle est donnée en prophylaxie, et en association avec l'indinavir.
La posologie de la rifabutine doit être réduite à 150 mg/j, lorsqu'elle est donnée en prophylaxie, et en association avec le nelfinavir.
. Traitement curatif :
Dans tous les cas, Ansatipine sera prescrite dans le cadre d'une polychimiothérapie antimycobactérienne.
2) Traitement curatif des infections à mycobactéries dues à M. avium complex chez les sujets infectés par le virus VIH : 4 gélules, soit 600 mg de rifabutine par jour pour les sujets pesant plus de 50 kg et 3 gélules, soit 450 mg de rifabutine par jour pour les sujets pesant moins de 50 kg au moins pendant 6 mois après négativation des dernières cultures.
En cas d'association avec la clarithromycine (se reporter au chapitre mises en garde et précautions d'emploi).
3) Traitement de la tuberculose multirésistante :
la posologie optimale n'est pas définitivement établie. Elle semble être au moins de 450 mg/24 heures et probablement de 600 mg/24 heures.
- Sujets âgés :
Aucun ajustement de posologie n'est nécessaire chez le sujet âgé.
- Enfants :
L'utilisation de la rifabutine n'est pas recommandée étant donné l'absence d'études réalisées chez l'enfant.

RISQUE DE COLORATION en rouge-orange des urines, des selles, de la peau et des sécrétions (dont les larmes avec un risque de coloration définitive des lentilles de contact souples).

Remarque :
Ansatipine peut colorer en rouge-orange les urines, les selles, la peau et les sécrétions (dont les larmes avec un risque de coloration définitive des lentilles de contact souples).
- Effets indésirables les plus fréquents :
. myalgies/arthralgies,
. rash,
. modification du goût,
. neutropénie ayant nécessité l'arrêt du traitement chez 2% des patients traités.
- Autres effets indésirables :
Des uvéites réversibles d'intensité modérée à sévère, ont été rapportées. Leur risque d'apparition est très faible lorsque la rifabutine est utilisée à la dose de 300 mg/j, en monothérapie, pour la prévention des infections à MAC, mais il augmente lorsque la rifabutine est administrée à dose plus élevée en association avec la clarithromycine (ou d'autres macrolides). Le rôle éventuel du fluconazole (ou des médicaments apparentés) dans l'augmentation de ce risque n'a pas encore été établi. Aucun cas n'a été rapporté chez les patients traités par Ansatipine (150 à 600 mg/j) en association avec d'autres médicaments utilisés dans le traitement de la tuberculose pulmonaire.
- Autres effets indésirables observés lors de l'association à d'autres antituberculeux :
. troubles digestifs (nausées, vomissements) 8 à 12%,
. troubles hépatiques (augmentation des enzymes hépatiques, ictère) 8 à 12%,
. thrombocytopénie, anémie (4 à 9%),
. fièvre (2 à 4%).


  • Coloration rouge-orange des urines
  • Coloration rouge-orange des selles
  • Coloration rouge-orange de la peau
  • Coloration rouge-orange des sécrétions
  • Coloration rouge-orange des larmes
  • Myalgie
  • Arthralgie
  • Rash
  • Modification du goût
  • Neutropénie
  • Uvéite
  • Nausée
  • Vomissement
  • Augmentation des enzymes hépatiques
  • Ictère
  • Thrombocytopénie
  • Anémie
  • Fièvre
Contre-indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité aux rifamycines.
- Insuffisance rénale.
- Utilisation concomitante de saquinavir (voir interactions).
DECONSEILLE :
- Enfant : l'utilisation de la rifabutine n'est pas recommandée étant donnée l'absence d'études réalisées chez l'enfant.
- Grossesse et allaitement : aucune information n'est actuellement disponible concernant le passage de la rifabutine à travers la barrière placentaire ou dans le lait maternel. Des travaux expérimentaux chez le Rat ont montré qu'il n'y avait aucun taux décelable de rifabutine dans le liquide amniotique et seulement des traces chez le foetus. Par mesure de prudence, il est recommandé de ne pas prescrire Ansatipine chez la femme enceinte et chez la femme allaitante à moins que le bénéfice thérapeutique apparaisse supérieur au risque encouru.
- Association déconseillée aux estroprogestatifs et progestatifs (utilisés comme contraceptifs), au ritonavir.

LISTE:

  • Hypersensibilité rifamycines
  • Insuffisance rénale
  • Enfant
  • Grossesse
  • Allaitement

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
Il est recommandé avant la mise sous traitement prophylactique des infections à MAC par la rifabutine de s'assurer que le patient ne relève pas d'un traitement curatif d'une mycobactériose atypique ou d'une tuberculose et avant la mise sous traitement curatif des infections à MAC par la rifabutine que le patient ne relève pas d'un traitement curatif d'une tuberculose. En effet, il n'a pas été démontré que l'utilisation de la rifabutine apporte un bénéfice par rapport à la rifampicine dans la tuberculose commune en première intention.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Une surveillance régulière de la numération des plaquettes, de l'hémogramme, et des fonctions hépatiques est nécessaire au cours du traitement.
- Insuffisance hépatique :
Une insuffisance hépatique modérée ne justifie pas une réduction de la dose administrée. Par contre, une diminution de la dose de rifabutine devra être réalisée en cas d'insuffisance hépatique sévère.
- Associations médicamenteuses :
Etant donné la possibilité d'apparition d'uvéite, les patients doivent être suivis régulièrement lorsque la rifabutine est administrée en association avec la clarithromycine (ou avec d'autres macrolides), le fluconazole (ou médicaments apparentés), l'indinavir ou le nelfinavir.
Lorsque la rifabutine est donnée en association avec la clarithromycine, sa posologie doit être réduite à 300 mg/jour.
En cas d'apparition d'uvéite, le patient doit être adressé à un ophtalmologiste et, si nécessaire, le traitement par rifabutine interrompu (voir effets indésirables et interactions).

LISTE:

  • Surveillance plaquettaire
  • Surveillance hématologique
  • Surveillance fonction hépatique
  • Insuffisance hépatique sévère

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

De par un effet inducteur enzymatique, la rifabutine peut accélérer le métabolisme des médicaments, principalement ceux dont le métabolisme implique la sous-famille du cytochrome P450 3A.
ASSOCIATION CONTRE-INDIQUEE :
Saquinavir : risque de baisse de l'efficacité du saquinavir par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.
ASSOCIATIONS DECONSEILLEES :
- Estroprogestatifs et progestatifs (utilisés comme contraceptifs) : une autre méthode de contraception doit alors être envisagée.
- Ritonavir : risque de baisse de l'efficacité de l'antiprotéase d'une part, et risque d'augmentation des effets indésirables (uvéites) de la rifabutine d'autre part.
ASSOCIATIONS NECESSITANT DES PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Indinavir : risque de baisse de l'efficacité de l'antiprotéase d'une part, et risque d'augmentation des effets indésirables (uvéites) de la rifabutine d'autre part. Durant l'association, diminuer la posologie de la rifabutine lorsqu'elle est administrée à titre prophylactique.
- Nelfinavir : risque de baisse de l'efficacité de l'antiprotéase d'une part, et risque d'augmentation des effets indésirables (uvéites) de la rifabutine d'autre part. Durant l'association, diminuer la posologie de la rifabutine lorsqu'elle est administrée à titre prophylactique.
- Clarithromycine : risque d'augmentation des effets indésirables de la rifabutine (uvéites) par augmentation de ses concentrations et de celles de son métabolite actif.
- Méthadone : diminution des concentrations plasmatiques de méthadone avec risque d'apparition d'un syndrome de sevrage par augmentation de son métabolisme hépatique.
INTERACTIONS PEU PROBABLES :
- Ethambutol, théophylline, sulfamides, pyrazinamide : le métabolisme de chacun de ces produits ne faisant pas ou peu, intervenir le cytochrome P450, notamment la sous-famille 3A, une interaction avec la rifabutine est peu probable.
- Zalcitabine (ddC) : éliminée en grande partie dans l'urine sous forme inchangée, il est probable que la rifabutine ne donne pas d'interaction pharmacocinétique avec la ddC.
- Zidovudine, didanosine (ddI), isoniazide, fluconazole : bien que des études pharmacocinétiques aient montré que la rifabutine réduisait les concentrations plasmatiques de la zidovudine (AZT) lorsque les deux produits étaient associés, une importante étude clinique contrôlée a montré que cet effet n'avait pas d'implication sur le plan clinique.
Des études cliniques ont également montré que la rifabutine n'affecte pas les paramètres pharmacocinétiques de la didanosine (ddI), de l'isoniazide et du fluconazole.
Cependant, le fluconazole augmente les taux plasmatiques de rifabutine. Les conséquences cliniques de cette augmentation n'étant pas évaluées, cette association doit faire l'objet d'une précaution d'emploi.
La zidovudine et la didanosine n'ont, quant à elles, pas montré d'influence sur les paramètres pharmacocinétiques de la rifabutine.
PROBLEMES PARTICULIERS DU DESEQUILIBRE DE L'INR :
De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées : il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

En cas de surdosage, on procédera aux mesures habituelles d'élimination des produits ingérés associées à un traitement symptomatique et à une surveillance en service spécialisé.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Sans objet.

Aucune information n'est actuellement disponible concernant le passage de la rifabutine à travers la barrière placentaire ou dans le lait maternel. Des travaux expérimentaux chez le Rat ont montré qu'il n'y avait aucun taux décelable de rifabutine dans le liquide amniotique et seulement des traces chez le foetus.
Par mesure de prudence, il est recommandé de ne pas prescrire Ansatipine chez la femme enceinte et chez la femme allaitante à moins que le bénéfice thérapeutique apparaisse supérieur au risque encouru.

Durée de conservation :
2 ans.
Précautions particulières de conservation :
A conserver à une température inférieure à 25°C.

Forme : Gélule

Dosage : 150 mg

Contenance : 4500 mg ou 30 gélules ou 4, g

Laboratoire Titulaire : SERB

Laboratoire Exploitant : SERB


Forme pharmaceutique

Gélule opaque rouge brun.


Composition exprimée par Gélule n°0

Principes Actifs :
  • Rifabutine (150 mg)

Excipients :
  • Cellulose microcristalline
  • Sodium laurylsulfate
  • Magnésium stéarate
  • Silice gel
  • Enveloppe de la gélule :
    • Gélatine
    • Titane dioxyde
    • Fer oxyde rouge

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.